Archives de catégorie : Biographie

Biographie participative d’El Maleh. Chaque contributeur peut ajouter des éléments biographiques qui seront croisés avec d’autres versions et aboutiront peut-être à ce qui ressemblerait le plus à une biographie.

Note biographique

cropped-thé_Septembre2001.jpg

Edmond Amran El Maleh est né à Safi en 1917 au sein d’une famille juive originaire d’Essaouira.cropped-Æncrages.jpg Responsable du Parti Communiste Marocain (alors clandestin), il milite pour l’indépendance nationale du Maroc. En 1945, il est nommé secrétaire des Jeunesses au PC. Il s’engage dans le mouvement de Libération. En 1959, il démissionne de ses fonctions politiques et quitte le Maroc en 1965 pour s’installer à Paris.

El Maleh est ensuite professeur de philosophie au lycée Sainte-Barbe.

Durant 25 ans de vie à Paris, El Maleh rencontre Taher Ben Jelloun, Juan Goytisolo, José Ángel Valente, et André Sanchez Robeyna qui lui ouvre les colonnes de sa revue Praxis. Ces figures titulaires lui offrent l’amitié et la reconnaissance qui lui a été « refusée dans l’espace littéraire parisien, à l’exception d‘amis proches comme Dominique Eddé ou François Bott. [i]» C’était également l’époque de la collaboration d’El Maleh au journal Le Monde en tant que pigiste chroniqueur.

Edmond Amran El Maleh était un lettré engagé dans le débat intellectuel et politique. Il prend position pour les palestiniens dans la revue « études palestiniennes » et « les Temps modernes », il signe le manifeste des Cent intellectuels juifs contre les attaques du Liban par Israël

Arrivé tardivement à l’écriture, à l’âge de 63 ans, il publie son premier récit, Parcours immobile, en 1980, puis d’autres romans, nouvelles, et de nombreux essais.

 En 1996, il reçoit le Grand Prix du Maroc pour l’ensemble de son œuvre. Cet hommage et la mort de son épouse, Marie-Cécile Dufour, expliquent sans doute son retour définitif au Maroc en 1999.

Si ses écrits sont tous imprégnés d’une mémoire juive et arabe qui célèbre la symbiose culturelle d’un Maroc arabe, berbère et juif, elle n’efface pas pour autant la complexité ni les conflits.

[i] Entretiens avec Edmond Amrane El Maleh par Marie Redonnet, Grenoble,éditions La Pensée sauvage, 2006, p. 46