Tous les articles par Cosimo Chiarelli

Jeu de cartes postales – Parcours Immobile

Maintenant devant moi ce jeu de cartes postales: tenter de recomposer une vie pas à pas à partir de ces images muettes des feuilles mortes dérisoires souvenirs de carton. Haroun! il écrivait peu parfois une signature une trace de vie. Il lui écrivait de Londres d’Amsterdam et de Hambourg. A chaque escale de l‘Agadir il lui écil écrivait avec une pudeur extrême en espagnol puisqu’elle était chez les sœurs espagnoles las Hermanas qui lui apprenaient la broderie et le piano il n’écrivait pas en arabe ou en judéo-arabe mais en espagnol peut-être parce que déjà le dépaysement s’insinuait dans son cœur dans sa manière d’aimer parce qu’une parole autre dominante travaillait sa tendresse.

Valentine’s series famous throughout the world Post Card : « Hoy te mando las targetas del Franco-British Exhibition (1908) donde estuve a noche que es de lejos ne se puede hacer una idea de su magnificidad. » Merveilleux lointain irréel ce palais de la Femme « Palace of Women’s work », cetMerveilleux ce palais lui-même aux galeries ouvertes, dominé par quatre clochers ajourés comme une broderie puis dans ce jardin un couple élégant rêveur.

Jeu de _cartes ! Une à une dérisoirement elles passent d’une main à l’autre, indifférentes, écran au regard anxieux qui voudrait lire et se lire l »Estoy aqui desde el viernes pasado. Como sigues con el piano ? » « Estoy aqui » : la Bourse de Hambourg sup. « Estoy aqui » : des paysages calmes verts, des collines, des rues larges une architecture que ses yeux n’avaient jamais vue, Haroun avidement accomplissait son voyage : les paysages de son enfance partaient à la dérive le désir sage désertait les lieux de sa naissance à son insu il était tout à l’innocence du voyage à la certitude du retour rassurant sa parole son cœur revenaient là dans cette maison haute vers elle « como sigues con tu piano » le balancier de la grande pendule allait inlassablement le tic-tac se moquait du temps les notes sous ses doigts hésitaient un coup de heurtoir sur la porte ! sa mère l’appelle « Viens une carte pour toi c’est l’homme du consulat qui l’apporte. » Evénement inouï irruption de lumière dans la pénombre de la ruelle une voix traversait le silence immense : Regarde ! C’est merveilleux son cœur en creux marquait le désir les yeux ne voyaient plus que l’absence calme heureuse comme ces passages qui venaient à elle. Savait-elle lire ? Peu importe.

Parcours immobile, Edmond Amran El Maleh, [Maspéro, 1980] éd. André Dimanche, 2000, p. 25-26

Note biographique

cropped-thé_Septembre2001.jpg

Edmond Amran El Maleh est né à Safi en 1917 au sein d’une famille juive originaire d’Essaouira.cropped-Æncrages.jpg Responsable du Parti Communiste Marocain (alors clandestin), il milite pour l’indépendance nationale du Maroc. En 1945, il est nommé secrétaire des Jeunesses au PC. Il s’engage dans le mouvement de Libération. En 1959, il démissionne de ses fonctions politiques et quitte le Maroc en 1965 pour s’installer à Paris.

El Maleh est ensuite professeur de philosophie au lycée Sainte-Barbe.

Durant 25 ans de vie à Paris, El Maleh rencontre Taher Ben Jelloun, Juan Goytisolo, José Ángel Valente, et André Sanchez Robeyna qui lui ouvre les colonnes de sa revue Praxis. Ces figures titulaires lui offrent l’amitié et la reconnaissance qui lui a été « refusée dans l’espace littéraire parisien, à l’exception d‘amis proches comme Dominique Eddé ou François Bott. [i]» C’était également l’époque de la collaboration d’El Maleh au journal Le Monde en tant que pigiste chroniqueur.

Edmond Amran El Maleh était un lettré engagé dans le débat intellectuel et politique. Il prend position pour les palestiniens dans la revue « études palestiniennes » et « les Temps modernes », il signe le manifeste des Cent intellectuels juifs contre les attaques du Liban par Israël

Arrivé tardivement à l’écriture, à l’âge de 63 ans, il publie son premier récit, Parcours immobile, en 1980, puis d’autres romans, nouvelles, et de nombreux essais.

 En 1996, il reçoit le Grand Prix du Maroc pour l’ensemble de son œuvre. Cet hommage et la mort de son épouse, Marie-Cécile Dufour, expliquent sans doute son retour définitif au Maroc en 1999.

Si ses écrits sont tous imprégnés d’une mémoire juive et arabe qui célèbre la symbiose culturelle d’un Maroc arabe, berbère et juif, elle n’efface pas pour autant la complexité ni les conflits.

[i] Entretiens avec Edmond Amrane El Maleh par Marie Redonnet, Grenoble,éditions La Pensée sauvage, 2006, p. 46