Pour une lecture épigraphique d’Aïlen ou la nuit du récit , Edmond Amran El Maleh

 

L’oeuvre d’Edmond Amran el-Maleh est imprégnée d’une mémoire juive et arabe qui célèbre la symbiose culturelle d’un Maroc arabe, berbère, juif. Cette unicité mémorielle est présentée aux lecteurs européens grâce à un travail sur la langue remarquable construit autour d’un schéma narratif arabe : « Écrivant en français, je savais que je n’écrivais pas en français. Il y avait cette singulière greffe d’une langue sur l’autre, ma langue maternelle l’arabe, ce feu intérieur. » Edmond Amran el-Maleh, Le Magazine littéraire, mars 1999. Cette prose si particulière permet également d’offrir une unité poétique aux conflits qui marquent ce pays, juste le temps d’une lecture. Au regard de cette production littéraire notre projet d’étude autour des épigraphes dans Ailen ou la nuit du récit, s’attardera à démontrer que cette pratique du « paratexte » par l’auteur inscrit ce roman par un jeu de filiations et d’échos dans une sphère universelle et intemporelle créant de ce fait une bibliothèque de poche présente au sein même du roman.  Ainsi en nous appuyant sur le recueil de poétique littéraire Seuils, de Gerard Genette, 1987, et la définition que donne ce dernier de l’épigraphe : «Je définirai grossièrement l’épigraphe comme une citation placée en exergue, généralement en tête d’œuvre ou de partie d’oeuvre ; qu’il convient de ne pas confondre avec la dédicace », nous nous attacherons à montrer en quoi les épigraphes garantissent d’une unité, ressaisissant et unissant le contenu d’une écriture fragmentaire ? Mais également en quoi ces derniers sont une mise en abime du texte, offrant un discours méta-littéraire sur l’oeuvre ? Une inscription au sein d’une famille littéraire et créative.  Pour ce faire en nous appuyant tout d’abord sur les travaux de Gérard Genette nous nous attacherons à montrer que l’épigraphe est une pratique littéraire aux objectifs multiples pour ensuite centrer notre étude sur la pratique épigraphique dans l’œuvre Ailen ou la nuit du récit, pour enfin souligner la puissance du discours méta-littéraire que convoque l’utilisation du paratexte.  Comme signalé en introduction Gerard Genette définit l’épigraphe comme une citation placée en exergue, généralement en tête d’oeuvre ou de partie d’œuvre et majoritairement allographe c’est-à-dire « selon nos conventions, attribuée à un auteur qui n’est pas celui de l’oeuvre. »

 

Tout d’abord Genette souligne qu’il s’agit d’une pratique ancienne dont on ne trouve  aucune trace avant le XVIIème siècle bien que plus récente que la dédicace. Historiquement donc, l’épigraphe a pour ancêtre la devise d’auteur, la première épigraphe d’oeuvre connue serait celui des Caractères, de la Bruyère,1688 : « j’ai voulu mettre en garde, et non mordre ; être utile, et non blesser ; améliorer les moeurs des hommes, et non leur nuire*. Erasme ». La pratique de l’épigraphe se répand tout au long du XVIIIème siècle d’abord majoritairement dans les oeuvres d’idées puis dans la poésie et les romans. Le roman gothique va introduire cette pratique de façon massive. Les romantiques s’emparent massivement de cette pratique tout comme les auteurs du genre noir. L’épigraphe va disparaitre chez Flaubert, Zola et James. A cette définition plutôt sommaire Genette ajoute un ensemble de caractéristiques à prendre en compte afin de préciser la nature et cette pratique et ses emplois. Le lieu et le moment où se trouve l’épigraphe permet également de le définir : « la place ordinaire de l’épigraphe d’œuvre est, […] au plus près du texte, généralement sur la première belle page après la dédicace, mais avant la préface. » Genette souligne que la place de l’épigraphe peut varier, et peut se trouver au début du texte ou bien la fin.  La place est importante car un changement de place peut entraîner un changement de rôle : « l’épigraphe liminaire est, pour le lecteur, en attente de sa relation au texte, l’épigraphe terminale est en principe, après la lecture du texte, d’une signification évidente et plus autoritairement conclusive. » L’absence d’épigraphe devient également un geste signifiant. On note également l’existence d’épigraphe de chapitres ou de parties en tête. Outre la place de l’épigraphe Gerard Genette distingue également trois instances afin de définir l’épigraphe. Il convient donc de distinguer : l’épigraphé : l’auteur de la citation, l’épigrapheur : l’auteur qui a choisi la dite citation et l’épigraphaire : le destinataire de l’épigraphe, le lecteur du texte.  Enfin l’épigraphe possède des fonctions bien que « l’épigraphe soit toujours un geste muet dont l’interprétation reste à la charge du lecteur » : Gerard Genette définit quatre fonctions : La première est une fonction de commentaire, d’éclaircissement et de justification non du texte mais du titre de l’oeuvre. La seconde est un commentaire cette fois du texte « dont elle souligne ou précise indirectement la signification. La troisième qualifiée de plus oblique par Genette est l’effet de caution donnée non par ce qu’il dit mais par l’identité de son auteur. La quatrième et dernière fonction de l’épigraphe est « l’effet épigraphe », c’est-à-dire sa simple présence ou non en cela qu’elle donne la tendance d’un récit.

Ainsi la définition des différentes fonctions fait prendre conscience à l’écrivain et au lecteur du sens de cette pratique. Les fonctions définies par Genette deviennent alors des objectifs. L’épigraphe ainsi définie permet donc à l’auteur d’inscrire son oeuvre dans une continuité, une histoire littéraire ; de former des filiations thématiques, référentielles, géographique et esthétique.

 Cette partie a pour objectif de présenter brièvement le corpus épigraphique présent dans le roman à l’étude. Cet ouvrage compte quatre épigraphes: deux épigraphes liminaires d’oeuvre et deux épigraphes de chapitre liminaire également.

1-Elias CANETTI, Le territoire de l’homme « Beaucoup ont essayé de saisir leur vie dans sa cohérence spirituelle et ceux qui y sont parvenus nous paraissent singulièrement vieillis aujourd’hui. J’aurais aimé que davantage nous fassent part aussi de leurs divagations ; les divagations étant le lot commun de tous les hommes, chacun peut y puiser sans contrainte tout ce qu’il juge intéressant. On ne doit pas regretter la perte d’unité apparente dans un ouvrage de cet ordre : l’unité profonde d’une vie étant toujours insaisissable, c’est souvent lorsqu’elle semble le plus se cacher qu’elle est en fait le plus efficace

2-Edmond JABES, Le petit livre de la subversion hors de soupçon. « La subversion est le mouvement même de l’écriture : celui de la mort. L’écrit n’est pas un miroir. Ecrire c’est affronter un visage inconnu. »

3-Franz KAFKA, source non signalée. « Comment dans cette vie brève, hâtive, qu’accompagne sans cesse un bourdonnement impatient, descendre un escalier ? C’est impossible. Le temps qui t’est mesuré est si court qu’en perdant une seule seconde, tu as déjà perdu ta vie entière, car elle n’est pas plus longue, elle ne dure justement que le temps que tu perds! T’es-tu ainsi engagé dans un chemin, persévère à tout prix , tu ne peux qu’y gagner, tu ne cours aucun risque; peut être qu’au bout t’attend la catastrophe, mais dès les premiers pas tu as fait demi-tour et si tu as redescendu l’escalier, tu aurais failli dès le début, c’est plus que probable, c’est même certain. Ainsi ne trouves-tu rien derrière ces portes, rien n’est perdu, élance toi vers d’autres escaliers! tant que tu ne cesseras de monter, les marches ne cesseront pas, sous tes pieds qui montent elles ne cesseront de monter à l’infini. »

4-ADONIS, Elegie pour Hallaj,Chants de Muhyar le Damascène.

«  Ta plume, vert venin  

    Ta plume, veines éclatantes de flamme      Astre montant au ciel de Bagdad :  

    Notre histoire notre résurrection proche  

    Sur notre terre, dans notre mort recommencée 

    Le temps repose sur tes mains  

    De tes yeux le feu conquérant  

    Gagne le ciel  

    Astre au firmament de Bagdad  

    Lourd (chargé) de poésie, de naissance  

   Oh! plume, vert venin  

   Il ne reste à ceux qui viennent de loin  

   Porteurs de l’écho et de la mort en écho  

   Dans cette terre de résurrection  

   Il ne reste que toi et la présence  

  Oh! langue galiléenne de tonnerre  

  Dans cette terre d’écorces pelées  

  Oh! poète des mystères et des racines »

Il convient de souligner l’apparente hétérogénéité de ce corpus lors de la première lecture.  A ces épigraphes que nous allons étudier s’ajoute un ensemble de phrases poétiques de l’auteur en tête de nombreux chapitres . Nous n’étudierons pas ces exemples car ils ne relèvent pas de la pratique épigraphique.

 Comme souligné en introduction, Edmond A. El Maleh est l’auteur d’une oeuvre fortement marquée par une poétique littéraire, une langue originale et unique. Inscrivant son oeuvre dans un genre nouveau et dépassant les clichés d’une littérature maghrébine pour des lecteurs européens. Toutefois à la lecture d’Ailen ou la nuit du récit, le lecteur s’aperçoit que la langue n’est pas l’unique témoignage de cette fragmentation. Les choix thématiques de l’auteur se font également l’écho de cette fragmentation. Les épigraphes sectionnées et choisies par l’auteur ( geste fort de section comme le souligne Genette ) sont à la fois témoin et argument d’autorité de cette pratique.La convocation de ces différents auteurs, de nationalité, d’époques et d’horizons différents donnent également une unité à ce fragment. Comme le souligne Gérard Genette une des fonctions implicites de l’épigraphe est d’inscrire l’auteur dans un ensemble. En citant Kafka, Adonis, Jabes et Canetti, El Maleh fait tout d’abord un choix.  En effet l’auteur par cette pratique épigraphique sélectionne ses pairs, ses frères de pensée. La sélection faite par El Maleh peut donc s’interpréter à différents niveaux.

Tout d’abord d’un point de vue géographique, les auteurs cités viennent de pays différents : Kafka est Autrichien, Adonis ( Ali Ahmed Said Esber) est Syrien, Jabès est né au Caire en Egypte et enfin Canetti est Bulgare. Ces derniers sont mus par une culture différente. Les épigraphes sélectionnés ne sont également pas écrits à la même période. Les langues d’expressions sont également diverses : allemande, arabe et française.  Nous pouvons alors nous demander ce qui rassemble l’ensemble de ces écrivains ? Qu’est ce qui fait que ces derniers trouvent leur place dans Ailen ou la nuit du récit ?

La première réponse est peut-être le rapport fort que ces auteurs ont à l’histoire, l’histoire de leur pays ou de leur peuple. Par leur appartenance géographique et les conflits socio-politiques qu’ont connu leur pays l’ensemble des auteurs cités par El Maleh ont un rapport  fort à l’histoire et à l’identité comme l’incarne l’œuvre de Kafka qui est le symbole : « de l’homme déraciné des temps modernes » Rob Schouten. http://archief.trouw.nl/artikel?REC=TR_ART_00018606  Placer l’ensemble de ces auteurs dans l’unité que constitue le livre est ainsi un moyen de récréer une géographie de sens, de cause et de symbole. Du point de vue de la réception El Maleh, par cette pratique, s’inscrit dans ce nouveau territoire des idées , cette nouvelle éden littéraire et crée par la même une unité universelle autour du  combat de l’identité et de la liberté.

                        «  Oh! poète des mystères et des racines » Adonis

 La prose si particulière d’El Maleh contient en elle-même la question de l’identité. L’identité de l’oeuvre, l’identité de l’homme. Le jeune héros de Ailen ou la nuit du récit veut comprendre ce qui se passe dans son pays : « Un homme éprouve le désir de savoir exactement ce qui se passe ». Comme le souligne Edmond Jabès écrire c’est affronter un visage inconnu pour ensuite parvenir à comprendre, à se comprendre. Dès la lecture des épigraphes le lecteur est conscient que lui aussi va être à la recherche de son identité tout au long de la lecture.  Toutefois les épigraphes présents dans l’oeuvre ont pour trait commun une unité fragmentaire : comme si le fragment étant l’unique moyen de saisir la totalité. Comme si la contemplation de la bibliothèque intérieure de l’auteur constituée d’une multitude d’oeuvres, de fragments de vie était l’unique moyen de saisir l’identité de l’homme.   Un autre point commun entre les différents auteurs cités permet de justifier leur présence dans l’oeuvre de El Maleh : une réflexion en spirale. Cette réflexion en spirale est tout particulièrement incarnée par le nom de plume de Ali Ahmed Said Esber : Adonis, car il s’agit du nom d’un dieu d’origine phénicienne qui est le symbole du renouveau cyclique. En effet tout comme El Maleh les auteurs du paratexte mettent en avant une pensée du fragment, de la divagation, de la subversion. Cette pensée a pour but de ne jamais clore le récit, le récit est en mouvement, en construction, il mime la conscience du lecteur qui cherche, se questionne et avance pas à pas et recule parfois.  Kafka choisit la métaphore de l’escalier pour incarner l’aspect circulaire, spiralaire et ascensionnel de l’existence : « Tant que tu ne cesseras de monter, les marches ne cesseront pas, sous tes pieds qui montent elles ne cesseront de monter à l’infini. » La notion d’infini mise en avant ici par Kafka est très importante et on la retrouve sous la plume Adonis, Jabès et Canetti car ces derniers soulignent que la vitalité ne peut être figée sinon elle meurt et apparait vieillie aux lecteurs : « Beaucoup ont essayé de saisir leur vie dans sa cohérence spirituelle et ceux qui y sont parvenus nous paraissent singulièrement vieillis aujourd’hui. » Elias Canetti.

L’analyse du paratexte nous permet de souligner qu’El Maleh propose ici aux lecteurs un discours métalittéraire. En effet le fragment, l’écriture fragmentaire mise en avant par l’auteur et par ses pairs : «  J’aurais aimé que davantage nous fassent part aussi de leurs divagations. » Elias Canetti mime le rythme de la vie, une vie n’est pas linéaire et pose alors la question de la narration. Pourquoi le récit, surtout le récit introspectif comme il s’écrit à partir du XIXe serait-il linéaire ? Ici réside la force de l’écriture de El Maleh.

Dans ce dernier mouvement il convient de revenir sur la nature même de l’épigraphe afin de renforcer l’idée de fragment. L’épigraphe est une citation nécessairement fragmentée : l’auteur sélectionne un passage d’une oeuvre, une phrase d’un paragraphe, cette pratique est une construction. El Maleh sélectionne les fragments qui vont lui permettre de construire l’unité de son oeuvre et de l’inscrire dans une généalogie littéraire. A ce titre les épigraphes se trouvent détournées et « décontextualisées » en cela qu’ils sont arrachés de leur propre unité afin d’en constituer une autre. El Maleh donne, redonne une nouvelle identité à ces textes et leur confère un nouveau sens.  En cela il prépare le lecteur, oriente la lecture.

 Ainsi, la présence ou l’absence d’épigraphe dans un ouvrage est signifiante en cela qu’il oriente la lecture, et permet à l’auteur de choisir et de s’intégrer au sein d’une famille littéraire partageant les mêmes idées et combats.  Mais également car l’épigraphe permet à l’auteur d’anticiper la réception de l’oeuvre mais aussi sa postérité.  L’étude des épigraphes présents dans l’oeuvre Ailen ou la nuit du récit, nous a permis de corroborer et d’illustrer la définition de Gerard Genette. Toutefois le paratexte dans l’oeuvre d’El Maleh est chargé d’une fonction qui dépasse celles de Gerard Genette.  Les épigraphes, sont les mantras d’une écriture qui se cherche et se construit aux confluents de l’oral et de l’écrit. Comme le rappelle le titre du recueil « Ailen ou la nuit du récit » la présence de plusieurs voix est légitime. On peut alors souligner qu’un dialogue s’instaure entre l’auteur et les auteurs des épigraphes, dialogue relayé par le narrateur et les personnages récit.El Maleh débute son récit par « c’est peut être les voix ». Il est alors possible aux lecteurs de penser que ces voix sont celles de Elias Canetti, d’Edmond Jabès de Kafka ou encore les siennes. Dès le début du roman le dialogue est ouvert. L’écrit / l’acte d’écrire dans l’oeuvre d’El Maleh n’a pour but que de compléter, de donner davantage de sens à l’acte même de conter. Les épigraphes jouent un rôle majeur dans ce processus : elles garantissent l’unité du dialogue, et l’ensemble des voix ici convoquées. Les épigraphes sont ici les maximes, les voix qui donnent un cadre au récit,  qui lui est libre comme la parole.  L’oeuvre d’El Maleh  est une réflexion sur l’écriture qui fait état d’une incapacité pour le narrateur de créer sa propre histoire et pour l’auteur son propre texte. Incapacité qui explique la présence importante de ces épigraphes qui sont autant de voix qui aident à créer et à structurer cette histoire qui ne peut pas s’écrire seule car seules des voix multiples peuvent être l’écho du passé et de l’histoire.

* en latin dans le texte: «  Admonere voluimus, non mordere; prodesse, non laedere; consulere moribus hominum,non officere. »

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *