Notes de recherche: Dans l’intimité de la bibliothèque d’Edmond Amran El Maleh

Le fonds Edmond Amran El Maleh, déposé dans l’espace du même nom, abrite la bibliothèque personnelle de l’auteur, en principe accessible aux chercheurs et aux chercheuses qui travaillent sur l’œuvre de l’écrivain.

Dans l’hospitalité d’El Maleh (2010)

Pour qui s’intéresse à l’œuvre et à la figure de lettré d’Edmond Amran El Maleh, la visite de l’Espace éponyme, à Rabat, se présente comme un passage obligé. Avant sa disparition, l’écrivain avait légué à la Bibliothèque nationale du royaume du Maroc (BRNM) une riche collection composée de livres, de tableaux, de photos et d’objets personnels. Le fonds dort dans un insoupçonnable petit local appelé ‘Espace La Source et Edmond Amran El Maleh’. En plus de la bibliothèque personnelle d’El Maleh, le bâtiment abrite, en effet, le fonds provenant de l’ancienne bibliothèque de recherche de La Source, développée et jusqu’à récemment gérée par l’archidiocèse catholique de Rabat. Cette annexe de la BNRM se trouve à côté des Archives du Maroc et des bâtiments de l’ancienne Bibliothèque générale. Heureux hasard ou politique culturelle avisée ? Quoi qu’il en soit, ce voisinage offre l’image d’un Maroc en paix avec ses mémoires et réalise à lui seul l’utopie d’une culture diversifiée et inclusive. L’Espace Edmond Amran El Maleh illustre les valeurs (imaginaires ?) d’un Maroc pluriel et, simultanément, il constitue sans doute un hapax dans le paysage culturel marocain en tant que bibliothèque personnelle d’un écrivain « tombant » dans le domaine public.

On est pourtant fondé à s’interroger sur la signification de ce don et, symétriquement, de l’héritage légué aux générations actuelles et futures. Le choix de léguer sa bibliothèque n’est pas un geste anodin pour un écrivain et il acquiert une valeur particulière de la part d’un auteur pour qui la lecture constitue une dimension fondamentale de l’activité même d’écrire. Le don du livre oblige à l’hospitalité et les postures de testateur autant que des légataires s’inscrivent dans une relation dilective. Quel sens donner au geste de l’un et à l’accueil de l’autre ? Comment cet héritage re-performe-t-il une appartenance singulière à la culture marocaine ? Comment le public peut-il s’en saisir pour mieux appréhender le rôle des livres dans le parcours de l’écrivain, la place des médiations par les livres dans sa réflexion ? Quelles typologies des lectures maléhiennes seraient possible, au-delà du code Dewey utilisé dans le classement de ce fonds et qui a surement dés-ordonné le classement subjectif voulu par l’auteur ?

Touriya Fili-Tullon

Maître de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Projet de recherche : Parcours immobile à la lumière de Walter Benjamin

Ce poster a été présenté à l’occasion des journées d’étude des 14 et 15 mars 2016 : “D’Orient et d’Occident : les intellectuel.le.s arabofrancophones”.

Il a pour but de présenter un projet de recherche en cours : une lecture croisée de l’oeuvre d’El Maleh et de la philosophie du langage de Walter Benjamin.

A l’intersection de ces deux pensées, Marie-Cécile Dufour, l’épouse d’El Maleh, dresse un pont indispensable à la compréhension de l’esthétique maléhienne.

Cliquez ici pour voir le poster : El Maleh-Dufour-Benjamin

Premier séjour de recherche à la BNRM

Projet de départ: (argumentaire du projet tel qu’il avait été déposé en 2014).

Projet scientifique

Si la littérature est probablement ce qui permet le mieux de « gérer la pluralité axiologique du monde[1] », la francophonie littéraire (Beniamino, 1999) y contribue sans conteste. Elle est à la fois carrefour et traversée, lieu de rencontre idéal où extériorité et intériorité peuvent s’inverser librement. C’est sans doute parce que la littérature francophone est porteuse d’une mémoire enfouie qu’elle se prête, plus qu’aucune autre, au jeu ambigu des patrimonialisations. Comme si, devant l’inévitable destruction de l’autre langue – la maternelle –, le français sacrifiait au rituel d’un remembrement symbolique où tout ce qui évoque l’origine n’est plus qu’une trace qui fait signe à sa propre absence. Cette fonction muséale de l’écriture n’est pourtant pas toujours ce qu’elle paraît, une fois dépassées les dualités conflictuelles qui enferment le sujet d’écriture dans des schémas binaires de domination. La patrimonialisation peut se concevoir sans appropriation mortifère, loin des crispations identitaires et libre de toute instrumentalisation. En tout cas, c’est à une telle tension dans l’exigence éthique que semble nous inviter l’œuvre d’Edmond Amran El Maleh.

Continuer la lecture de « Premier séjour de recherche à la BNRM »

Touriya Fili-Tullon

Maître de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Edmond Amran El Maleh

Ce projet consiste à interroger l’œuvre comme lieu de patrimonialisation. Celle d’Edmond Amran El Maleh, en particulier, nous semble pouvoir se prêter à une telle approche en raison de la dimension mémorielle réputée inséparable de la tradition juive.

Touriya Fili-Tullon

Maître de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn