Notes de recherche: Dans l’intimité de la bibliothèque d’Edmond Amran El Maleh

Le fonds Edmond Amran El Maleh, déposé dans l’espace du même nom, abrite la bibliothèque personnelle de l’auteur, en principe accessible aux chercheurs et aux chercheuses qui travaillent sur l’œuvre de l’écrivain.

Dans l’hospitalité d’El Maleh (2010)

Pour qui s’intéresse à l’œuvre et à la figure de lettré d’Edmond Amran El Maleh, la visite de l’Espace éponyme, à Rabat, se présente comme un passage obligé. Avant sa disparition, l’écrivain avait légué à la Bibliothèque nationale du royaume du Maroc (BRNM) une riche collection composée de livres, de tableaux, de photos et d’objets personnels. Le fonds dort dans un insoupçonnable petit local appelé ‘Espace La Source et Edmond Amran El Maleh’. En plus de la bibliothèque personnelle d’El Maleh, le bâtiment abrite, en effet, le fonds provenant de l’ancienne bibliothèque de recherche de La Source, développée et jusqu’à récemment gérée par l’archidiocèse catholique de Rabat. Cette annexe de la BNRM se trouve à côté des Archives du Maroc et des bâtiments de l’ancienne Bibliothèque générale. Heureux hasard ou politique culturelle avisée ? Quoi qu’il en soit, ce voisinage offre l’image d’un Maroc en paix avec ses mémoires et réalise à lui seul l’utopie d’une culture diversifiée et inclusive. L’Espace Edmond Amran El Maleh illustre les valeurs (imaginaires ?) d’un Maroc pluriel et, simultanément, il constitue sans doute un hapax dans le paysage culturel marocain en tant que bibliothèque personnelle d’un écrivain « tombant » dans le domaine public.

On est pourtant fondé à s’interroger sur la signification de ce don et, symétriquement, de l’héritage légué aux générations actuelles et futures. Le choix de léguer sa bibliothèque n’est pas un geste anodin pour un écrivain et il acquiert une valeur particulière de la part d’un auteur pour qui la lecture constitue une dimension fondamentale de l’activité même d’écrire. Le don du livre oblige à l’hospitalité et les postures de testateur autant que des légataires s’inscrivent dans une relation dilective. Quel sens donner au geste de l’un et à l’accueil de l’autre ? Comment cet héritage re-performe-t-il une appartenance singulière à la culture marocaine ? Comment le public peut-il s’en saisir pour mieux appréhender le rôle des livres dans le parcours de l’écrivain, la place des médiations par les livres dans sa réflexion ? Quelles typologies des lectures maléhiennes seraient possible, au-delà du code Dewey utilisé dans le classement de ce fonds et qui a surement dés-ordonné le classement subjectif voulu par l’auteur ?

Touriya Fili-Tullon

Maître de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Une thèse à lire en ligne

Figures de la subversion dans les littératures francophone et d’expression arabe au Maghreb et au Proche-Orient, des années 1970 à 2000:(R. Boudjedra, A. Cossery, EA El Maleh, E. Habibi et P. Smaïl)

Thèse soutenue à l’Université Paris 3 Sorbonne nouvelle en 2009, sous  la direction de Dominique Combe.

Par : Touriya Fili-Tullon

Date : 24 janvier 2009 | disponible sur http://www.theses.fr/2009PA030012/document

Résumé:

Dans l’aire arabofrancophone, la valeur littéraire de la fiction narrative tend souvent à se confondre avec sa dimension subversive. Le présent travail aborde cette notion problématique de subversion en tant que modalité discursive et posturale. Sont analysées les perturbations infligées aux codes linguistiques, énonciatifs et génériques à la lumière du postulat suivant lequel le bilinguisme et le biculturalisme des écrivains favorisent cette veine et la nourrissent. C’est, en effet, autour d’une double appartenance, feinte ou avérée, que se rejoignent les poétiques d’auteurs aussi éloignés que Rachid BOUDJEDRA, Albert COSSERY, Edmond Amran EL MALEH, Émile HABIBI et Paul SMAÏL. L’articulation de l’analyse textuelle à celle des postures auctoriales permet de discerner une dynamique littéraire dans laquelle ce qui s’offre a priori comme une littérature politique s’avère un avatar d’une politique de la littérature.

