Archives par mot-clé : amitiés

Il s’agit d’un réseau d’amitiés, de lecteurs et de lectrices, d’affinités électives entre auteurs et autrices, éditeurs, éditrices, artistes et autres personnes du monde de l’art et de la culture

Khalil El Ghrib

Khalil El Ghrib (Azilah, 1948-) est un artiste plasticien singulier. Il expose rarement et refuse de se soumettre à la loi de la médiatisation ou à celle du marché. Ses œuvres ne sont ni datées ni signées et ne sont pas à vendre et quand elles rentrent dans des collections publiques ou privées, c’est par le biais de donations. Même si l’artiste n’accepte pas de montrer son travail, des expositions collectives et individuelles, au Maroc et à l’étranger, ont été réalisées grâce à des amis fidèles comme Edmond Amran El Maleh. Il y a une profonde complicité entre l’un et l’autre autour d’une vision de l’art, mais aussi une même conscience du temps. L’œuvre de El Ghrib est toute tournée vers le travail de la matière par le temps.

El Maleh et El Ghrib, photo non datée, crédit photo Abdellah Baïda. 

 

Bibliographie

Coudre le temps, éditions de la maison d’à côté 2007 (Livre et film documentaire)
• Edmond Amran El Maleh Khalil El Ghrib ou la pauvreté d’Asilah Editions Le Fennec 1998
• Revue Horizons maghrébins 1997 Itinérances n° 33/34 1er trimestre
• Edmond Amran El Maleh, L’oeil et la main. La pensée sauvage édition 1993

Filmographie

Du sensible et du parfum d’ange de James Sacré Editions Tarabuste 2006 (Documentaire)
Le Maître de la chaux, de Bernard Collet Perfect production 2002 (Documentaire)

Entretien radiophonique

Sur Webradio Zibeline: « Khalil El Ghrib à l’épreuve du temps »:

Touriya Fili-Tullon

Maître de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Mohamed Leftah (1946-2008)

LeftahNé en 1946 à Settat et décédé le 20 juillet 2008 au Caire, l’écrivain marocain francophone n’a été longtemps connu que par un petit cercle de lecteurs. Dès son adolescence, il commence à écrire et rédige en 1963, alors qu’il est encore lycéen, son premier texte romanesque : un roman à l’eau de rose qui ne fut jamais publié. Après des études d’ingénierie interrompues à l’Ecole des Travaux Publiques à Paris – où il participe aux mouvements de « mai 68 » – et un diplôme de programmeur en informatique, il commence à travailler dans plusieurs entreprises marocaines comme informaticien, parmi lesquelles des banques, l’Office du Commerce Extérieur, Royal Air Maroc et des assurances. Il n’abandonne pas pour autant sa passion pour l’écriture et commence dans le même temps à publier ses premiers articles, chroniques et entretiens. En 1994, il quitte le métier d’informaticien pour se consacrer entièrement à l’écriture et travaille dans un premier temps comme journaliste culturel dans les journaux marocains Le Matin du Sahara et Le Temps du Maroc. Parallèlement, Mohamed Leftah commence à rédiger des textes critiques, parmi lesquels on trouve notamment des essais sur Paul Bowles (non publié) et Edmond Amran El Maleh (extrait publié dans la revue Expressions maghrébines), qui fut son professeur de philosophie. Ses œuvres essentielles restent toutefois les onze romans et recueils de nouvelles publiés en 1992 et entre 2006 et 2011. Après que le manuscrit a été refusé par plusieurs maisons d’éditions marocaines, son premier roman, intitulé Demoiselles de Numidie, voit le jour en 1992 aux Éditions de l’Aube. Après s’être fâché avec la maison d’édition et avoir connu quelques changements dans sa vie personnelle, Mohamed Leftah décide de s’exiler au Caire pour consacrer entièrement son temps à l’écriture. Il faudra toutefois attendre encore quatorze ans avant que ne paraisse une nouvelle œuvre romanesque leftahienne – cette fois-ci aux Éditions de la Différence. Les années suivantes sont marquées par la publication de dix romans et recueils de nouvelles, toutes réunies chez le même éditeur. En 2010, son premier roman, Demoiselles de Numidie, est édité pour la première fois dans une maison d’édition marocaine : Tariq Éditions. Mohamed Leftah disparaît le 20 juillet 2008 des suites d’un cancer de l’œsophage.


Romans et nouvelles
De son vivant
Demoiselles de Numidie, roman, Paris, Casablanca [1992], (2006), (2010),  [Éditions de l’Aube], Éditions de la Différence, Tariq Éditions
Au bonheur des limbes, roman, Paris (2006), Éditions de la Différence   Ambre ou les métamorphoses de l’amour, roman, Paris (2006), Éditions de la Différence
Une fleur dans la nuit suivi de Sous le soleil et le clair de lune, nouvelles, Paris (2006), Éditions de la Différence           
L’enfant de marbre
, roman, Paris (2007), Éditions de la Différence
Un martyr de notre temps, nouvelles, Paris (2007), Éditions de la Différence

Posthume
Le jour de Vénus, roman, Paris (2009), Éditions de la Différence
Une chute infinie, chronique, Paris (2009), Éditions de la Différence
L’écrivain face aux djinns, nouvelle, dans : Abdellah Baïda (Ed.), « Mohamed Leftah ou le bonheur des mots », Casablanca (2009), pp. 181-190, Tariq Editions
Hawa ou le chant du quartier Boussbir, roman, Paris (2010), Éditions de la Différence
Récits du monde flottant, roman, Paris (2010), Éditions de la Différence
Le dernier combat du captain Ni’mat, roman, Paris (2011), Éditions de la Différence
(Mohamed Leftah souhaitait explicitement une publication posthume de ce texte mettant en avant les phantasmes et les aventures homosexuels d’un ancien militaire égyptien)
L’Oubli d’Abu Nuwas, nouvelle, dans : Collectif, « Nouvelles du Maroc », Paris (2011), pp. N.N., Paris, Magellan et CIE

Critiques et textes journalistiques  
Articles journalistiques 
Une liste presque complète des articles journalistiques issus de la plume de Mohamed Leftah se trouve ici : www.limag.com

Essai sur Edmond El Maleh
Extrait de : « Un chant au-delà de toute mémoire », dans : Expressions maghrébines Vol. 9, 2 (2010), p. 81-84.

 

anaisboelicke

Doctorante en lettres à l'université de Cologne et chargée de programmation culturelle et de communication à l'Institut Goethe de Rabat, Anais se focalise dans son travail sur le Maghreb et ses cultures. Dans sa thèse elle travaille sur la ville et l'espace dans le roman maghrebin francophone.

More Posts

Dominique Eddé

Née à Beyrouth en 1953 dans une grande famille chrétienne du Liban, Dominique Eddé est historienne de formation, elle a également été enseignante, critique littéraire, traductrice et éditrice.

AVT_Dominique-Edde_4292
Dominique Eddé commence en France son parcours littéraire. Son premier roman, Lettre posthume, est publié en 1989. Suivent les romans Pourquoi il fait si sombre ? (1999) et Cerf-volant (2003). En 2004, elle écrit La lettre et la mort, des entretiens avec le psychanalyste André Green, puis en 2007, un essai sur Genet, Le crime de Jean Genet.
Elle a obtenu le prix Phénix de littérature en 1999 pour sa contribution à la traduction française et à l’édition de plusieurs ouvrages d’Edward Saïd. Elle a également dirigé la constitution d’archives photographiques de la ville de Beyrouth dévastée, avec la participation de photographes tels que Robert Frank, Raymond Depardon et Gabriele Basilico. Ce projet a donné naissance à la publication de Beyrouth centre-ville (éditions du Cyprès) en 1992.
En 2012, elle publie Kamal Jann texte romanesque où s’entremêlent les services secrets syriens et américains. Elle vit actuellement entre la Turquie et la France.

Bibliographie sélective

  • Kamal Jann, Albin Michel, 2012
  • Le crime de Jean Genet, Seuil, 2007
  • Koudelka, textes de Robert Delpire, Dominique Eddé, Michel Frizot et al.
  • Delpire, 2006
  • La lettre et la mort : promenade d’un psychanalyste à travers la littérature : Proust, Shakespeare, Conrad, Borges : entretiens avec Dominique Eddé, André Green, Denoël, 2004
  • Cerf-volant, Gallimard, L’Arpenteur, 2003
  • Beyrouth 1991(2003), photographies Gabriele Basilico avec des textes de Francesco Bonami, Dominique Eddé, Le Point du jour, 2004
  • Pourquoi il fait si sombre ?, Seuil, 1999
  • Lettre posthume, Gallimard, L’Arpenteur, 1989Biographie de la Documentation de Radio France, le 23/02/2012
Dominique Eddé  et Salam Kawakibi, sur France Culture: Les Matins de France Culture

Touriya Fili-Tullon

Maître de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn