Archives de catégorie : Constellations maléhiennes

Extrais de texts d’El Maleh autour des mots-clés

Analyse de texte – Lire et quêter : lectures poétiques de l‘autre de Mohamed Leftah et d’Edmond Amran El Maleh

Analyse de texte – Lire et quêter : lectures poétiques de l‘autre de Mohamed Leftah et d’Edmond Amran El Maleh

« J’aurais aimé, j’ai toujours voulu tenir le journal d’une lecture et je ne cesse d’y penser, d’y revenir à chaque fois. […] Un journal des jours, des heures, dans leur concrétude, la rencontre de visages nouveaux, de paysages inconnus, l’éphémère des impressions de l’instant, l’imprévu, la découverte, les cieux changeants, la halte, le plaisir et la lassitude, la langueur, la difficulté d’aller plus loin, l’instant exquis, rare, ce bonheur de l’écrire. » (1)

Dans leurs textes, Mohamed Leftah comme Edmond Amran El Maleh manifestent à maintes reprises leur amour de la lecture et l’importance qu’elle revêt dans leur propre écriture. Il existe toutefois peu de publications qui témoignent de l’intérêt de l’un pour les œuvres de l’autre. On en trouve une trace dans le travail journalistique de Mohamed Leftah, qui a notamment publié, en mars 1991 dans journal Le Libéral, l’article « Le retour d’Abou El Haki‘ d’Edmond Amran El Maleh ». Deux essais se distinguent pourtant des autres travaux en présentant une réflexion à la fois intense et condensée sur la poétique et sur l’écriture de l’autre. Dans « Un chant au-delà de toute mémoire », publié sous forme d’extrait en 2010 (2), Mohamed Leftah tente de définir la poétique d’El Maleh comme un « Art de la bifurcation » en décrivant l’importance du motif du figuier dans les textes malehiens. Déjà en 2009, El Maleh avait quant à lui entrepris, dans son hommage « Saint et martyr » (3), une recherche poétique des mots aptes à décrire la singularité de l’écriture leftahienne. Dans ce texte qui débute comme un souvenir, et dont la lecture devrait être, selon El Maleh, « plus qu’un banal soupir » (4), ce dernier évoque tout d’abord le contexte officiel de sa relation avec Mohamed Leftah. Il esquisse l’atmosphère de l’époque qui suivit l’indépendance, sa perception d’une volonté de rupture chez ses élèves en philosophie au lycée Mohamed V et son sentiment de responsabilité dans la formation intellectuelle de cette nouvelle génération. L’un de ces élèves était Mohamed Leftah, qu’il retrouvera des années plus tard à Paris, cette fois en tant qu’ami. C’est El Maleh qui sera le premier à lire le manuscrit des Desmoiselles de Numidie. Convaincu de la qualité littéraire du roman, il joue le rôle d’intermédiaire dans sa publication. C’est ce premier roman, ainsi qu’Au bonheur des limbes, L’enfant de marbre et Ambre ou les métamorphoses de l‘amour, qui servent de base à son essai consacré à la quête de la poétique leftahienne.

Continuer la lecture de Analyse de texte – Lire et quêter : lectures poétiques de l‘autre de Mohamed Leftah et d’Edmond Amran El Maleh

anaisboelicke

Doctorante en lettres à l'université de Cologne et chargée de programmation culturelle et de communication à l'Institut Goethe de Rabat, Anais se focalise dans son travail sur le Maghreb et ses cultures. Dans sa thèse elle travaille sur la ville et l'espace dans le roman maghrebin francophone.

More Posts

Mohamed Leftah (1946-2008)

LeftahNé en 1946 à Settat et décédé le 20 juillet 2008 au Caire, l’écrivain marocain francophone n’a été longtemps connu que par un petit cercle de lecteurs. Dès son adolescence, il commence à écrire et rédige en 1963, alors qu’il est encore lycéen, son premier texte romanesque : un roman à l’eau de rose qui ne fut jamais publié. Après des études d’ingénierie interrompues à l’Ecole des Travaux Publiques à Paris – où il participe aux mouvements de « mai 68 » – et un diplôme de programmeur en informatique, il commence à travailler dans plusieurs entreprises marocaines comme informaticien, parmi lesquelles des banques, l’Office du Commerce Extérieur, Royal Air Maroc et des assurances. Il n’abandonne pas pour autant sa passion pour l’écriture et commence dans le même temps à publier ses premiers articles, chroniques et entretiens. En 1994, il quitte le métier d’informaticien pour se consacrer entièrement à l’écriture et travaille dans un premier temps comme journaliste culturel dans les journaux marocains Le Matin du Sahara et Le Temps du Maroc. Parallèlement, Mohamed Leftah commence à rédiger des textes critiques, parmi lesquels on trouve notamment des essais sur Paul Bowles (non publié) et Edmond Amran El Maleh (extrait publié dans la revue Expressions maghrébines), qui fut son professeur de philosophie. Ses œuvres essentielles restent toutefois les onze romans et recueils de nouvelles publiés en 1992 et entre 2006 et 2011. Après que le manuscrit a été refusé par plusieurs maisons d’éditions marocaines, son premier roman, intitulé Demoiselles de Numidie, voit le jour en 1992 aux Éditions de l’Aube. Après s’être fâché avec la maison d’édition et avoir connu quelques changements dans sa vie personnelle, Mohamed Leftah décide de s’exiler au Caire pour consacrer entièrement son temps à l’écriture. Il faudra toutefois attendre encore quatorze ans avant que ne paraisse une nouvelle œuvre romanesque leftahienne – cette fois-ci aux Éditions de la Différence. Les années suivantes sont marquées par la publication de dix romans et recueils de nouvelles, toutes réunies chez le même éditeur. En 2010, son premier roman, Demoiselles de Numidie, est édité pour la première fois dans une maison d’édition marocaine : Tariq Éditions. Mohamed Leftah disparaît le 20 juillet 2008 des suites d’un cancer de l’œsophage.


Romans et nouvelles
De son vivant
Demoiselles de Numidie, roman, Paris, Casablanca [1992], (2006), (2010),  [Éditions de l’Aube], Éditions de la Différence, Tariq Éditions
Au bonheur des limbes, roman, Paris (2006), Éditions de la Différence   Ambre ou les métamorphoses de l’amour, roman, Paris (2006), Éditions de la Différence
Une fleur dans la nuit suivi de Sous le soleil et le clair de lune, nouvelles, Paris (2006), Éditions de la Différence           
L’enfant de marbre
, roman, Paris (2007), Éditions de la Différence
Un martyr de notre temps, nouvelles, Paris (2007), Éditions de la Différence

Posthume
Le jour de Vénus, roman, Paris (2009), Éditions de la Différence
Une chute infinie, chronique, Paris (2009), Éditions de la Différence
L’écrivain face aux djinns, nouvelle, dans : Abdellah Baïda (Ed.), « Mohamed Leftah ou le bonheur des mots », Casablanca (2009), pp. 181-190, Tariq Editions
Hawa ou le chant du quartier Boussbir, roman, Paris (2010), Éditions de la Différence
Récits du monde flottant, roman, Paris (2010), Éditions de la Différence
Le dernier combat du captain Ni’mat, roman, Paris (2011), Éditions de la Différence
(Mohamed Leftah souhaitait explicitement une publication posthume de ce texte mettant en avant les phantasmes et les aventures homosexuels d’un ancien militaire égyptien)
L’Oubli d’Abu Nuwas, nouvelle, dans : Collectif, « Nouvelles du Maroc », Paris (2011), pp. N.N., Paris, Magellan et CIE

Critiques et textes journalistiques  
Articles journalistiques 
Une liste presque complète des articles journalistiques issus de la plume de Mohamed Leftah se trouve ici : www.limag.com

Essai sur Edmond El Maleh
Extrait de : « Un chant au-delà de toute mémoire », dans : Expressions maghrébines Vol. 9, 2 (2010), p. 81-84.

 

anaisboelicke

Doctorante en lettres à l'université de Cologne et chargée de programmation culturelle et de communication à l'Institut Goethe de Rabat, Anais se focalise dans son travail sur le Maghreb et ses cultures. Dans sa thèse elle travaille sur la ville et l'espace dans le roman maghrebin francophone.

More Posts

nuage et mots clés

Le centre relégué au milieu d’autres centres, c’est à la formation d’une constellation que nous assistons, où la langue libérée de son pacte exclusif avec la nation, libre désormais de tout pouvoir autre que ceux de la poésie et de l’imaginaire, n’aura pour frontières que celles de l’esprit. (Michel Le Bris, Jean Rouaud, « Pour une “littérature‑monde” en français », Le Monde, 16 mars 2007).

(en construction)

     noms propres

       nom communs

Walter Benjamin

Marie-Cécile Dufour

Dominique Eddé

Essaouira

Azaila

Safi

Marrakech

Léo Strauss

éleveur de mots

écriture allégorique

mémoire

Objets

Progrès

Histoire

Touriya Fili-Tullon

Maître de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Dominique Eddé

Née à Beyrouth en 1953 dans une grande famille chrétienne du Liban, Dominique Eddé est historienne de formation, elle a également été enseignante, critique littéraire, traductrice et éditrice.

AVT_Dominique-Edde_4292
Dominique Eddé commence en France son parcours littéraire. Son premier roman, Lettre posthume, est publié en 1989. Suivent les romans Pourquoi il fait si sombre ? (1999) et Cerf-volant (2003). En 2004, elle écrit La lettre et la mort, des entretiens avec le psychanalyste André Green, puis en 2007, un essai sur Genet, Le crime de Jean Genet.
Elle a obtenu le prix Phénix de littérature en 1999 pour sa contribution à la traduction française et à l’édition de plusieurs ouvrages d’Edward Saïd. Elle a également dirigé la constitution d’archives photographiques de la ville de Beyrouth dévastée, avec la participation de photographes tels que Robert Frank, Raymond Depardon et Gabriele Basilico. Ce projet a donné naissance à la publication de Beyrouth centre-ville (éditions du Cyprès) en 1992.
En 2012, elle publie Kamal Jann texte romanesque où s’entremêlent les services secrets syriens et américains. Elle vit actuellement entre la Turquie et la France.

Bibliographie sélective

  • Kamal Jann, Albin Michel, 2012
  • Le crime de Jean Genet, Seuil, 2007
  • Koudelka, textes de Robert Delpire, Dominique Eddé, Michel Frizot et al.
  • Delpire, 2006
  • La lettre et la mort : promenade d’un psychanalyste à travers la littérature : Proust, Shakespeare, Conrad, Borges : entretiens avec Dominique Eddé, André Green, Denoël, 2004
  • Cerf-volant, Gallimard, L’Arpenteur, 2003
  • Beyrouth 1991(2003), photographies Gabriele Basilico avec des textes de Francesco Bonami, Dominique Eddé, Le Point du jour, 2004
  • Pourquoi il fait si sombre ?, Seuil, 1999
  • Lettre posthume, Gallimard, L’Arpenteur, 1989Biographie de la Documentation de Radio France, le 23/02/2012
Dominique Eddé  et Salam Kawakibi, sur France Culture: Les Matins de France Culture

Touriya Fili-Tullon

Maître de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Jeu de cartes postales – Parcours Immobile

Maintenant devant moi ce jeu de cartes postales: tenter de recomposer une vie pas à pas à partir de ces images muettes des feuilles mortes dérisoires souvenirs de carton. Haroun! il écrivait peu parfois une signature une trace de vie. Il lui écrivait de Londres d’Amsterdam et de Hambourg. A chaque escale de l‘Agadir il lui écil écrivait avec une pudeur extrême en espagnol puisqu’elle était chez les sœurs espagnoles las Hermanas qui lui apprenaient la broderie et le piano il n’écrivait pas en arabe ou en judéo-arabe mais en espagnol peut-être parce que déjà le dépaysement s’insinuait dans son cœur dans sa manière d’aimer parce qu’une parole autre dominante travaillait sa tendresse.

Valentine’s series famous throughout the world Post Card : « Hoy te mando las targetas del Franco-British Exhibition (1908) donde estuve a noche que es de lejos ne se puede hacer una idea de su magnificidad. » Merveilleux lointain irréel ce palais de la Femme « Palace of Women’s work », cetMerveilleux ce palais lui-même aux galeries ouvertes, dominé par quatre clochers ajourés comme une broderie puis dans ce jardin un couple élégant rêveur.

Jeu de _cartes ! Une à une dérisoirement elles passent d’une main à l’autre, indifférentes, écran au regard anxieux qui voudrait lire et se lire l »Estoy aqui desde el viernes pasado. Como sigues con el piano ? » « Estoy aqui » : la Bourse de Hambourg sup. « Estoy aqui » : des paysages calmes verts, des collines, des rues larges une architecture que ses yeux n’avaient jamais vue, Haroun avidement accomplissait son voyage : les paysages de son enfance partaient à la dérive le désir sage désertait les lieux de sa naissance à son insu il était tout à l’innocence du voyage à la certitude du retour rassurant sa parole son cœur revenaient là dans cette maison haute vers elle « como sigues con tu piano » le balancier de la grande pendule allait inlassablement le tic-tac se moquait du temps les notes sous ses doigts hésitaient un coup de heurtoir sur la porte ! sa mère l’appelle « Viens une carte pour toi c’est l’homme du consulat qui l’apporte. » Evénement inouï irruption de lumière dans la pénombre de la ruelle une voix traversait le silence immense : Regarde ! C’est merveilleux son cœur en creux marquait le désir les yeux ne voyaient plus que l’absence calme heureuse comme ces passages qui venaient à elle. Savait-elle lire ? Peu importe.

Parcours immobile, Edmond Amran El Maleh, [Maspéro, 1980] éd. André Dimanche, 2000, p. 25-26