Commentaire composé du passage « jeu de cartes postales » , par Elodie Bénard

A la fin de son ouvrage intitulé Le Polygone étoilé (1966), l’écrivain algérien Kateb Yacine raconte une étape cruciale de son existence : contraint d’apprendre la langue française pour son caractère plus pratique, il estime avoir vécu un « exil intérieur » en voyant sa mère délaisser peu à peu la langue natale pour privilégier celle de la puissance coloniale. Une sorte de déchirure interne, d’aliénation, que l’on retrouve chez bon nombre d’auteurs.

            Ainsi, dans le Parcours immobile de Edmond Amran El Maleh, les questions de l’exil, du langage et de la quête de soi sont également au centre. L’auteur est un Juif marocain (1917-2010) ayant vécu et enseigné la philosophie en France à partir des années 1960 ; tutoyant plusieurs cultures, il soulève un questionnement fondamental relatif à l’identité de ces Juifs marocains qui sont peu à peu amenés à quitter le pays. Ainsi, le Parcours immobile s’ouvre sur le cimetière d’Asilah, dans lequel le dernier homme juif de la ville vient d’être enterré. L’occasion, pour l’auteur, de s’interroger sur les raisons qui l’ont lui-même poussé à partir, grâce à une écriture polyphonique et kaléidoscopique dont l’enjeu est la quête de soi et l’exploration de la mémoire. Œuvre romanesque à caractère autobiographique, mais qu’il qualifie d’ « autobiographie à son corps défendant », Parcours immobile cherche à tisser des liens entre devenir individuel et destinée collective, et met au premier plan la question de la langue, prônant une sorte de multiculturalisme. Cette question est au cœur de la problématique de l’aliénation liée directement à la colonisation ; d’où la métaphore ambivalente de la carte postale dans l’extrait étudié. Si, habituellement, la photographie est ce qui est utilisé par le colonisateur pour figer le colonisé, c’est, ici, l’inverse qui semble se produire : l’un des protagonistes, Haroun, dont on ne sait s’il coïncide avec le narrateur lui-même, envoie des cartes postales depuis les plus grandes villes européennes à sa bien-aimée restée dans son pays natal. C’est donc l’Occident à son tour qui se trouve en quelque sorte figé dans une représentation idyllique, représentation qui séduit le couple, au point que ceux-ci deviennent les victimes d’une aliénation à la culture occidentale, aliénation dont ils n’ont pas conscience. C’est là l’occasion pour le narrateur de s’interroger sur cet  »exil intérieur » et de tenter de  »recomposer » son existence au travers de ces cartes postales, à la fois pièces inertes et bribes de vie.

            Comment la carte postale, à la fois ouverture vers la recherche d’un passé perdu et symbole même du figé, devient-elle pour El Maleh un moyen de suggérer l’aliénation dont est victime l’Oriental et de questionner sa propre identité ?

  1. Mémoire et carte postale : entre vie et inertie
  2. Le drame de l’exil : aliénation et identité troublée des Juifs marocains
  3. L’écriture comme remède : de l’esthétique romanesque et langagière de la quête de soi
  1. Mémoire et carte postale : entre vie et inertie
  1. A) Un défi pour la mémoire : comment recomposer la vie ?
  • Dès les premières lignes du texte, les cartes postales apparaissent, dans toute leur diversité à la fois vaine et menaçante, mais sans doute nécessaire. Le  »je » du narrateur plus au moins homodiégétique est confronté à elles d’emblée : « Maintenant devant moi ce jeu de cartes postales » (l.1). La multiplication des déictiques insiste d’emblée sur la confrontation directe du narrateur à la quête de sa propre identité troublée qu’il s’agit de reconstruire, ainsi qu’au vertige de l’existence.
  • Cette quête de soi est à la charnière entre travail minutieux et jeu ; le verbe « recomposer » (l.1) peut s’entendre à la fois comme une tentative pour redonner du sens en assemblant, et une sorte de jeu visant à recréer dans l’imaginaire au travers du donné que constituent ces cartes postales.
  • L’expression « Jeu de cartes ! » est d’ailleurs répétée au début du 3e paragraphe, au travers d’une phrase averbale à modalité exclamative ; elle place à nouveau le narrateur face à ce défi posé par cet éclatement des souvenirs et cette nécessité de plonger dans la mémoire.
  • Si les cartes postales doivent servir de point de départ pour cette plongée en soi, c’est bien parce qu’elles contiennent une « trace de vie » (l.3) ; cette expression est utilisée pour qualifier la signature de l’auteur de la carte postale, Haroun. La carte postale peut donc apparaître comme ce qui est le support de l’individualité même d’un sujet. Néanmoins, le substantif « trace » insiste sur la volatilité du souvenir et de la vie, qui ne peut se donner que par bribes, qu’il s’agit de rassembler pour leur donner une cohérence. C’est précisément le projet que se donne le narrateur, et, à travers lui, l’auteur, à partir de ce « jeu de cartes postales ».
  • Trace de vie, la carte postale l’est aussi pour la jeune fille qui la reçoit ; c’est ce que suggère, à la ligne 32, l’antithèse entre les termes « voix » et « silence immense », le silence du pays natal peut-être. « Savait-elle lire ? Peu importe. » (l.35), note le narrateur ; car ce n’est pas le texte de la carte postale en lui-même qui est vie, mais bien plutôt l’image de la carte.
  1. B) Caractère dérisoire et inertie de la carte postale
  • Pourtant, les limites à ce projet apparaissent bien vite ; les cartes ne sont-elles pas bien plutôt dérisoires et inertes ? La carte postale, métaphore de la mémoire dans le texte, n’est-elle pas en effet certes ce qui fixe une bribe de souvenir et constitue un rempart face au temps qui passe, mais en même temps ce qui fige, ce qui immobilise, et ce qui est en cela contraire à la vie même ?
  • Ainsi, l’expression « ces images muettes des feuilles mortes dérisoires souvenirs de carton » (l.2-3) insiste sur l’immobilité, sur le caractère presque mortifère de ces images fixées qui ne parviennent pas à suggérer à nouveau le mouvement même de la vie :

– L’expression « images muettes » est une sorte de synesthésie, qui vient insister sur l’impénétrabilité de ces images et leur inertie pour tous les sens, à la fois la vue et l’ouïe ; aucune vie ne semble s’échapper de ce qui est pourtant le symbole du voyage et du déplacement.

– L’ambiguïté du placement de l’adjectif « dérisoires » est particulièrement sensible : se rapporte-t-il aux « feuilles mortes » ou aux « souvenirs de carton » ? Il est ainsi mis en relief par cette ambiguïté, et introduit une légère nuance de tragique, le tragique de l’homme seul face au vertige de son passé et de son identité impénétrables.

– A peine posé, le projet de quête de soi et de re-composition de l’existence est presque déjà donné comme inatteignable, voire vain. Ceci est renforcé par l’absence de ponctuation ; dans cette phrase, les mots semblent fuser sur la page, comme pour mimer le désordre qui est celui de la succession des souvenirs à la mémoire. L’absence de ponctuation crée ici de plus un effet de volatilité ; le caractère insaisissable de ces mots évanescents, qui s’envolent et se dissipent à peine prononcés, met en relief la volatilité de l’existence même qu’il s’agit ici de reconstruire.

  • Ce caractère dérisoire des cartes postales est repris en écho dans le troisième paragraphe : « Une à une dérisoirement elles passent d’une main à l’autre, indifférentes, écran au regard anxieux qui voudrait lire et se lire le sable fuit sous les pieds » (l.17-19) :

– L’adjectif « dérisoire » s’est ici transformé en adverbe ; cette reprise poétique lui donne une force nouvelle, en insistant sur la futilité de ces cartes postales.

– La ponctuation fait une irruption remarquée en venant encadrer l’adjectif apposé « indifférentes », qui constitue aussi l’acmé de la cadence majeure. Cet adjectif peut également constituer une sorte d’hypallage, ou du moins un transfert de caractérisation : ne seraient-ce pas plutôt les amants eux-mêmes qui sont indifférents au sens des cartes postales, et par là le narrateur lui-même, qui ne manifesteraient que peu d’intérêt pour ces bribes de vie pourtant essentielles au travail de la mémoire ?

– Il n’en reste pas moins que ces cartes postales sont paradoxalement un « écran », un obstacle au « regard » qui désigne par métonymie l’écrivain lui-même. Le verbe « lire » insiste sur l’idée de déchiffrement de ces cartes, et est repris au travers de la tournure réfléchie : « lire et se lire » (l.18) ; il s’agit non seulement de déchiffrer le sens de l’existence, mais aussi de se déchiffrer soi-même en train de déchiffrer. On perçoit ici l’importance de la philosophie phénoménologique pour El Maleh, qui place l’autoréflexivité au cœur de l’acte littéraire, ici via une herméneutique de la carte postale.

  1. Le drame de l’exil : aliénation et identité troublée des Juifs marocains
  1. A) La carte postale comme vision figée et idéalisée de l’Occident : l’art de l’ekphrasis
  • La signification que confèrent les deux protagonistes du récit à la carte postale est l’emblème même de leur aliénation ; ceux-ci découvrent l’Occident au travers de la vision idyllique et idéalisée qu’en proposent les cartes postales. C’est l’occasion pour El Maleh d’inverser la signification traditionnellement associée à la photographie : si celle-ci est habituellement considérée comme ce qui fige l’Oriental dans une posture, la carte postale devient ici l’expression d’une vision stéréotypée de l’Occident qui n’en exerce pas moins une fascination sur les deux personnages.
  • Ce caractère figé est perçu dans la multiplication des ekphrasis qui visent à rendre visible par les mots les paysages qui sont ceux des cartes postales. Le deuxième paragraphe forme ainsi comme une carte postale qui s’insérerait dans le reste du récit : le texte de l’auteur de la carte est restitué en espagnol, puis le paysage de la carte est ensuite décrit. En témoigne :

– le recours fréquent aux déictiques « ce palais » (l.13), « cette pièce d’eau » (l.13).

– l’insistance sur la couleur : « verte » (l.14).

– l’importance conférée au mouvement : « courbes sinueuses » (l.13-14).

=> Il s’agit donc d’une tentative pour retrouver la vie même au travers de ce paysage de carte postale, mais une tentative vouée à l’échec : la carte n’est qu’un « écran » (l.18), et surtout elle n’est qu’une vision figée de l’Occident.

  • Ce caractère figé apparaît dans l’ekphrasis elle-même : ainsi, le recours à la phrase averbale, comme dans « Merveilleux lointain irréel ce palais de la Femme » (l.12-13) ôte tout mouvement à la phrase par l’absence de verbe. L’adjectif « merveilleux », mis en relief par l’ordre rhème-thème de la phrase, est répété sur un mode anaphorique en tête de phrase ; il traduit la vision de l’homme et de la femme face à cet Occident qu’ils découvrent. Mais cet adjectif s’insère dans une structure de phrase qui devrait appeler une modalité exclamative ; celle-ci est ici gommée par l’absence de point d’exclamation. Ce gommage suggère l’idée d’une sorte d’ironie de la part du narrateur ou de l’auteur lui-même envers cette fascination qu’éprouvent les deux Orientaux pour cet Occident figé.
  • Une nouvelle ekphrasis apparaît pour tâcher de rendre vivante la bourse de Hambourg (lignes 20-22). Les termes marquant la finesse et l’élégance, comme « superbes » (l.20), « ordonnance » (l.21) ou « élégantes » (l.22) traduisent la subjectivité du regard oriental fasciné par ce symbole du capitalisme occidental. Mais, là encore, il ne s’agit que d’une image figée, comme le suggère le terme « façade » (l.21).
  • Cette fascination est également présente dans le texte de la carte postale, où la négation dans la phrase : « ne se puede hacer una idea de su magnificidad » (on ne peut pas se faire une idée de son caractère magnifique) (l.12) prend une valeur superlative. Elle devient synonyme d’une sorte d’aliénation dans la mesure où elle vise à qualifier la « Franco-British Exhibition (1908) » (l.11) : l’exposition franco-britannique visait en effet à célébrer la coopération entre ces deux puissances coloniales.
  1. B) Une aliénation protéiforme
  • La carte postale, symbole ici du voyage en Occident, exerce comme un charme sur les Orientaux : ceux-ci se pensent, se rêvent désormais selon les habitus occidentaux.
  • L’aliénation est au premier chef perceptible au travers de la question du langage, qui pose en filigrane celle de l’identité des Juifs marocains. En effet, Haroun « écrivait en espagnol » (l.5) : une langue occidentale, donc. Ce choix est expliqué au travers d’une pseudo-justification introduite par une proposition subordonnée conjonctive : « puisqu’elle était chez les sœurs espagnoles las Hermanas » (l.6). Le narrateur insiste tout particulièrement sur cette question du langage au travers d’un procédé de correction : « il n’écrivait pas en arabe ou en judéo-arabe mais en espagnol » (l.7), ce procédé venant souligner une sorte d’incongruité de ce choix. L’aliénation apparaît clairement au travers de la juxtaposition de deux propositions subordonnées conjonctives explicatives : « peut-être parce que déjà le dépaysement s’insinuait dans son cœur dans sa manière d’aimer parce qu’une parole autre dominante travaillait sa tendresse » (l.8-9) :

– La double adjectivation pour caractériser la parole met en valeur « dominante » : cet adjectif souligne l’idée de l’aliénation à l’Occident, d’autant plus perverse qu’elle est ici liée non à une contrainte, mais à un choix de l’Oriental lui-même.

– Cette parole est d’autant plus dominante qu’elle investit même le domaine des sentiments, l’intériorité la plus profonde des individus : « dans son cœur » (l.8), « dans sa manière d’aimer » (l.8-9), « sa tendresse » (l.9) ; la position de complément d’objet direct de ce dernier terme fait de Haroun l’objet, le jouet du langage dominant. C’est là une manière de montrer comment la domination symbolique exercée par l’Occident au travers du langage peut s’immiscer discrètement jusqu’au plus profond des individus et remodeler fortement leur individualité.

  • L’aliénation est aussi culturelle ; le personnage féminin apprend ainsi « la broderie et le piano » (l.7). Ces deux mots deviennent ainsi des symboles de l’éducation occidentale qu’ils semblent désigner par métonymie, et dont l’emploi semble teinté d’ironie venant du narrateur. Or, précisément, une comparaison incongrue apparaît à la ligne 16 pour décrire l’architecture des clochers au prisme du regard de la femme : les clochers sont « ajourés comme une broderie ». L’emploi du terme « broderie » dans cette ekphrasis réalisée au prisme du regard de la femme, terme qui est, du reste, l’acmé de la cadence majeure, marque l’intériorisation par la femme du regard et du langage de l’Occident.
  • Ainsi le couple se projette-t-il dans l’imaginaire occidental : l’expression « dans ce jardin un couple élégant rêveur » (l.16), qui acquiert une résonance toute particulière puisqu’elle est l’apodose de la cadence majeure, peut apparaître comme une projection du couple qui entretient une relation par l’échange épistolaire dans l’image du couple idéal occidental. Le terme « rêveur » vient marquer cette aspiration à devenir autre. Pourtant, cette quête semble demeurer inaccessible, comme le suggère aux lignes 12-13 l’expression « Merveilleux lointain irréel ce palais de la femme » ; l’adjectif « irréel » vient reléguer ce lointain plus loin encore, le rendre doublement inaccessible. Le terme « palais de la Femme », redoublé à la ligne 13 par sa traduction en anglais, apparaît teinté d’une ironie soulignant le caractère dérisoire de cette promesse idyllique au vu de la situation qui est alors celle des femmes.
  1. Un  »exil intérieur »
  • Si on la lit au prisme de ce phénomène d’aliénation, la métaphore de l’exil acquiert une dimension particulière. Il semble d’abord que ce soit Haroun lui-même qui ait choisi l’exil : « Il lui écrivait de Londres d’Amsterdam et de Hambourg » (l.4) ; le rythme ternaire renvoyant à trois villes symboles de l’Occident suggère l’idée d’un parcours, d’un mouvement. Mais le nom du bateau revêt un sens métaphorique : « l’Agadir » peut désigner le Maroc lui-même, et en cela l’exil des Juifs marocains qui perdent peu à peu leur identité marocaine pour embrasser celle de l’Occident.
  • S’opère alors un renversement, perceptible dans les lignes 25-27 qui font place à la métaphore de l’exil : « les paysages de son enfance partaient à la dérive le désir sage désertait les lieux de sa naissance à son insu il était tout à l’innocence du voyage à la certitude du retour ». Il semble que ce ne soit en effet pas Haroun lui-même qui s’exile et  »oublie » son identité, mais bien plutôt son identité qui s’exile de lui-même, imperceptiblement. Ainsi, les noms placés en position de sujets des verbes « partaient à la dérive » et « désertaient » sont les constituantes même de son identité : « les paysages de son enfance », « le désir sage ». Les rimes internes  »paysage »/ »désir sage »/ »voyage » et  »enfance »/ »naissance »/ »innocence » convergent vers un but commun : montrer que toutes les caractéristiques de son identité désertent peu à peu l’individu. « A son insu » (l.26) est l’acmé de la cadence majeure, et souligne pleinement le caractère imperceptible et involontaire de ce processus ; en témoigne l’usage du préfixe « re » dans « retour » et « revenaient », qui marquent la certitude qu’éprouve Haroun de revenir dans son pays d’origine, ignorant le processus d’exil intérieur et d’aliénation qui s’empare peu à peu de lui et sème le trouble sur son identité.

III. L’écriture comme remède : de l’esthétique romanesque et langagière de la quête de soi

=> Comment remédier à cette perte de soi ? Comment retrouver cette identité fuyante ? L’acte littéraire est une des réponses possibles à cette question.

  1. A) Une question de langues
  • On a déjà noté l’entremêlement des langues au cœur d’une sorte d’esthétique du collage qui présiderait la logique du texte. Dans le cas du personnage de Haroun, l’écriture des cartes postales en espagnol semble apparaître comme une sorte de symbole de l’aliénation. Comment se libérer de cette aliénation ? La réponse apportée dans le texte peut apparaître contradictoire : pourquoi El Maleh écrit-il en français, langue du colonisateur ?

– Écrit-il vraiment dans la langue du colonisé ? Il semble plutôt imposer son propre souffle à la langue ; en témoigne la suppression de la ponctuation, qui crée des phrases parenthétiques (par exemple la phrase des lignes 4-9) dont le but est de cerner la vie au plus près possible. Il crée son propre rythme, en n’hésitant pas à recourir à une certaine forme d’oralité propre au judéo-arabe qui se mêle avec le français. La respiration propre qu’il introduit par l’absence de ponctuation est génératrice de mouvement ; peut-être est-ce précisément cette caractéristique stylistique de l’écriture qui est un moyen de retrouver la vie perdue.

– Cette écriture basée sur le collage de plusieurs langues (lignes 10-16 : à la fois de l’anglais, de l’espagnol et du français) est solidaire du projet d’El Maleh de quête de son identité au travers d’une sorte de symbiose universelle entre les différentes cultures (notamment entre Berbères et Juifs au Maroc) : « Écrivant en français, je savais que je n’écrivais pas en français. Il y avait cette singulière greffe d’une langue sur l’autre, ma langue maternelle l’arabe, ce feu intérieur » (Le Magazine Littéraire, mars 1999).

  1. B) Jeu sur les points de vue et posture ambiguë du narrateur
  • Autant que par un mélange des langues, le texte se caractérise par un brouillage des points de vue. Le récit se donne d’abord à la première personne : « devant moi » (l.1). Pourtant, dès la l.3, surgit un prénom qui semble être celui d’un personnage : « Haroun ! ». Le point d’exclamation fait comme surgir la voix de celui-ci à l’intérieur même de l’espace romanesque. Haroun coïncide-t-il avec le narrateur lui-même ? Enfin, une troisième voix surgit : celle d’une femme, désignée par le pronom « elle » (l.6), et éventuellement la voix de la mère de celle-ci, au discours direct (l.30-31). Le narrateur semble donc avoir une position trouble ; à la ligne 3, par exemple, « Il écrivait peu » doit-il être lu comme désignant le narrateur lui-même ? Comment expliquer ce flou polyphonique ? Il semble que pour Maleh, la polyphonie, le brouillage des voix narratives, soient une condition sine qua non pour être au plus près de la vie même. Cette polyphonie crée comme un bruissement de vie, et permet au sujet de s’explorer depuis plusieurs points de vue et de se ressaisir dans ses différentes facettes. Comme l’écrit Abdallah Mdarhri-Alaoui dans un article intitulé « Tendances actuelles de la littérature marocaine : l’exemple de E. A. El Maleh et A. Serhane » (limag.org) : « A travers une kaléidoscopie de vies en échos, c’est la recherche d’une histoire authentique qui est explorée. ».
  • Face à la fascination exercée par les cartes postales sur la femme dont il est question, le narrateur semble avoir une position distancée, voire ironique. Aux lignes 31-32, les phrases averbales « événement inouï irruption de lumière dans la pénombre » viennent mimer cette irruption brutale de la carte postale, qui apparaît comme un événement pour l’Orientale. La carte postale semble alors vie : à la fois « lumière » dans la « pénombre » et « voix » dans le « silence immense », deux caractéristiques que le narrateur se refuse à présent à attribuer aux cartes postales, qui ne seraient qu’un ensemble d’ « images muettes » ; une bribe de vie semble arriver au travers de cette carte postale.
  • Mais le narrateur manifeste une position critique envers cet étonnement et cette admiration pour l’Occident à travers la carte : ainsi à la ligne 33 : « Regarde ! C’est merveilleux son cœur en creux marquait le désir […] ». L’expression « C’est merveilleux », qui pourrait être attribuée à la jeune fille ou à la mère, n’est pas séparée du reste de la phrase qui marque la reprise de la narration. C’est là une manière de mettre à distance cette exclamation de la jeune fille, de l’appréhender de manière distancée, voire ironique, en la reléguant au simple rang d’écho.
  • Ainsi, si l’on voit en Haroun la projection du narrateur dans le passé, on peut percevoir une ironie du narrateur vis-à-vis de ce qu’il était, comme s’il se trouvait à présent en position de surconscience, capable d’analyser les erreurs du passé. (Cette ironie est perceptible par exemple dans la phrase « Haroun avidement accomplissait son voyage » (l.24-25)).
  1. C) A la recherche du passé perdu… : écriture et passé
  • Conjurer ce trouble identitaire, retrouver son passé, ne peut passer que par l’écriture, qui est, par la médiation ici de la carte postale, rapport au temps et à la mémoire. Car le sujet est, en effet, pris dans une dialectique mouvement/inertie, qu’on retrouve dans le titre du roman bâti autour d’un oxymore : le Parcours immobile.
  • Ainsi, à la ligne 18-19, « le sable fuit sous les pieds » peut apparaître comme une métaphore de ce qui s’écoule et demeure insaisissable : à la fois le temps, mais aussi sa propre identité.  Les « pieds » sont ici en position d’objet, et non d’acteur : le processus est subi. Cet écoulement est renforcé par le fait que cette proposition n’est pas isolée du reste de la phrase, avec laquelle elle n’a pourtant aucun lien de dépendance, ce qui donne cette impression de fuite inarrêtable. Ce mouvement contraste avec l’inertie du sujet : « Estoy aqui » (je suis ici) est répété 3 fois dans le 3e paragraphe. Il vient, ici, souligner l’inertie d’Haroun qui croit avoir accompli un trajet, mais qui, en réalité, se perd lui-même en tant que juif marocain exilé, demeure chose inerte alors qu’il croit accomplir un voyage. C’est là un des sens du titre de l’ouvrage : croire accomplir un parcours en soi, alors que l’on se fige en réalité dans l’identité de l’autre à travers l’acte que constitue l’exil. L’oxymore du titre marque sans doute aussi la tentative de l’écrivain de retracer son propre parcours à partir d’images et de souvenirs figés par la carte postale.
  • Tout l’enjeu pour El Maleh semble donc être de retrouver ce temps perdu de la conscience ; temps de l’individu qui est bien différent du temps mathématique, comme le suggère la métaphore : « le balancier de la grande pendule allait inlassablement le tic-tac se moquait du temps » (l.28-29), où l’on peut voir une allusion à la philosophie bergsonienne. Ainsi, le temps semble non linéaire : il n’y a pas de concordance des temps dans le récit d’El Maleh. À la ligne 30 par exemple : « les notes sous ses doigts hésitaient un cou de heurtoir sur la porte ! sa mère l’appelle », on note un verbe à l’imparfait et un au présent dans la même phrase ; ceci marque la volonté de suivre la logique de l’imaginaire et de la mémoire pour parvenir à ressaisir le passé, presque dans une forme de reviviscence, le présent marquant ici l’irruption d’un instant inouï qui mérite d’être revécu au travers de l’écriture.
  • Remettre en perspective la temporalité propre à l’individu par rapport au temps de l’Histoire ne peut donc se faire que par l’acte d’écriture, seul rempart et seul salut face au problème de la mémoire. D’où, dans le premier paragraphe à propos d’Haroun, la répétition du verbe « écrivait », comme un leitmotiv qui se veut un écho au travail de l’écrivain lui-même, qui écrit pour apporter une réponse à son identité troublée. L’usage de l’imparfait marque ici les liens étroits qui unissent l’écriture au passé.
  • Ce travail de remémoration par l’écriture est perceptible au travers de l’absence de ponctuation, qui marque l’expansion d’un flux de conscience ; le souvenir semble naître au moment où il s’énonce, et le lecteur assiste à ce processus de mémoration.
  • Les nombreux échos poétiques du texte avec le retour des mêmes mots marquent l’idée d’un écoulement peut-être cyclique du temps, ou en tout cas d’une tentative de l’individu de retrouver sa propre temporalité et son propre mouvement intérieur au travers de ce qui apparaît pourtant comme figé.

Conclusion

  • Ainsi, El Maleh développe une esthétique romanesque neuve pour tenter de répondre à la question de l’identité qui est celle des Juifs marocains. En conférant une signification ambivalente au symbole du voyage qu’est la carte postale, à la fois bribe de vie permettant une recomposition du passé, et chose inerte et dérisoire qui fige l’Occident dans une vision idéalisée, il porte un regard ironique sur ce couple de Marocains émerveillés par les paysages occidentaux figés par ces cartes postales. L’aliénation est d’autant plus perverse qu’elle envoûte imperceptiblement les personnages, à leur insu. Tout l’enjeu, pour le narrateur, est tout à la fois de rompre cette aliénation et de redéfinir son identité, au travers d’un travail sur la langue qui vise à faire ressortir la nécessité d’un multiculturalisme ; les cultures ne sauraient s’exclure l’une l’autre, mais se complètent. Pour parvenir à cette conclusion, une plongée dans les méandres de la mémoire est nécessaire ; l’écriture y joue un rôle essentiel. Par l’absence de ponctuation et le mélange des langues visant à créer une symbiose entre les différentes cultures, El Maleh crée sa propre respiration, plus à même de retrouver le mouvement, la vie même. Il apparaît donc que c’est bel et bien dans l’écriture elle-même que se trouve la réponse à la question identitaire, l’acte d’écrire permettant de conjurer l’immobilité dans laquelle l’Oriental se trouvait figé. C’est sans doute la raison pour laquelle Antoine Pietrobelli, dans la revue Horizons Maghrébins, n°56, 2007, qualifie Maleh, par son œuvre littéraire, de « subversif ».
  • El Maleh se fait ainsi le porte-parole d’une génération en pleine mutation ; on peut retrouver, chez Driss Chraïbi dans La Mère du printemps (1982) un questionnement identitaire semblable ; l’auteur marocain s’interroge, au travers d’un recours à l’épopée et au mythe, sur le mélange des cultures arabe et berbère dans son pays ; comme chez El Maleh, l’oralité revêt une place importante : le français est utilisé, mais un souffle nouveau lui est donné : le souffle même de la vie.

par Elodie Bénard


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *