Archives de catégorie : Contributions originales

Articles, notes, reflexions originales des contributeurs sur l’oeuvre d’El Maleh

Analyse de texte – Lire et quêter : lectures poétiques de l‘autre de Mohamed Leftah et d’Edmond Amran El Maleh

Analyse de texte – Lire et quêter : lectures poétiques de l‘autre de Mohamed Leftah et d’Edmond Amran El Maleh

« J’aurais aimé, j’ai toujours voulu tenir le journal d’une lecture et je ne cesse d’y penser, d’y revenir à chaque fois. […] Un journal des jours, des heures, dans leur concrétude, la rencontre de visages nouveaux, de paysages inconnus, l’éphémère des impressions de l’instant, l’imprévu, la découverte, les cieux changeants, la halte, le plaisir et la lassitude, la langueur, la difficulté d’aller plus loin, l’instant exquis, rare, ce bonheur de l’écrire. » (1)

Dans leurs textes, Mohamed Leftah comme Edmond Amran El Maleh manifestent à maintes reprises leur amour de la lecture et l’importance qu’elle revêt dans leur propre écriture. Il existe toutefois peu de publications qui témoignent de l’intérêt de l’un pour les œuvres de l’autre. On en trouve une trace dans le travail journalistique de Mohamed Leftah, qui a notamment publié, en mars 1991 dans journal Le Libéral, l’article « Le retour d’Abou El Haki‘ d’Edmond Amran El Maleh ». Deux essais se distinguent pourtant des autres travaux en présentant une réflexion à la fois intense et condensée sur la poétique et sur l’écriture de l’autre. Dans « Un chant au-delà de toute mémoire », publié sous forme d’extrait en 2010 (2), Mohamed Leftah tente de définir la poétique d’El Maleh comme un « Art de la bifurcation » en décrivant l’importance du motif du figuier dans les textes malehiens. Déjà en 2009, El Maleh avait quant à lui entrepris, dans son hommage « Saint et martyr » (3), une recherche poétique des mots aptes à décrire la singularité de l’écriture leftahienne. Dans ce texte qui débute comme un souvenir, et dont la lecture devrait être, selon El Maleh, « plus qu’un banal soupir » (4), ce dernier évoque tout d’abord le contexte officiel de sa relation avec Mohamed Leftah. Il esquisse l’atmosphère de l’époque qui suivit l’indépendance, sa perception d’une volonté de rupture chez ses élèves en philosophie au lycée Mohamed V et son sentiment de responsabilité dans la formation intellectuelle de cette nouvelle génération. L’un de ces élèves était Mohamed Leftah, qu’il retrouvera des années plus tard à Paris, cette fois en tant qu’ami. C’est El Maleh qui sera le premier à lire le manuscrit des Desmoiselles de Numidie. Convaincu de la qualité littéraire du roman, il joue le rôle d’intermédiaire dans sa publication. C’est ce premier roman, ainsi qu’Au bonheur des limbes, L’enfant de marbre et Ambre ou les métamorphoses de l‘amour, qui servent de base à son essai consacré à la quête de la poétique leftahienne.

Continuer la lecture de Analyse de texte – Lire et quêter : lectures poétiques de l‘autre de Mohamed Leftah et d’Edmond Amran El Maleh

anaisboelicke

Doctorante en lettres à l'université de Cologne et chargée de programmation culturelle et de communication à l'Institut Goethe de Rabat, Anais se focalise dans son travail sur le Maghreb et ses cultures. Dans sa thèse elle travaille sur la ville et l'espace dans le roman maghrebin francophone.

More Posts