En passant

écrivain.e.s entre les langues

Quelques écrivains du Monde arabe recourant au français comme langue de création en concurrence avec l’arabe et (ou) pour des (auto)traductions d’œuvres littéraires

 

Adonis, Ali Ahmed Saïd Esber dit, né en 1930 : poète d’origine syrienne, installé au Liban dont il a acquis la nationalité dans les années 1960, puis « déterritorialisé » en France dans les années 1980 ; il a notamment traduit en arabe Saint-John Perse, Georges Schéhadé ou Yves Bonnefoy et, en français, Abû l’Alâ al-Ma’arrî (Rets d’éternité, Paris, Fayard, 1988).

Al-Hamdani, Salah, né en 1951 : homme de théâtre et écrivain irakien qui vit en France depuis 1974 ; a publié de nombreux recueils de nouvelles et de poèmes, en arabe (« Une vie entre parenthèses », nouvelles, Damas, Al Mada, 2000 ; « J’ai vu », poèmes, Alep, Maouakf, 1997), comme en français (Bagdad à ciel ouvert, poèmes, Chaillé-sous-les-Ormeaux (France) / Trois-Rivières (Québec), L’Idée bleue / Écrits des forges, 2006) ; a traduit, ou contribué à la traduction, en français de nombre de ses propres textes écrits en arabe, comme J’ai vu, poèmes, Paris, L’Harmattan, 2001, ou Le Cimetière des oiseaux, récits, La Tour d’Aigues, L’Aube, 2003.

BENCHEIKH, Jamel Eddine, 1930-2005 : universitaire et écrivain algérien qui vécut en France de 1956 à 1962 au moment de ses études d’arabe, puis, dans un « exil volontaire », de 1969 à sa mort. Grand spécialiste de la littérature arabe médiévale, on lui doit, outre de nombreux essais, la première traduction intégrale en français des Mille et une nuits, en collaboration avec André Miquel (Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, 3 vol., 2005-2006), ainsi que celle du Voyage de Mahomet (Paris, Imprimerie nationale, 2002). Également fervent défenseur de la littérature maghrébine d’expression française (Jean Sénac, Clandestin des deux rives [1926-1973], en collaboration avec Christiane Chaulet-Achour, Paris, Séguier, 1999). En marge de ses travaux universitaires, a eu en français une production journalistique (articles rassemblés dans Écrits politiques (1963-2000), Paris, Séguier, 2001) et poétique (recueils repris dans Poésie I et II, Saint-Benoît-du-Sault, Tarabuste, 2002 et 2003), sans oublier un roman (Rose noire sans parfum, Paris, Stock, 1998).

BEN JELLOUN, Tahar, né en 1944 : écrivain marocain vivant en France depuis 1971 ; son œuvre prolifique en fait l’auteur francophone le plus lu et le plus traduit dans le monde : poésie (Les Amandiers sont morts de leurs blessures, Paris, Maspero, 1976), romans (La Nuit sacrée, Paris, Seuil, 1987, prix Goncourt), nouvelles (Le Premier Amour est toujours le dernier, Paris, Seuil, 1995), essais (Le Racisme expliqué à ma fille, Paris, Seuil, 1998), sans compter les collaborations avec de nombreux journaux, en France, en Italie et en Espagne. La plupart de ces ouvrages ont été publiés dans des versions arabes dont la traduction a été révisée par l’auteur.

On ne peut mettre à son actif qu’une seule traduction (de l’arabe vers le français), mais emblématique : c’est celle du Pain nu ([ʾal-ḫubzu l-ḥāfī]) de Mohamed Choukri (Paris, Seuil, 1980) ; en effet, dix ans après avoir été écrit et malgré l’adaptation anglaise proposée par Paul Bowles dès 1973 (For Bread Alone, Londres, Peter Owen Editions), cet ouvrage continuait d’être systématiquement refusé par les éditeurs arabes ; le succès considérable de la version française fera tenter une édition en arabe à compte d’auteur (Casablanca, imprimerie Najah, 1982) qui, en raison du scandale suscité par un texte très cru, sera presque aussitôt interdite (1983) et le restera jusqu’en 2000. On observe avec intérêt que Tahar Ben Jelloun semble faire l’impasse sur cette traduction dans la bio-bibliographie officielle, « seule autorisée », qu’il donne sur son site Internet personnel (http://www.taharbenjelloun.org/accueil.php, page consultée le 1er mai 2008). Salah Natij a, par ailleurs, analysé dans « Le Pain nu de Mohamed Choukri et l’aventure de la traduction », s. d., l’influence supposée de la traduction française sur la version arabe finalement publiée en 1982 (article disponible sur Internet à l’adresse suivante : http://maduba.free.fr/pain_nu_traduction.htm, page consultée le 1er mai 2008).

