Pour une lecture épigraphique d’Aïlen ou la nuit du récit , Edmond Amran El Maleh

 

L’oeuvre d’Edmond Amran el-Maleh est imprégnée d’une mémoire juive et arabe qui célèbre la symbiose culturelle d’un Maroc arabe, berbère, juif. Cette unicité mémorielle est présentée aux lecteurs européens grâce à un travail sur la langue remarquable construit autour d’un schéma narratif arabe : « Écrivant en français, je savais que je n’écrivais pas en français. Il y avait cette singulière greffe d’une langue sur l’autre, ma langue maternelle l’arabe, ce feu intérieur. » Edmond Amran el-Maleh, Le Magazine littéraire, mars 1999. Cette prose si particulière permet également d’offrir une unité poétique aux conflits qui marquent ce pays, juste le temps d’une lecture. Au regard de cette production littéraire notre projet d’étude autour des épigraphes dans Ailen ou la nuit du récit, s’attardera à démontrer que cette pratique du « paratexte » par l’auteur inscrit ce roman par un jeu de filiations et d’échos dans une sphère universelle et intemporelle créant de ce fait une bibliothèque de poche présente au sein même du roman.  Ainsi en nous appuyant sur le recueil de poétique littéraire Seuils, de Gerard Genette, 1987, et la définition que donne ce dernier de l’épigraphe : «Je définirai grossièrement l’épigraphe comme une citation placée en exergue, généralement en tête d’œuvre ou de partie d’oeuvre ; qu’il convient de ne pas confondre avec la dédicace », nous nous attacherons à montrer en quoi les épigraphes garantissent d’une unité, ressaisissant et unissant le contenu d’une écriture fragmentaire ? Mais également en quoi ces derniers sont une mise en abime du texte, offrant un discours méta-littéraire sur l’oeuvre ? Une inscription au sein d’une famille littéraire et créative.  Pour ce faire en nous appuyant tout d’abord sur les travaux de Gérard Genette nous nous attacherons à montrer que l’épigraphe est une pratique littéraire aux objectifs multiples pour ensuite centrer notre étude sur la pratique épigraphique dans l’œuvre Ailen ou la nuit du récit, pour enfin souligner la puissance du discours méta-littéraire que convoque l’utilisation du paratexte.  Comme signalé en introduction Gerard Genette définit l’épigraphe comme une citation placée en exergue, généralement en tête d’oeuvre ou de partie d’œuvre et majoritairement allographe c’est-à-dire « selon nos conventions, attribuée à un auteur qui n’est pas celui de l’oeuvre. »

Continuer la lecture de « Pour une lecture épigraphique d’Aïlen ou la nuit du récit , Edmond Amran El Maleh »

Projet de recherche : Parcours immobile à la lumière de Walter Benjamin

Ce poster a été présenté à l’occasion des journées d’étude des 14 et 15 mars 2016 : “D’Orient et d’Occident : les intellectuel.le.s arabofrancophones”.

Il a pour but de présenter un projet de recherche en cours : une lecture croisée de l’oeuvre d’El Maleh et de la philosophie du langage de Walter Benjamin.

A l’intersection de ces deux pensées, Marie-Cécile Dufour, l’épouse d’El Maleh, dresse un pont indispensable à la compréhension de l’esthétique maléhienne.

Cliquez ici pour voir le poster : El Maleh-Dufour-Benjamin

La fiction et l’Histoire (notes de cours)

La fiction et l’Histoire: notes de cours qui ne sauraient se substituer au présentiel  😉

1. fiction comme inventaire, typologie sociale : valeur documentaire ;

2. Fiction comme récit, narrative : valeur technique et esthétique : prob. Du témoignage : exemple : littérature de guerre (fiction ou témoignage) ;

3. L’imaginaire : la fiction s’avèrerait le seul moyen d’accès possible (bien que condamné à l’incertitude) à une réalité qui autrement serait inaccessible. Se pose le problème de l’incarnation et de la matérialisation des choses : les figures, les objets devenant éventuellement des symboles, d’où passage du texte à l’image.

La valeur éducative et morale non pas du récit seulement mais de l’imaginaire qu’il y a dedans, c’est-à-dire de la mise en symboles. Se pose le problème du texte à l’image, de l’éventuel déplacement et de la temporalité que ce déplacement inclue entre l’un et l’autre. Témoignage de Bernanos et la guerre d’Espagne (transposition fictive de ce qu’il ressent face à la violence de la guerre)

Historien : observe la circulation discursive qui inclue la fiction.

La fiction se fait parfois réflexive : lucide par rapport à ses propres procédés; rapport à la vérité qui perturbe les pratiques de l’historien : le roman réfléchit sur ses propres limites et ses conventions (processus du Nouveau Roman) même parfois le roman réaliste n’est pas dupe: cela perturbe le mode de vérité de l’historien.

Vague de romans utopiques ou para-utopiques du début du XXe siècle : rapport non plus au passé mais à l’avenir Aldous Huxley et Georges Orwell.

Séduction de la puissance de l’écriture littéraire

Fiction qui se posent comme telle et non plus fiction « réaliste» .

Littérature du témoignage

Effacement des frontières entre statut référentiel et statut fictionnel (shoah : débat sur la capacité de produire un témoignage qui ne sera jamais qu’une délégation de témoignage)

Confusion entre statut référentiel et statut fictionnel est un des grands chantiers du roman contemporain : le témoignage : enjeux littéraires et enjeux historiques

Fétichisation du témoignage dans le récit : Binjamin Wilkomirski : Fragments d’une enfance, 1939-1948, 

Fragment d'une enfance
Fragment d’une enfance

Scandale autour de ce texte qui s’est vu retirer des librairies simplement à cause de son changement de statut : de référentiel à fictionnel : enjeux de canonisation sociale par le champ littéraire, canonisation symbolique par le champ littéraire.

La fabrication littéraire (et médiatique) du héros contemporain

Martyrologie, mythes, célébrations, canonisations : les minuscules des “printemps arabes”, les histoires « simples » et l’écriture blanche

Hagiographie : effets de retour : un personnage historique se conforme à la hagiographie qui est proposée de lui. La littérature devient un modèle prescriptif

El Maleh : les mots, les lieux et les objets : un univers de signes

 

Mémoires vs Histoire

La fiction devient-elle à son insu fiction historique ?

L’utopie problématise son rapport à l’Histoire

La fiction comme moyen d’affirmation sociale

La mode actuelle est de contester tous les modèles génériques (genres littéraires, notamment) Mémoire vs Histoire et donc de les transformer

Historiciser, réhistoriciser : indique que nous avons cessé d’avoir un rapport naïf à la fiction comme document illustratif ou réservoir documentaire parce que nous sommes habitués désormais à pratiquer une histoire au second degré qui nos oblige à prêter attention aux conditions d’élaboration linguistique et autre dans lesquelles la fiction est élaborée, ceci nous oblige à nous méfier des modèles qui traverseraient les époques : désormais le personnage témoin d’une guerre contemporaine ne peut pas être comme Fabrice à Waterloo.

Va et vient temporel : le temps relaté, le temps de l’écriture et le temps de la lecture : circulation entre trois temporalités différentes

Frontières de la fiction

Frontières de la fiction (caratère insubmersible du roman : il a pu intégrer les autres genres, à brouiller les lignes de séparation et à donner du réel des représentations à la fois multiformes et multi-usages.

Frontières internes et externes

Le témoignage : question de la culpabilisation de l’historien par le témoin qui affirme détenir la vérité parce qu’il « y était ».

« Ni l’historien ni l’auteur de fiction ne peuvent donner une portée collective et sociale à ce qui reste irréductiblement de l’ordre du vécu individuel. La fiction cesse d’être objet d’Histoire pour nous dès lors qu’elle ne prétend restituer qu’un vécu solitaire, unique, c’est la limite du genre et c’est la limite de la pratique historique que nous atteignons là ».

« Nos ancêtres les gaulois », la colonisation expliquée aux enfants

(cf. El Maleh, Parcours immobile)

Anne Schneider : http://www.diffusion.ens.fr/video_stream/2010_05_05_introduction.mov

Période de l’Histoire dont il convient de donner aux enfants une idée au plus près de la vérité historique : notamment Guerre d’Algérie, guerres d’indépendances, colonisation de l’Afrique.

Travaux d’Historiens : Benjamin Stora, Pascal Blanchard (la fracture coloniale)

L’ère pos-coloniale a apporté un nouveau regard, un consensus sur ce qu’a été le fait colonial : angle de dénonciation, engagement des auteurs et des éditeurs, l’écriture fictionnelle de l’Histoire « est parfois source de mythification, voire de stéréotypie. »

Difficulté d’aborder la complexité du passé colonial pour l’expliquer aux enfants : ambiguïté du traitement

La littérature de jeunesse migrante aux sources du récit colonial

L’hagiographie du monde postcolonial

L’histoire coloniale assumée?

Raconter le fait colonial autrement

Œuvres de migrance qui font entrer la France en repentance

Fiction et figurations

Dessiner l’Histoire

 

Touriya Fili-Tullon

Maître de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

« Lecriture » ou le goût de lire

L’expérience de la lecture d’une œuvre littéraire est rarement anodine en cela qu’elle implique une expérience singulière qui est une « gestualité du sens[i] ». C’est ainsi du moins que l’on peut considérer les textes littéraires d’Edmond Amran El Maleh. Cet auteur, réputé difficile, défie les postures convenues des lecteurs avisés et propose un « partage du sensible ». C’est ce que ma communication s’attachera à démontrer en analysant l’intrication profonde entre la lecture et l’écriture.

L’atelier que je souhaiterais proposer serait l’occasion d’explorer les différents usages d’un livre d’Edmond Amran El Maleh, Mille ans, un jour : lecture silencieuse, à haute voix, réécritures (pastiches, parodies, traduction), interprétation (lecture polyphonique, chorégraphiée, illustrée, adaptation filmique, critique littéraire, etc. Il s’agira d’imaginer les différentes postures ou réponses possibles face à un texte qui bouscule nos habitudes de lectures en les transformant en geste responsable, c’est-à-dire en reconfigurations à venir. L’atelier propose une séquence didactique autour de ce roman.

 

Axes en rapport :

– Didactisation des œuvres littéraires ;

– Que / Comment lire en milieu scolaire ?

 

L’atelier : 2 étapes.

  1. Aborder une œuvre littéraire par ses seuils.
  2. Aborder l’articulation « fiction et Histoire »

 

Les seuils de l’œuvre

  1. L’incipit de Mille ans, un jour. (cf. Livret d’accompagnement)
  2. Le texte d’Aragon : (livret)
  3. Les pages de couverture, les épigraphes, le titre, etc.

 

  Continuer la lecture de « « Lecriture » ou le goût de lire »

Touriya Fili-Tullon

Maître de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn