Tous les articles par Bérénice VOITURET

Pour une lecture épigraphique d’Aïlen ou la nuit du récit , Edmond Amran El Maleh

 

L’oeuvre d’Edmond Amran el-Maleh est imprégnée d’une mémoire juive et arabe qui célèbre la symbiose culturelle d’un Maroc arabe, berbère, juif. Cette unicité mémorielle est présentée aux lecteurs européens grâce à un travail sur la langue remarquable construit autour d’un schéma narratif arabe : « Écrivant en français, je savais que je n’écrivais pas en français. Il y avait cette singulière greffe d’une langue sur l’autre, ma langue maternelle l’arabe, ce feu intérieur. » Edmond Amran el-Maleh, Le Magazine littéraire, mars 1999. Cette prose si particulière permet également d’offrir une unité poétique aux conflits qui marquent ce pays, juste le temps d’une lecture. Au regard de cette production littéraire notre projet d’étude autour des épigraphes dans Ailen ou la nuit du récit, s’attardera à démontrer que cette pratique du « paratexte » par l’auteur inscrit ce roman par un jeu de filiations et d’échos dans une sphère universelle et intemporelle créant de ce fait une bibliothèque de poche présente au sein même du roman.  Ainsi en nous appuyant sur le recueil de poétique littéraire Seuils, de Gerard Genette, 1987, et la définition que donne ce dernier de l’épigraphe : «Je définirai grossièrement l’épigraphe comme une citation placée en exergue, généralement en tête d’œuvre ou de partie d’oeuvre ; qu’il convient de ne pas confondre avec la dédicace », nous nous attacherons à montrer en quoi les épigraphes garantissent d’une unité, ressaisissant et unissant le contenu d’une écriture fragmentaire ? Mais également en quoi ces derniers sont une mise en abime du texte, offrant un discours méta-littéraire sur l’oeuvre ? Une inscription au sein d’une famille littéraire et créative.  Pour ce faire en nous appuyant tout d’abord sur les travaux de Gérard Genette nous nous attacherons à montrer que l’épigraphe est une pratique littéraire aux objectifs multiples pour ensuite centrer notre étude sur la pratique épigraphique dans l’œuvre Ailen ou la nuit du récit, pour enfin souligner la puissance du discours méta-littéraire que convoque l’utilisation du paratexte.  Comme signalé en introduction Gerard Genette définit l’épigraphe comme une citation placée en exergue, généralement en tête d’oeuvre ou de partie d’œuvre et majoritairement allographe c’est-à-dire « selon nos conventions, attribuée à un auteur qui n’est pas celui de l’oeuvre. »

Continuer la lecture de Pour une lecture épigraphique d’Aïlen ou la nuit du récit , Edmond Amran El Maleh