 

BOUDJEDRA, Rachid : Rachid Boudjedra est né le 5 septembre 1941 à Ain Beida où il passe sa prime jeunesse. Les études commencées à Constantine sont poursuivies à Tunis au lycée Sadikia. Après l’ indépendance, il retourne en Algérie où il entreprend des études de philosophie à Alger, puis à Paris. Son cursus universitaire s’achève avec la présentation d’un mémoire sur Céline. L’œuvre romanesque de Boudjedra est d’abord écrite en langue française mais dès les années 1980, il se met à s’auto-traduire, parfois avec l’aide d’un traducteur professionnel : Le Démantèlement (1982), La Macération (1984), La Pluie (1987), La Prise de Gibraltar (1987), etc.  

BOUMEDIÈNE, Anissa : avocate et écrivaine algérienne, veuve du président Houari Boumediène (1932-1978). Elle a publié un recueil de poèmes (Le Jour et la nuit, Paris, Saint-Germain-des-Prés, 1980) et un roman historique (La Fin d’un monde, Alger, Bouchène, 1991) en français. Elle a, par ailleurs, traduit l’œuvre la plus copieuse qui soit restée de la poésie antéislamique, celle de Khansâ’, sous le titre de Moi, poète et femme d’Arabie, Arles, Sindbad / Actes Sud, 1987.

DINIA, Khalid, né en 1944 : universitaire marocain auteur d’une thèse sur Proust, a publié en outre un unique recueil de poèmes « sur un double corpus français et arabe auquel s’ajoute épisodiquement le berbère » : Hybrides, Paris, L’Harmattan, [1992], 2000.

DJEDIDI, Hafedh, né en 1954 : universitaire, homme de théâtre et écrivain tunisien ; sa production, outre les essais et les articles scientifiques, va de la poésie (Rien que le fruit pour toute la bouche, Paris, Silex, 1986) au théâtre (Les Vents de la nostalgie, Paris, L’Harmattan, 2003) en passant par le roman (Fièvres dans Hach-Médine, Paris, L’Harmattan, 2003) et privilégie le français. Mais il a également à son actif un roman en arabe (« La cave et le marteau », Tunis, Al-Atlassia, 1996), ainsi que la mise en scène de telle ou telle création théâtrale en dialectal (Mouch-normal, Sousse, atelier Les Plasticiens sur scène, 2006) ou en deux versions concurrentes (arabe et français) : Rahbet en-nsa / Forum des femmes, 1999 ; L’Envers et l’endroit, 2000 ; Dans la tourmente, 2000. Enfin, il a une activité de traducteur, que ce soit du français vers l’arabe (L’Oiseau-roi, contes d’Afrique subsaharienne recueillis par  Guy Coissard, Sousse, Saïdane, 1994) ou, de manière plus significative, de l’arabe vers le français (Anthologie de la nouvelle tunisienne, et Anthologie du roman tunisien, textes traduits de l’arabe par Fredj Lahouar et Hafedh Djedidi, Tunis, Publications de l’Union des écrivains tunisiens, 2003 et 2004).

el-Janabi, Abdelkader, né en 1944 : poète polyglotte d’origine irakienne, établi en France depuis 1977 après avoir vécu à Londres et à Vienne ; éditeur de plusieurs revues se plaçant explicitement dans le sillage du surréalisme, notamment Le Désir libertaire, Al-nukta et Arapoetica, – revues souvent interdites dans le Monde arabe à cause de leur approche critique des problèmes politiques, sociaux et religieux. A traduit en arabe nombre de poètes occidentaux contemporains, notamment Paul Celan, René Daumal, Max Jacob ; symétriquement, a publié en français plusieurs anthologies de la poésie arabe moderne : Le Spleen du désert, Petite anthologie du poème arabe en prose (Paris, Paris-Méditerranée, 2000), Le Verbe dévoilé, Petite anthologie de la poésie arabe au féminin (Paris, Paris-Méditerranée, 2000), La Poésie arabe contemporaine (Paris, Le Cherche midi, Poésie 1, 2001). Un de ses derniers recueils personnels de poèmes, Ce qui fut et jamais plus ne sera (Paris, Paris-Méditerranée, 2002) est lui-même bilingue arabe-français.

GUERMADI [ou : GARMADI], Salah, 1933-1982 : linguiste et écrivain tunisien, animateur de la scène intellectuelle tunisoise des années 1960 et 1970 par son rôle dans les revues Al-Tajdîd et Alif, pour cette dernière de concert avec Jacqueline Daoud et Lorand Gaspar ; ses contributions scientifiques montrent un intérêt particulier pour les problèmes liés au bi- / plurilinguisme ; son œuvre littéraire comporte des nouvelles (« Saïd ou le grain de Halfaouine », [en arabe], Tunis, Al-Tajdîd, 1961-1962 ; Le Frigidaire, recueil de six nouvelles en français et trois en arabe, Tunis, Alif, 1986), une pièce de théâtre (Poisson Halaoui, in Alif, n° 6, p. 98-126, 1975, et n° 7, p. 50-79, 1976), ainsi que des recueils de poèmes (Avec ou sans / « Chair vive », bilingue, Tunis, Cérès, [1970], 1982 ; Nos ancêtres les Bédouins, [en français], Paris, [Pierre-Jean Oswald, 1975], L’Harmattan, s.d.). Hormis ses propres œuvres, Salah Guermadi a traduit, du français vers l’arabe, aussi bien des ouvrages scientifiques (Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure, Éléments de linguistique générale d’André Martinet, Cours de phonétique arabe de Jean Cantineau) que littéraires (La Répudiation de Rachid Boudjedra, Moha le fou, Moha le sage de Tahar Ben Jelloun, Je t’offrirai une gazelle de Malek Haddad), ainsi que, de l’arabe vers le français, telle nouvelle de Ali Douagi (L’Observateur des étoiles). Il s’est également auto-traduit, notamment des nouvelles du recueil Le Frgidaire.[1]

Guiga, Tahar, né en 1922 : érudit, traducteur et nouvelliste tunisien ; a notamment traduit en français ses propres Contes et nouvelles de Tunisie, Paris, CILF, 1986.

Hayek, Michel, 1928-2005 : théologien maronite libanais, islamologue et poète, auteur de nombreux essais en arabe et en français ; parmi ses recueils poétiques, Le Livre de l’exode et du retour, [1966], poèmes, traduction française par Jacqueline Frédéric-Frié et par l’auteur, Vitry-sur-Seine, Cariscript, 1989.

Hussin, Jabbar Yassin, né en 1954 : écrivain irakien ayant vécu en exil en France de 1976 à 2003, auteur de poèmes, de récits ainsi que de contes pour enfants, en arabe et en français ; a participé à la traduction en français de Loin du premier ciel, poèmes de Saadi Youssef, en collaboration avec Abdellatif Laâbi, Farouk Mardam-Bey et Habib Tengour, Arles, Sindbad / Actes Sud, 1999.

Laâbi, Abdellatif, né en 1942 : écrivain marocain, fondateur de la revue Souffles (1966-1971), lieu par excellence de revendication culturelle et sociale à l’échelle du Maroc, du Maghreb et du Tiers-Monde ; emprisonné au lendemain de l’interdiction de la revue, A. Laâbi finira par s’exiler en France en 1985. Son œuvre comporte des recueils de poèmes (Œuvre poétique I, Paris, La Différence, 2006), des romans (Le Fond de la jarre, Paris, Gallimard, 2002), des pièces de théâtre (Rimbaud et Shéhérazade, volume réunissant Le Baptême chacaliste, Exercices de tolérance et Le Juge et l’ombre, Paris, La Différence, 2000), sans compter des volumes plus autobiographiques (Chroniques de la citadelle d’exil, lettres de prison [1972-1980], Paris, [Denoël, 1983], La Différence, 2000) ou dédiés à la jeunesse. L’essentiel est écrit en français. Quelques rares volumes de poèmes (ou d’autres dédiés à la jeunesse) ont été réédités en version bilingue (français-arabe) ou trilingue (français-arabe-espagnol) comme Les Fruits du corps (Rabat, Marsam, 2005) ; mais la plus grande partie de cette œuvre a été traduite en arabe par des tiers et publiée, d’abord à Beyrouth, puis au Maroc à partir des années 1990. Au reste, Abellatif Laâbi a lui-même déployé une intense activité de traducteur de l’arabe vers le français, permettant à un nouveau lectorat de découvrir des poètes arabes contemporains essentiels, un Mahmoud Darwich (Rien qu’une autre année, Paris, UNESCO / Minuit, 1983 ; Plus rares sont les roses, Paris, Minuit, 1989) ou un Saadi Youssef (Loin du premier ciel, Arles, Sindbad / Actes Sud, 1999). Deux anthologies signent les préoccupations du traducteur : La Poésie palestinienne contemporaine ([Paris, Messidor, 1990], Pantin / Saint-Martin-d’Hères, Le Temps des cerises / Maison de la poésie Rhône-Alpes, 2002), et La Poésie marocaine de l’Indépendance à nos jours (Paris, La Différence, 2005), – première de son espèce et qui réunit des poètes écrivant pour la plupart en arabe, pour quelques-uns en français.

LWIZ, Dyhia : (1985 à Béjaïa- 2017 à Béjaïa, en Algérie), Dihya Lwiz (de son vrai nom, Louiza Aouzelleg) est une autrice trilingue mais elle n’a publié qu’en arabe et tamazight. Elle a publié deux romans en langue arabe : Jassadoun yaskounounî [un corps m’habite] et Sa’aqdhifu nafsî amamaka [Je me jetterai à tes pieds] et publiés respectivement en 2012 et 2013, elle avait collaboré à un  recueil de nouvelles en Tamazight. Titulaire du prix Mohamed Dib en 2016 pour son roman Gar igenni d tmurt [Entre ciel et terre].

MARDAM-BEY, Farouk, né en 1944 : historien, écrivain et éditeur d’origine syrienne, établi en France depuis la fin des années 1960 ; dirige notamment la collection Sindbad chez Actes Sud, qui, par ses traductions, a fait connaître nombre d’œuvres du domaine arabo-musulman (arabes, turques, persanes), qu’elles soient classiques ou contemporaines. Outre diverses études sur l’histoire du conflit israélo-arabe et la question palestinienne, on lui doit, en éditions bilingues illustrées par Rachid Koraïchi, une Anthologie de poésie arabe contemporaine (Arles, Actes Sud, 2007) et Poésie arabo-andalouse : petite anthologie (Paris, Michalon, 2007).

Meddeb, Abdelwahab, né en 1946 : universitaire et écrivain d’origine tunisienne établi en France ; a publié, toujours en français, romans (Contre-prêches, Paris, Seuil, 2006), recueils de poésie (La Matière des oiseaux, Saint-Clément, Fata Morgana, 2001), essais (La Maladie de l’Islam, Paris, Seuil 2002). Acteur très médiatique des débats de société sur les évolutions de l’Islam. A traduit de l’arabe vers le français deux ouvrages de soufis médiévaux (Les Dits de Bistami, Paris, Fayard, 1989 ; Récit de l’exil occidental de Suhrawardi, Saint-Clément, Fata Morgana, 1993), mais surtout, en collaboration avec Fady Noun, un roman du Soudanais Tayeb Salih, Saison de la migration vers le Nord (Arles, Actes Sud, [/ Sindbad, 1983], Babel, 1996), un des ouvrages clés de la fiction arabe contemporaine.

Mohsen, Adnan, né en 1955 : poète et traducteur irakien ; la version française de son premier recueil, La Mémoire du silence (Paris L’Harmattan, 1994) est le fruit d’une collaboration entre l’auteur et Aude de Thiersant ; ultérieurement, publiera sous son seul nom des recueils bilingues arabe-français, comme Du même acabit (Paris, L’Harmattan, 2005). A aussi traduit de l’arabe Au-delà des mots de Mohammed Saïd Saggar (Paris, l’Harmattan, 1995), Ascension de l’amant de Amjad Nasser (Paris, L’Harmattan, 1998).

SANBAR, Élias, né en 1947 : originaire de Haïfa, réfugié avec sa famille au Liban ; en 1969, il vient poursuivre ses études d’histoire en France où il s’établit ; fondateur de la Revue d’études palestiniennes dont il assure toujours la rédaction en chef. Outre ses traductions d’une grande partie de l’œuvre du poète palestinien Mahmoud Darwich (La Terre nous est étroite et autres poèmes, Paris, Gallimard, Poésie, 2000 ; Le Lit de l’étrangère, Arles, Actes Sud, 2000 ; Ne t’excuse pas, id., 2006 ; etc.), ses essais autour de la question palestinienne (Dictionnaire amoureux de la Palestine, Paris, Plon, 2010 ; Le Rescapé et l’Exilé, coécrit avec Stéphane Hessel, Paris, éditions Don Quichotte, 2012 ; La Palestine expliquée à tout le monde, Le Seuil, 2013), on lui doit, en français, un roman, Le Bien des absents (Arles, Actes Sud, 2001).

STÉTIÉ, Salah, né en 1929 : poète et diplomate libanais ; il écrit en français et ne sont publiés en arabe sous son nom que des « entretiens ». Traducteur à l’occasion, il a proposé, depuis l’anglais, une version du Prophète de Khalil Gibran (Paris, Renaissance du livre, 1999), ainsi que, de l’arabe, Les Poèmes de Djaykoûr de Badr Chaker Es-Sayyâb, poète irakien mort en 1964 à trente-sept ans, (Saint-Clément, Fata Morgana, 2003).

 

[1] Cf. Salah Mejri, « L’écriture littéraire bilingue : traduction ou réécriture ? Le cas de Salah Guermadi », in Salah Mejri et Taïeb Baccouche (dir.), La Traduction dans le Monde arabe, Meta, n° 45-3, 2000, p. 450-457.

Touriya Fili-Tullon

Maître de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Journées d’étude: d’Orient et d’Occident, les intellectuels arabo-francophones, université Lyon 2, 14-15 mars 2016

Actes de la journée (in progress) LES INTELLECTUEL.LE.S ARABOFRANCOPHONES: UNE COMMUNAUTÉ INAVOUABLE ?

Touriya Fili-Tullon

Maître de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

La fiction et l’Histoire (notes de cours)

La fiction et l’Histoire: notes de cours qui ne sauraient se substituer au présentiel  😉

1. fiction comme inventaire, typologie sociale : valeur documentaire ;

2. Fiction comme récit, narrative : valeur technique et esthétique : prob. Du témoignage : exemple : littérature de guerre (fiction ou témoignage) ;

3. L’imaginaire : la fiction s’avèrerait le seul moyen d’accès possible (bien que condamné à l’incertitude) à une réalité qui autrement serait inaccessible. Se pose le problème de l’incarnation et de la matérialisation des choses : les figures, les objets devenant éventuellement des symboles, d’où passage du texte à l’image.

La valeur éducative et morale non pas du récit seulement mais de l’imaginaire qu’il y a dedans, c’est-à-dire de la mise en symboles. Se pose le problème du texte à l’image, de l’éventuel déplacement et de la temporalité que ce déplacement inclue entre l’un et l’autre. Témoignage de Bernanos et la guerre d’Espagne (transposition fictive de ce qu’il ressent face à la violence de la guerre)

Historien : observe la circulation discursive qui inclue la fiction.

La fiction se fait parfois réflexive : lucide par rapport à ses propres procédés; rapport à la vérité qui perturbe les pratiques de l’historien : le roman réfléchit sur ses propres limites et ses conventions (processus du Nouveau Roman) même parfois le roman réaliste n’est pas dupe: cela perturbe le mode de vérité de l’historien.

Vague de romans utopiques ou para-utopiques du début du XXe siècle : rapport non plus au passé mais à l’avenir Aldous Huxley et Georges Orwell.

Séduction de la puissance de l’écriture littéraire

Fiction qui se posent comme telle et non plus fiction « réaliste» .

Littérature du témoignage

Effacement des frontières entre statut référentiel et statut fictionnel (shoah : débat sur la capacité de produire un témoignage qui ne sera jamais qu’une délégation de témoignage)

Confusion entre statut référentiel et statut fictionnel est un des grands chantiers du roman contemporain : le témoignage : enjeux littéraires et enjeux historiques

Fétichisation du témoignage dans le récit : Binjamin Wilkomirski : Fragments d’une enfance, 1939-1948, 

Fragment d'une enfance
Fragment d’une enfance

Scandale autour de ce texte qui s’est vu retirer des librairies simplement à cause de son changement de statut : de référentiel à fictionnel : enjeux de canonisation sociale par le champ littéraire, canonisation symbolique par le champ littéraire.

La fabrication littéraire (et médiatique) du héros contemporain

Martyrologie, mythes, célébrations, canonisations : les minuscules des « printemps arabes », les histoires « simples » et l’écriture blanche

Hagiographie : effets de retour : un personnage historique se conforme à la hagiographie qui est proposée de lui. La littérature devient un modèle prescriptif

El Maleh : les mots, les lieux et les objets : un univers de signes

 

Mémoires vs Histoire

La fiction devient-elle à son insu fiction historique ?

L’utopie problématise son rapport à l’Histoire

La fiction comme moyen d’affirmation sociale

La mode actuelle est de contester tous les modèles génériques (genres littéraires, notamment) Mémoire vs Histoire et donc de les transformer

Historiciser, réhistoriciser : indique que nous avons cessé d’avoir un rapport naïf à la fiction comme document illustratif ou réservoir documentaire parce que nous sommes habitués désormais à pratiquer une histoire au second degré qui nos oblige à prêter attention aux conditions d’élaboration linguistique et autre dans lesquelles la fiction est élaborée, ceci nous oblige à nous méfier des modèles qui traverseraient les époques : désormais le personnage témoin d’une guerre contemporaine ne peut pas être comme Fabrice à Waterloo.

Va et vient temporel : le temps relaté, le temps de l’écriture et le temps de la lecture : circulation entre trois temporalités différentes

Frontières de la fiction

Frontières de la fiction (caratère insubmersible du roman : il a pu intégrer les autres genres, à brouiller les lignes de séparation et à donner du réel des représentations à la fois multiformes et multi-usages.

Frontières internes et externes

Le témoignage : question de la culpabilisation de l’historien par le témoin qui affirme détenir la vérité parce qu’il « y était ».

« Ni l’historien ni l’auteur de fiction ne peuvent donner une portée collective et sociale à ce qui reste irréductiblement de l’ordre du vécu individuel. La fiction cesse d’être objet d’Histoire pour nous dès lors qu’elle ne prétend restituer qu’un vécu solitaire, unique, c’est la limite du genre et c’est la limite de la pratique historique que nous atteignons là ».

« Nos ancêtres les gaulois », la colonisation expliquée aux enfants

(cf. El Maleh, Parcours immobile)

Anne Schneider : http://www.diffusion.ens.fr/video_stream/2010_05_05_introduction.mov

Période de l’Histoire dont il convient de donner aux enfants une idée au plus près de la vérité historique : notamment Guerre d’Algérie, guerres d’indépendances, colonisation de l’Afrique.

Travaux d’Historiens : Benjamin Stora, Pascal Blanchard (la fracture coloniale)

L’ère pos-coloniale a apporté un nouveau regard, un consensus sur ce qu’a été le fait colonial : angle de dénonciation, engagement des auteurs et des éditeurs, l’écriture fictionnelle de l’Histoire « est parfois source de mythification, voire de stéréotypie. »

Difficulté d’aborder la complexité du passé colonial pour l’expliquer aux enfants : ambiguïté du traitement

La littérature de jeunesse migrante aux sources du récit colonial

L’hagiographie du monde postcolonial

L’histoire coloniale assumée?

Raconter le fait colonial autrement

Œuvres de migrance qui font entrer la France en repentance

Fiction et figurations

Dessiner l’Histoire

 

Touriya Fili-Tullon

Maître de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

« Lecriture » ou le goût de lire

L’expérience de la lecture d’une œuvre littéraire est rarement anodine en cela qu’elle implique une expérience singulière qui est une « gestualité du sens[i] ». C’est ainsi du moins que l’on peut considérer les textes littéraires d’Edmond Amran El Maleh. Cet auteur, réputé difficile, défie les postures convenues des lecteurs avisés et propose un « partage du sensible ». C’est ce que ma communication s’attachera à démontrer en analysant l’intrication profonde entre la lecture et l’écriture.

L’atelier que je souhaiterais proposer serait l’occasion d’explorer les différents usages d’un livre d’Edmond Amran El Maleh, Mille ans, un jour : lecture silencieuse, à haute voix, réécritures (pastiches, parodies, traduction), interprétation (lecture polyphonique, chorégraphiée, illustrée, adaptation filmique, critique littéraire, etc. Il s’agira d’imaginer les différentes postures ou réponses possibles face à un texte qui bouscule nos habitudes de lectures en les transformant en geste responsable, c’est-à-dire en reconfigurations à venir. L’atelier propose une séquence didactique autour de ce roman.

 

Axes en rapport :

– Didactisation des œuvres littéraires ;

– Que / Comment lire en milieu scolaire ?

 

L’atelier : 2 étapes.

  1. Aborder une œuvre littéraire par ses seuils.
  2. Aborder l’articulation « fiction et Histoire »

 

Les seuils de l’œuvre

  1. L’incipit de Mille ans, un jour. (cf. Livret d’accompagnement)
  2. Le texte d’Aragon : (livret)
  3. Les pages de couverture, les épigraphes, le titre, etc.

 

  Continuer la lecture de « Lecriture » ou le goût de lire

Touriya Fili-Tullon

Maître de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn