Notes de recherche: Dans l’intimité de la bibliothèque d’Edmond Amran El Maleh

Le fonds Edmond Amran El Maleh, déposé dans l’espace du même nom, abrite la bibliothèque personnelle de l’auteur, en principe accessible aux chercheurs et aux chercheuses qui travaillent sur l’œuvre de l’écrivain.

Dans l’hospitalité d’El Maleh (2010)

Pour qui s’intéresse à l’œuvre et à la figure de lettré d’Edmond Amran El Maleh, la visite de l’Espace éponyme, à Rabat, se présente comme un passage obligé. Avant sa disparition, l’écrivain avait légué à la Bibliothèque nationale du royaume du Maroc (BRNM) une riche collection composée de livres, de tableaux, de photos et d’objets personnels. Le fonds dort dans un insoupçonnable petit local appelé ‘Espace La Source et Edmond Amran El Maleh’. En plus de la bibliothèque personnelle d’El Maleh, le bâtiment abrite, en effet, le fonds provenant de l’ancienne bibliothèque de recherche de La Source, développée et jusqu’à récemment gérée par l’archidiocèse catholique de Rabat. Cette annexe de la BNRM se trouve à côté des Archives du Maroc et des bâtiments de l’ancienne Bibliothèque générale. Heureux hasard ou politique culturelle avisée ? Quoi qu’il en soit, ce voisinage offre l’image d’un Maroc en paix avec ses mémoires et réalise à lui seul l’utopie d’une culture diversifiée et inclusive. L’Espace Edmond Amran El Maleh illustre les valeurs (imaginaires ?) d’un Maroc pluriel et, simultanément, il constitue sans doute un hapax dans le paysage culturel marocain en tant que bibliothèque personnelle d’un écrivain « tombant » dans le domaine public.

On est pourtant fondé à s’interroger sur la signification de ce don et, symétriquement, de l’héritage légué aux générations actuelles et futures. Le choix de léguer sa bibliothèque n’est pas un geste anodin pour un écrivain et il acquiert une valeur particulière de la part d’un auteur pour qui la lecture constitue une dimension fondamentale de l’activité même d’écrire. Le don du livre oblige à l’hospitalité et les postures de testateur autant que des légataires s’inscrivent dans une relation dilective. Quel sens donner au geste de l’un et à l’accueil de l’autre ? Comment cet héritage re-performe-t-il une appartenance singulière à la culture marocaine ? Comment le public peut-il s’en saisir pour mieux appréhender le rôle des livres dans le parcours de l’écrivain, la place des médiations par les livres dans sa réflexion ? Quelles typologies des lectures maléhiennes seraient possible, au-delà du code Dewey utilisé dans le classement de ce fonds et qui a surement dés-ordonné le classement subjectif voulu par l’auteur ?


Auteur : Touriya Fili-Tullon

Maître de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.