Extrait de Lettres à moi-même, Rabat, Le Fennec Poche, 2013, p. 25-26.

Ami

Vieilles pierres, vieilles et vénérables pierres scolastiques, l’éternelle bâtisse jouxtant « Sainte Ginette » de sa hauteur à face avec St. Etienne du Mont, moyennant un léger décroché, en angle le panthéon, pour les hommes encore en vie, il y a à cette enseigne un hôtel sur la place, le Sacré Collège se dresse en gloire, et comme Yahvé on ne peut le nommer de son vrai nom sans tomber foudroyé. Un professeur, nouveau venu, arpente le long couloir du deuxième étage en attendant la sonnerie qui va lui intimer l’ordre de prendre sa classe pour la première fois. Nul ne sait quels sentiments il éprouvait à cette heure-là.

Continuer la lecture de « Extrait de Lettres à moi-même, Rabat, Le Fennec Poche, 2013, p. 25-26. »

Touriya Fili-Tullon

Maître de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Essaouira

CHRONIQUE DE MOGADOR : LA MOUETTE BLESSÉE, de Ami Bouganim

http://www.euromed.institute/post/chronique-de-mogador-la-mouette-bless%C3%A9e

le port d'Essaouïra
photo prise en juillet 2017

Touriya Fili-Tullon

Maître de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

nuage et mots clés

Le centre relégué au milieu d’autres centres, c’est à la formation d’une constellation que nous assistons, où la langue libérée de son pacte exclusif avec la nation, libre désormais de tout pouvoir autre que ceux de la poésie et de l’imaginaire, n’aura pour frontières que celles de l’esprit. (Michel Le Bris, Jean Rouaud, « Pour une “littérature‑monde” en français », Le Monde, 16 mars 2007).

(en construction)

     noms propres

       nom communs

Walter Benjamin

Marie-Cécile Dufour

Dominique Eddé

Essaouira

Azaila

Safi

Marrakech

Léo Strauss

éleveur de mots

écriture allégorique

mémoire

Objets

Progrès

Histoire

Touriya Fili-Tullon

Maître de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Jeu de cartes postales – Parcours Immobile

Maintenant devant moi ce jeu de cartes postales: tenter de recomposer une vie pas à pas à partir de ces images muettes des feuilles mortes dérisoires souvenirs de carton. Haroun! il écrivait peu parfois une signature une trace de vie. Il lui écrivait de Londres d’Amsterdam et de Hambourg. A chaque escale de l‘Agadir il lui écil écrivait avec une pudeur extrême en espagnol puisqu’elle était chez les sœurs espagnoles las Hermanas qui lui apprenaient la broderie et le piano il n’écrivait pas en arabe ou en judéo-arabe mais en espagnol peut-être parce que déjà le dépaysement s’insinuait dans son cœur dans sa manière d’aimer parce qu’une parole autre dominante travaillait sa tendresse.

Valentine’s series famous throughout the world Post Card : “Hoy te mando las targetas del Franco-British Exhibition (1908) donde estuve a noche que es de lejos ne se puede hacer una idea de su magnificidad.” Merveilleux lointain irréel ce palais de la Femme “Palace of Women’s work”, cetMerveilleux ce palais lui-même aux galeries ouvertes, dominé par quatre clochers ajourés comme une broderie puis dans ce jardin un couple élégant rêveur.

Jeu de _cartes ! Une à une dérisoirement elles passent d’une main à l’autre, indifférentes, écran au regard anxieux qui voudrait lire et se lire l”Estoy aqui desde el viernes pasado. Como sigues con el piano ?” “Estoy aqui” : la Bourse de Hambourg sup. « Estoy aqui » : des paysages calmes verts, des collines, des rues larges une architecture que ses yeux n’avaient jamais vue, Haroun avidement accomplissait son voyage : les paysages de son enfance partaient à la dérive le désir sage désertait les lieux de sa naissance à son insu il était tout à l’innocence du voyage à la certitude du retour rassurant sa parole son cœur revenaient là dans cette maison haute vers elle « como sigues con tu piano » le balancier de la grande pendule allait inlassablement le tic-tac se moquait du temps les notes sous ses doigts hésitaient un coup de heurtoir sur la porte ! sa mère l’appelle « Viens une carte pour toi c’est l’homme du consulat qui l’apporte. » Evénement inouï irruption de lumière dans la pénombre de la ruelle une voix traversait le silence immense : Regarde ! C’est merveilleux son cœur en creux marquait le désir les yeux ne voyaient plus que l’absence calme heureuse comme ces passages qui venaient à elle. Savait-elle lire ? Peu importe.

Parcours immobile, Edmond Amran El Maleh, [Maspéro, 1980] éd. André Dimanche, 2000, p. 25-26