mots clés: Mots-clés : Arabofrancophonie, Bilinguisme, Fiction, Subversion, Traduction, Arabo-Francophone culture, Plurilinguisme, Fiction, Subversion, Translation

 

Touriya Fili-Tullon

Maître de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Analyse de texte – Lire et quêter : lectures poétiques de l‘autre de Mohamed Leftah et d’Edmond Amran El Maleh

Analyse de texte – Lire et quêter : lectures poétiques de l‘autre de Mohamed Leftah et d’Edmond Amran El Maleh

« J’aurais aimé, j’ai toujours voulu tenir le journal d’une lecture et je ne cesse d’y penser, d’y revenir à chaque fois. […] Un journal des jours, des heures, dans leur concrétude, la rencontre de visages nouveaux, de paysages inconnus, l’éphémère des impressions de l’instant, l’imprévu, la découverte, les cieux changeants, la halte, le plaisir et la lassitude, la langueur, la difficulté d’aller plus loin, l’instant exquis, rare, ce bonheur de l’écrire. » (1)

Dans leurs textes, Mohamed Leftah comme Edmond Amran El Maleh manifestent à maintes reprises leur amour de la lecture et l’importance qu’elle revêt dans leur propre écriture. Il existe toutefois peu de publications qui témoignent de l’intérêt de l’un pour les œuvres de l’autre. On en trouve une trace dans le travail journalistique de Mohamed Leftah, qui a notamment publié, en mars 1991 dans journal Le Libéral, l’article « Le retour d’Abou El Haki‘ d’Edmond Amran El Maleh ». Deux essais se distinguent pourtant des autres travaux en présentant une réflexion à la fois intense et condensée sur la poétique et sur l’écriture de l’autre. Dans « Un chant au-delà de toute mémoire », publié sous forme d’extrait en 2010 (2), Mohamed Leftah tente de définir la poétique d’El Maleh comme un « Art de la bifurcation » en décrivant l’importance du motif du figuier dans les textes malehiens. Déjà en 2009, El Maleh avait quant à lui entrepris, dans son hommage « Saint et martyr » (3), une recherche poétique des mots aptes à décrire la singularité de l’écriture leftahienne. Dans ce texte qui débute comme un souvenir, et dont la lecture devrait être, selon El Maleh, « plus qu’un banal soupir » (4), ce dernier évoque tout d’abord le contexte officiel de sa relation avec Mohamed Leftah. Il esquisse l’atmosphère de l’époque qui suivit l’indépendance, sa perception d’une volonté de rupture chez ses élèves en philosophie au lycée Mohamed V et son sentiment de responsabilité dans la formation intellectuelle de cette nouvelle génération. L’un de ces élèves était Mohamed Leftah, qu’il retrouvera des années plus tard à Paris, cette fois en tant qu’ami. C’est El Maleh qui sera le premier à lire le manuscrit des Desmoiselles de Numidie. Convaincu de la qualité littéraire du roman, il joue le rôle d’intermédiaire dans sa publication. C’est ce premier roman, ainsi qu’Au bonheur des limbes, L’enfant de marbre et Ambre ou les métamorphoses de l‘amour, qui servent de base à son essai consacré à la quête de la poétique leftahienne.

Continuer la lecture de « Analyse de texte – Lire et quêter : lectures poétiques de l‘autre de Mohamed Leftah et d’Edmond Amran El Maleh »

anaisboelicke

Doctorante en lettres à l'université de Cologne et chargée de programmation culturelle et de communication à l'Institut Goethe de Rabat, Anais se focalise dans son travail sur le Maghreb et ses cultures. Dans sa thèse elle travaille sur la ville et l'espace dans le roman maghrebin francophone.

More Posts