Mohamed Leftah (1946-2008)

LeftahNé en 1946 à Settat et décédé le 20 juillet 2008 au Caire, l’écrivain marocain francophone n’a été longtemps connu que par un petit cercle de lecteurs. Dès son adolescence, il commence à écrire et rédige en 1963, alors qu’il est encore lycéen, son premier texte romanesque : un roman à l’eau de rose qui ne fut jamais publié. Après des études d’ingénierie interrompues à l’Ecole des Travaux Publiques à Paris – où il participe aux mouvements de « mai 68 » – et un diplôme de programmeur en informatique, il commence à travailler dans plusieurs entreprises marocaines comme informaticien, parmi lesquelles des banques, l’Office du Commerce Extérieur, Royal Air Maroc et des assurances. Il n’abandonne pas pour autant sa passion pour l’écriture et commence dans le même temps à publier ses premiers articles, chroniques et entretiens. En 1994, il quitte le métier d’informaticien pour se consacrer entièrement à l’écriture et travaille dans un premier temps comme journaliste culturel dans les journaux marocains Le Matin du Sahara et Le Temps du Maroc. Parallèlement, Mohamed Leftah commence à rédiger des textes critiques, parmi lesquels on trouve notamment des essais sur Paul Bowles (non publié) et Edmond Amran El Maleh (extrait publié dans la revue Expressions maghrébines), qui fut son professeur de philosophie. Ses œuvres essentielles restent toutefois les onze romans et recueils de nouvelles publiés en 1992 et entre 2006 et 2011. Après que le manuscrit a été refusé par plusieurs maisons d’éditions marocaines, son premier roman, intitulé Demoiselles de Numidie, voit le jour en 1992 aux Éditions de l’Aube. Après s’être fâché avec la maison d’édition et avoir connu quelques changements dans sa vie personnelle, Mohamed Leftah décide de s’exiler au Caire pour consacrer entièrement son temps à l’écriture. Il faudra toutefois attendre encore quatorze ans avant que ne paraisse une nouvelle œuvre romanesque leftahienne – cette fois-ci aux Éditions de la Différence. Les années suivantes sont marquées par la publication de dix romans et recueils de nouvelles, toutes réunies chez le même éditeur. En 2010, son premier roman, Demoiselles de Numidie, est édité pour la première fois dans une maison d’édition marocaine : Tariq Éditions. Mohamed Leftah disparaît le 20 juillet 2008 des suites d’un cancer de l’œsophage.


Romans et nouvelles
De son vivant
Demoiselles de Numidie, roman, Paris, Casablanca [1992], (2006), (2010),  [Éditions de l’Aube], Éditions de la Différence, Tariq Éditions
Au bonheur des limbes, roman, Paris (2006), Éditions de la Différence   Ambre ou les métamorphoses de l’amour, roman, Paris (2006), Éditions de la Différence
Une fleur dans la nuit suivi de Sous le soleil et le clair de lune, nouvelles, Paris (2006), Éditions de la Différence           
L’enfant de marbre
, roman, Paris (2007), Éditions de la Différence
Un martyr de notre temps, nouvelles, Paris (2007), Éditions de la Différence

Posthume
Le jour de Vénus, roman, Paris (2009), Éditions de la Différence
Une chute infinie, chronique, Paris (2009), Éditions de la Différence
L’écrivain face aux djinns, nouvelle, dans : Abdellah Baïda (Ed.), « Mohamed Leftah ou le bonheur des mots », Casablanca (2009), pp. 181-190, Tariq Editions
Hawa ou le chant du quartier Boussbir, roman, Paris (2010), Éditions de la Différence
Récits du monde flottant, roman, Paris (2010), Éditions de la Différence
Le dernier combat du captain Ni’mat, roman, Paris (2011), Éditions de la Différence
(Mohamed Leftah souhaitait explicitement une publication posthume de ce texte mettant en avant les phantasmes et les aventures homosexuels d’un ancien militaire égyptien)
L’Oubli d’Abu Nuwas, nouvelle, dans : Collectif, « Nouvelles du Maroc », Paris (2011), pp. N.N., Paris, Magellan et CIE

Critiques et textes journalistiques  
Articles journalistiques 
Une liste presque complète des articles journalistiques issus de la plume de Mohamed Leftah se trouve ici : www.limag.com

Essai sur Edmond El Maleh
Extrait de : « Un chant au-delà de toute mémoire », dans : Expressions maghrébines Vol. 9, 2 (2010), p. 81-84.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *