Mise en avant

Lettres à moi-même

Explication linéaire de l’extrait p. 8-9, de « Amicales et chaleureuses retrouvailles» à « toujours habité », par Camille Lotz

Lettres à moi-même s’annonce d’emblée sous le signe de l’épistolarité et du double, de la correspondance tenue entre un « je » et son autre, un « je » que l’on pourrait être tenté de ramener au nom de l’auteur inscrit sur la couverture du livre. Cette identification, El Maleh la souligne immédiatement, dès avant le texte proprement dit, dans son avant-propos : « Qui de nous n’a pas éprouvé une fois dans sa vie le sentiment d’être double, voire même étranger sinon étrange à soi-même ». Le paratexte établit donc un pacte de lecture, un pacte autobiographique pour reprendre la formule de Philippe Lejeune, en ce sens que l’auteur, le narrateur et le personnage constitueraient une seule et même personne. L’idée de « témoignage libre » sur une époque spécifique, ainsi que l’usage de la première personne, viennent renforcer cette première impression nouée par le titre. Cependant, dès les premières pages du récit, où se situe notre extrait, le trouble surgit déjà et porte un nom, Isso Imzoghen. Le narrateur intradiégétique commence en effet par brosser le portrait de ce personnage insaisissable dans lequel le lecteur averti reconnaît certains éléments biographiques de la vie d’El Maleh. Le prénom choisi fonde l’intertextualité qui noue ensemble Parcours immobile et Lettres à moi-même puisqu’Isso est le diminutif du prénom Aïssa employé dans la première œuvre, pseudonyme qu’El Maleh se donna durant ses années d’activité au sein du Parti Communiste Marocain. Le nom propre instaure d’emblée des jeux d’échos textuels et biographiques participant à l’entrelacement du fictif et du réel et à la diffraction des figures auctoriales. L’extrait que nous étudions prolonge la description initiale d’Imzoghen par un mouvement allant de l’extériorité du personnage à son intériorité la plus profonde. Elle introduit ainsi la rencontre entre le narrateur et ce personnage sous le signe de l’ambivalence et de l’obscurité. Trois mouvements sont perceptibles dans ce passage où se dessine une figure marquée par l’étrangeté. Le premier mouvement correspond aux deux premières phrases de l’extrait qui posent le cadre référentiel de la rencontre fortuite ainsi que la situation d’énonciation, où perce déjà la voix d’Imzoghen. Le second mouvement déploie les questionnements du narrateur, principalement à travers la modalité interrogative, et nous fait entrer dans l’intimité labyrinthique du personnage. La progression du texte nimbe Isso Imzoghen, écartelé entre sa situation d’exilé et son désir de retour, voire de régression, d’une aura nocturne et étrange. Le troisième mouvement ramène le texte à la situation initiale de l’échange entre les deux protagonistes et fait apparaître le thème central de l’entrée en écriture. Dès lors, nous étudierons l’extrait à travers la construction sinueuse du portrait d’Imzoghen, un portrait tout en tensions et en détours qui, d’un mutisme affiché et d’un corps marqué par la paralysie, s’ouvre progressivement à la parole et à l’écriture. Comment le texte, tout en explicitant le caractère fuyant d’un personnage créateur de masques, parvient-il à faire surgir une mémoire souterraine et voilée?

Premier mouvement : « Amicales et chaleureuses retrouvailles […] concernait »

Le cadre référentiel de la rencontre.

            Le début du texte reprend l’annonce faite par le narrateur au paragraphe précédent d’une rencontre inattendue avec Isso Imzoghen, dont le nom renvoie directement à son origine berbère et, en ce sens, à une double marginalité, étant à la fois issu d’une minorité marocaine et exilé. La première phrase, nominale, fonctionne comme une didascalie fournissant les repères spatio-temporels de la scène évoquée et permet d’établir un ancrage référentiel : « ce rude hiver parisien », « l’année 65 ». Les deux adjectifs « amicales et chaleureuses », placés avant le nom qu’ils qualifient, créent un effet d’insistance visant à annoncer et à mettre en valeur le topos des retrouvailles, lequel sera détourné au profit d’une éthopée, d’une investigation, par le narrateur, de l’intériorité d’Isso.  À cette première phrase, relativement courte, privée de verbe et de complexité syntaxique, succède une deuxième, plus longue et déjà plus sinueuse, où surgit progressivement la voix du personnage, télescopant celle du narrateur. En effet, le thème de la rencontre se poursuit à travers l’émergence de la parole de l’autre, mais d’une parole empêchée, déjà marquée par la tension. La phrase fonctionne par concaténation : le premier segment, correspondant à la proposition principale, relève de la narration et se complexifie immédiatement de deux appositions introduites par le participe présent : « ayant choisi », « lui ayant causé ». Si le discours rapporté est absent de cet ensemble phrastique, la narrateur paraît tout de même transmettre au lecteur les informations fournis par son ami lors de son arrivée au Raspail vert : « Il venait tout juste d’arriver », « son passé politique lui ayant causé quelques ennuis passagers ». Les enchaînements successifs, qui contrastent avec la première phrase, signalent l’entrée progressive du récit dans l’intériorité du personnage, et de ce fait dans celle du narrateur, deux doubles de l’auteur. La suite de la phrase se construit sur deux propositions coordonnées à la principale : « mais il se refusait à », « et par-dessus tout, il détestait », encore prolongées par une incise, « fût-il volontaire », et une comparative, « comme c’était le cas ». La syntaxe épouse l’apparition du discours rapporté narrativisé et d’une voix caractérisée par son mutisme et une certaine forme de violence, de colère liée à sa condition marginale : « il se refusait à en parler », « il détestait ce mot d’exil ». L’entrelacement des deux voix et des deux locuteurs renvoie à ce jeu de dédoublement et de masques qui traverse l’ensemble du texte, où le « je » n’est pas « un autre » mais plusieurs « autres » élaborés à partir de fragments biographiques et imaginaires. Les retrouvailles se trouvent dès lors placées sous le signe du dialogue empêché, d’un repli sur soi de la part d’Isso Imzoghen, qui annoncent la déviation du topos initial : l’annonce des retrouvailles ne donne lieu à aucun récit sur la rencontre elle-même mais dévie vers la quête de narrateur, sa tentative de saisir un personnage fuyant et insondable.

Deuxième mouvement : « Que dire […] exquis bonheur »

Une plongée dans l’intériorité du personnage

Le deuxième mouvement du texte, par l’allongement syntaxique des phrases et l’accentuation du caractère labyrinthique de l’écriture, quitte le récit et la situation d’énonciation initiale et leur substitue les interrogations du narrateur. Cette sortie hors du récit initial se perçoit notamment dans la forme des verbes : deux infinitifs, « dire » et « renoncer », un présent, « quitte » et trois participes présents, « ne s’écrivant pas », « échappant », « jouant ». La temporalité du récit disparaît au profit d’une réflexion au présent, en dehors du régime de la narration, l’écriture s’engage dans une sorte de rêverie hors du temps narratif et amorce ainsi la lente plongée du texte dans l’intériorité de l’être. Cette progression est renforcée par l’usage du syntagme indéfini « un homme » qui atténue la distinction entre le « je » narratorial et « lui, Isso Imzoghen ». L’indéfinition permet en un sens d’englober dans le syntagme une figure narratoriale et / ou auctoriale qui se mettrait à distance pour s’analyser. Isso Imzoghen, personnage créé de toutes pièces et de toutes lettres, permet cette mise à distance : en tant que double de l’auteur, il devient lieu de projection du « moi » et lieu d’interrogation. Le questionnement qui intervient d’emblée au début de ce mouvement rejoint le refus d’Imzoghen de dévoiler son passé, en ce sens que, dans les deux cas, c’est la difficulté de la parole qui se trouve exposée. « Que dire d’un homme qui » relève d’abord de la prétérition, car, tout en énonçant la possibilité ou l’impossibilité de parler d’Isso, le narrateur le décrit, jusque dans son intimité la plus profonde. Le questionnement se trouve d’ailleurs atténué par l’absence de signe de ponctuation interrogatif en fin de phrase, rejoignant l’idée que le narrateur dit bien quelque chose d’Imzoghen, entrelaçant l’interrogation et la forme affirmative. Cependant, l’amorce d’interrogation renvoie également au constat que le langage ne permet pas de saisir complètement l’autre, c’est-à-dire soi-même. Enfermé dans sa condition d’exilé, le personnage se spatialise, ainsi que le suggère l’usage récurrent, dans cette phrase, de termes associés au mouvement et à la géographie : « pente », « versant », « pays », « parcours », « linéarité ». Deux trajectoires s’opposent : la première, celle du temps et de son écoulement, métaphorisée par l’image de la montagne, manifeste l’inéluctabilité de la mort, le déclin du corps et de la vie ; la seconde, spatiale, évoque l’exil et la possibilité du retour, ou du moins un attachement viscéral au pays quitté qui empêche de considérer le départ et le voyage comme cette « linéarité irréversible » où l’exilé ne se retournerait pas en arrière et poursuivrait sa route sans regret. L’usage du verbe « écrire », au-delà du sens figuré employé ici, nomme l’acte scriptural d’El Maleh, écriture profondément sinueuse à l’image de cette vie non-linéaire. En effet, celle-ci fonctionne par enchâssements successifs et ajouts de segments qui rendent la compréhension du texte problématique et ambiguë : l’apposition « échappant à toute ambiguïté » introduit justement de l’équivocité. Elle semble dans un premier temps se rapporter au « parcours d’une vie » suivi par un premier participe, « ne s’écrivant pas ». La vie relèverait dès lors du régime de l’unicité et de la clarté.  Or, le cheminement de l’exilé se caractérise justement par la complexité d’une posture en tension entre deux espaces. En ce sens, l’apposition se rattacherait davantage à la « linéarité irréversible », linéarité sans ambivalence ni obscurité qui ne relève pas du vivant, des méandres de la vie. Nous pourrions même considérer que cet ensemble phrastique (du « parcours d’une vie » à « opacité naturelle ») fonctionne par l’enchâssement de trois éléments – « linéarité irréversible », « échappant à toute ambiguïté », « transparence » – par le motif de la vie – « parcours d’une vie », « opacité naturelle » : l’écriture, en lutte avec elle-même, fonctionnant par concaténations, tensions et ambiguïtés, se veut mimétique d’une vie qui résiste non seulement à la compréhension mais également à l’univocité, univocité contraire au mouvement vital et symbolisée par l’enfermement des trois syntagmes. La phrase suivante poursuit le motif de l’insondabilité caractéristique du personnage, lequel nous fait retrouver le sens premier du terme, persona, le masque social, le masque du comédien : « Il se plaisait parfois à se présenter comme ». La tournure, évoquant l’idée de jeu, de comédie, s’inscrit dans le portrait tout en contraste brossé par le narrateur dans le premier paragraphe du texte : « au jeu subtil de se fabriquer des simulacres », « mêlant avec un plaisir évident le vrai et le faux ». Isso Imzoghen, à la fois double du narrateur et double de l’auteur, se scinde lui-même entre les masques qu’il présente au monde et son intériorité.

 A la parole trouble ou manquante du début de l’extrait se surimpose le motif de la maladie dont le narrateur ne parvient pas à déterminer la nature. Le lexique de la paralysie et de la dégénérescence, qui trouve son point culminant dans la dernière phrase du mouvement, se diffuse dans l’ensemble du texte : le « rude hiver » annonce déjà la sclérose verbale du personnage qui se refuse à parler, le « dernier versant » de la vie suggère le vieillissement et l’approche de la mort, le thème de la maladie, étoffé par les termes « convalescence », « guérison » et « salut », introduit l’idée d’une déficience qui se révèle provenir, dans les lignes suivantes, tout autant d’un corps souffrant que d’un esprit entravé. Le texte progresse ainsi vers l’obscurité du personnage, vers son étrangéité, dont l’apogée se situe dans la phrase interrogative très courte « Était-il un être de la nuit ? ». Le questionnement porte explicitement sur l’identité même de l’autre, associé au monde nocturne, monde des rêves, des visions et de l’indistinction. En ce sens, nous pourrions considérer Isso lui-même comme le fruit d’une vision, à la frontière entre le réel et l’imaginaire, le conscient et le refoulé. Malgré la présence du point d’interrogation, le questionnement se poursuit, se déployant par successions, associations d’idée, écriture mimétique des méandres de la quête. En effet, la première apparition du mot « nuit » engendre l’évocation des « nuits » de l’enfance, nuits de souffrance où la parole, une fois encore, ne peut sortir, bloquée par les « accès d’étouffement ». Dans ces moments d’angoisse où le corps enfantin croit faire l’expérience de la mort, l’enfermement domine : « les crises d’asthme l’enserraient », « étouffement », « l’étau se desserrait ». Le corps en lutte avec lui-même, qui fait écho à cette écriture cherchant à déjouer le vieillissement et la mort de l’écrivain, se révèle intrinsèquement lié à la présence maternelle, unique point lumineux du texte. L’étau angoissant de la toux cède alors la place à l’étreinte des « bras » de la mère, étreinte douce et apaisante, comme l’indique El Maleh dans ses entretiens avec Marie Redonnet : « L’asthme, c’est la relation à la mère […]. Cette fixation à la mère est nourrie par ce que la mère déploie de surcroît de tendresse quand l’enfant a une crise […] : c’est le lien charnel avec la vie par le biais de la mère »[1]. Dès lors, c’est dans la profondeur la plus cachée de l’être et la plus obscure, au milieu d’une nuit symbole de détresse et d’enfermement, qu’apparaît cette « tendre lumière », ce signe de vie : le rattachement à la mère se transforme en véritable renaissance de l’enfant et de l’être. La maladie de l’adulte, ancrée dans ce mal-être premier, prend une forme plus métaphorique, maladie de l’exilé loin de sa terre et, par conséquent, détaché de la mère érigée en figure originelle et réconfortante. L’éloignement du pays et de la mère, deux entités souvent reliées chez les poètes exilés, perpétue le malaise corporel et psychique de l’enfant en souffrance. L’écriture se présente ainsi comme exutoire d’une parole trop longtemps bloquée au creux d’un corps paralysé. Elle prend source au cœur même de l’être, dans ce moment de « tendre lumière », moment régressif de l’enfance, auquel s’ajoute l’espace quitté du pays, comme le souligne le narrateur dans le paragraphe qui suit notre extrait et que nous nous permettons de citer : « le lieu constitutif de son écriture, de son travail littéraire, c’est son pays qu’il vient de quitter, lieu privilégié, exclusif, centre de gravitation de tout son être, lieu donc qui le constitue et que lui en retour constitue ». Dès lors, l’unique moyen de sortir de la réclusion de la maladie respiratoire ne se situe pas tant dans l’exil volontaire qui supposerait pourtant une ouverture géographique au monde, que dans l’entrée en écriture, présentée comme véritable libération de l’être.

Troisième mouvement : « Il me confiait […] habité »

Une délivrance par l’écriture

            Le troisième et dernier mouvement se réinscrit dans la situation d’énonciation initiale mais au refus de parler se substitue le motif de la confidence qui vient redoubler le pacte de confiance établi dans l’avant-propos entre l’auteur et les lecteurs. Le narrateur incarne ici le lecteur attentif, réceptacle du travail d’écriture et des lettres à venir. Un glissement se dessine, amorcé dès le mouvement précédent, entre une obscurité menaçante, entrelacée aux crises d’asthme et au souvenir douloureux, et la possibilité d’une libération, d’abord dans les bras de la mère, cocon, lieu d’apaisement et de respiration, puis dans l’écriture. Ce lieu précieux et rare construit par la mère pour l’enfant asthmatique semble permettre la délivrance de l’adulte car il constitue le point focal de l’écriture, ainsi que le suggère le verbe « délivrer » suivi d’un ensemble de quatre termes pourvus du suffixe privatif et négatif « in / im » – « insondable », « implacable », « interdit », « inexplicablement ». L’écriture se déploie dès lors contre le blocage, elle entre en conflit avec la paralysie du corps et de la parole, lutte contre l’« interdit », lequel fait signe vers la posture de l’écrivain juif marocain pris entre deux langues et plusieurs cultures, enchevêtré dans une histoire politique complexe, souvent menacé de censure. L’éloignement d’avec le pays d’origine autorise en ce sens l’écriture, la possibilité même d’écrire, sous la forme d’une véritable délivrance, d’une transgression jubilatoire permettant au personnage d’extérioriser cette intimité désignée comme « désir sourd et profond ». Le dernier mot de l’extrait, « habité », s’oppose ainsi à la fabrication des simulacres et des masques, au caractère mouvant et fuyant d’Isso Imzoghen. Ce désir qui l’habite incarne une vérité du personnage, qui échappe aux aléas de l’exil et d’une condition précaire. Imprégné par ce désir, c’est dans l’écriture que le sujet peut trouver « ancrage » et « encrage » selon le jeu de mots employé par le narrateur et derrière lui El Maleh quelques lignes plus loin. Le personnage choisit ainsi d’habiter le langage afin d’y faire affleurer une identité multiple et fragmentée, dont la source se trouve au cœur de ces nuits sans sommeil d’où surgit la mère.

            Conclusion 

Isso Imzoghen apparaît dans cet extrait sous le signe de l’ambiguïté et du conflit. Le personnage est traversé par de multiples tensions : les mouvements de l’exil et du temps qui s’écoule se nouent à une plongée dans l’enfance, hors du temps, enfance marquée par le traumatisme de la maladie, de la réclusion et de la paralysie ; l’obscurité qui nimbe la personnalité d’Isso révèle, au bout d’un cheminement scriptural sinueux, l’unique point lumineux du texte, la figure maternelle, cachée dans les replis de l’être ; la mort, présente dès les crises d’asthme, se dissimule également derrière la métaphore de la montagne, tandis que la mère, comme l’écriture, sont érigées en principes vitaux ; enfin, la parole empêchée du personnage, caractérisée d’emblée par le refus et la colère, s’inverse à la fin du texte pour devenir confidence et écriture. A travers la figure insondable du Berbère exilé, El Maleh retrace le parcours d’une vie sans pour autant l’inscrire dans cette « linéarité irréversible » qui est le contraire de la vie. Les questionnements, tout en touchant à l’identité profonde du personnage, empêchent la fixation du sens et d’une vérité de l’être. Tout en disant quelque chose d’Isso Imzoghen, tout en sondant l’intériorité de celui-ci, le narrateur ne peut qu’effleurer ce qui se trouve derrière les masques. El Maleh choisit de maintenir ce trouble, de poursuivre le jeu des doubles et de la confusion entre le réel et le fictif tout en travaillant le matériau mémoriel. Par une écriture mimétique des sinuosités de l’être, l’auteur brosse en creux un portrait de lui-même qui refuse l’univocité et la ligne droite afin de privilégier le jeu du dédoublement et la quête d’un « moi » fragmenté, tendu entre quatre lieux : le pays quitté et Paris d’une part, et d’autre part l’espace de la page et l’espace des bras maternels, lesquels rejouent la scission des langues : la langue d’écriture – le français – et la langue maternelle – l’arabe, « la parole éphémère, nouée, faite chair ». A partir de ces fragments et de ces tensions, l’écriture peut se déployer, fournissant un « refuge »[2] à celui qui traverse le désert de l’exil.


[1] Redonnet Marie, Entretiens avec Edmond Amran el Maleh, Editions de la Pensée sauvage, Rabat, 2005, p. 76.

[2] El Maleh Edmond Amran, Lettres à moi-même, p. 39.

La destruction du Café de Zrirek et la naissance d’une allégorie.

 

Le café de Zrirek n’est plus. Détruit, rasé, comme beaucoup d’autres lieux symboliques dans lesquels la prédation immobilière n’a vu qu’un emplacement stratégique à exploiter. 

Ce haut lieu de rencontres chanté par le zaïlachi de coeur qu’était Edmond Amran El Maleh a disparu à jamais et avec lui, des socialités mixtes d’hommes (et parfois de femmes): pêcheurs, artistes, écrivains, touristes, jeunes et moins jeunes. 

Cette destruction caractérisée a commencé depuis des mois. On en a très peu entendu parler. Il paraît que certaines personnes ont protesté, invoquant la mémoire qu’on allait effacer avec cette démolition. On leur a rétorqué qu’il n’y avait aucun mal et que le café allait être reconstruit, encore plus beau et plus moderne. Plus bleu que le bleu de l’Atlantique! 

Difficile de comprendre comment une ville à l’Histoire si ancienne qui a vu passer de nombreuses civilisations (carthaginoise, romaine, portugaise, espagnole) peut faire les frais d’une politique culturelle aussi catastrophique. Pourtant les voix de Mahmoud Darwich, Mustapha Nissabouri, Jean Genet, Juan Goytissolo, de Khalil Laghrib et d’Edmond AMran El Maleh ont résonné dans ces lieux.

Espérons que la littérature et l’art perpétueront le souvenir de cette allégorie. Cette figure si chère à El Maleh, l’allégorie, ne naît-elle pas paradoxalement dans la disparition de toute origine? 

Le Café de Zrirek n’est plus. Vive Le Café bleu Zrirek! 

Laissons donc résonner l’allégorie maléhienne.

Extrait du Café Bleu Zrirek, d’Edmond Amran El Maleh, p. 13. 

Aussi célèbre que « L’Almanach du Blaue Reiter », le cavalier bleu, le café de Zrirek, le bleu du ciel, haut fonds cerné par l’océan, constellation étoilée dans le firmament kiféen, le septième ciel, archives de la cité, astrologie inscrite dans la menthe et le thé, le fonds de vérité, l’océan en losanges jouant à travers le « canisse », ligne de partage végétale, roseaux pensants, entre ici et ailleurs, dehors, l’été, « leiali », les nuits de l’hiver, repos à l’intérieur, plis et replis d’une rêverie méditative. 

 

Notes de recherche: Dans l’intimité de la bibliothèque d’Edmond Amran El Maleh

Le fonds Edmond Amran El Maleh, déposé dans l’espace du même nom, abrite la bibliothèque personnelle de l’auteur, en principe accessible aux chercheurs et aux chercheuses qui travaillent sur l’œuvre de l’écrivain.

Dans l’hospitalité d’El Maleh (2010)

Pour qui s’intéresse à l’œuvre et à la figure de lettré d’Edmond Amran El Maleh, la visite de l’Espace éponyme, à Rabat, se présente comme un passage obligé. Avant sa disparition, l’écrivain avait légué à la Bibliothèque nationale du royaume du Maroc (BRNM) une riche collection composée de livres, de tableaux, de photos et d’objets personnels. Le fonds dort dans un insoupçonnable petit local appelé ‘Espace La Source et Edmond Amran El Maleh’. En plus de la bibliothèque personnelle d’El Maleh, le bâtiment abrite, en effet, le fonds provenant de l’ancienne bibliothèque de recherche de La Source, développée et jusqu’à récemment gérée par l’archidiocèse catholique de Rabat. Cette annexe de la BNRM se trouve à côté des Archives du Maroc et des bâtiments de l’ancienne Bibliothèque générale. Heureux hasard ou politique culturelle avisée ? Quoi qu’il en soit, ce voisinage offre l’image d’un Maroc en paix avec ses mémoires et réalise à lui seul l’utopie d’une culture diversifiée et inclusive. L’Espace Edmond Amran El Maleh illustre les valeurs (imaginaires ?) d’un Maroc pluriel et, simultanément, il constitue sans doute un hapax dans le paysage culturel marocain en tant que bibliothèque personnelle d’un écrivain « tombant » dans le domaine public.

On est pourtant fondé à s’interroger sur la signification de ce don et, symétriquement, de l’héritage légué aux générations actuelles et futures. Le choix de léguer sa bibliothèque n’est pas un geste anodin pour un écrivain et il acquiert une valeur particulière de la part d’un auteur pour qui la lecture constitue une dimension fondamentale de l’activité même d’écrire. Le don du livre oblige à l’hospitalité et les postures de testateur autant que des légataires s’inscrivent dans une relation dilective. Quel sens donner au geste de l’un et à l’accueil de l’autre ? Comment cet héritage re-performe-t-il une appartenance singulière à la culture marocaine ? Comment le public peut-il s’en saisir pour mieux appréhender le rôle des livres dans le parcours de l’écrivain, la place des médiations par les livres dans sa réflexion ? Quelles typologies des lectures maléhiennes seraient possible, au-delà du code Dewey utilisé dans le classement de ce fonds et qui a surement dés-ordonné le classement subjectif voulu par l’auteur ?

Une thèse à lire en ligne

Figures de la subversion dans les littératures francophone et d’expression arabe au Maghreb et au Proche-Orient, des années 1970 à 2000:(R. Boudjedra, A. Cossery, EA El Maleh, E. Habibi et P. Smaïl)

Thèse soutenue à l’Université Paris 3 Sorbonne nouvelle en 2009, sous  la direction de Dominique Combe.

Par : Touriya Fili-Tullon

Date : 24 janvier 2009 | disponible sur http://www.theses.fr/2009PA030012/document

Résumé:

Dans l’aire arabofrancophone, la valeur littéraire de la fiction narrative tend souvent à se confondre avec sa dimension subversive. Le présent travail aborde cette notion problématique de subversion en tant que modalité discursive et posturale. Sont analysées les perturbations infligées aux codes linguistiques, énonciatifs et génériques à la lumière du postulat suivant lequel le bilinguisme et le biculturalisme des écrivains favorisent cette veine et la nourrissent. C’est, en effet, autour d’une double appartenance, feinte ou avérée, que se rejoignent les poétiques d’auteurs aussi éloignés que Rachid BOUDJEDRA, Albert COSSERY, Edmond Amran EL MALEH, Émile HABIBI et Paul SMAÏL. L’articulation de l’analyse textuelle à celle des postures auctoriales permet de discerner une dynamique littéraire dans laquelle ce qui s’offre a priori comme une littérature politique s’avère un avatar d’une politique de la littérature.

mots clés: Mots-clés : Arabofrancophonie, Bilinguisme, Fiction, Subversion, Traduction, Arabo-Francophone culture, Plurilinguisme, Fiction, Subversion, Translation

 

Extrait de Lettres à moi-même, Rabat, Le Fennec Poche, 2013, p. 25-26.

Ami

Vieilles pierres, vieilles et vénérables pierres scolastiques, l’éternelle bâtisse jouxtant « Sainte Ginette » de sa hauteur à face avec St. Etienne du Mont, moyennant un léger décroché, en angle le panthéon, pour les hommes encore en vie, il y a à cette enseigne un hôtel sur la place, le Sacré Collège se dresse en gloire, et comme Yahvé on ne peut le nommer de son vrai nom sans tomber foudroyé. Un professeur, nouveau venu, arpente le long couloir du deuxième étage en attendant la sonnerie qui va lui intimer l’ordre de prendre sa classe pour la première fois. Nul ne sait quels sentiments il éprouvait à cette heure-là.

Continuer la lecture de « Extrait de Lettres à moi-même, Rabat, Le Fennec Poche, 2013, p. 25-26. »

écrivain.e.s entre les langues

Quelques écrivains du Monde arabe recourant au français comme langue de création en concurrence avec l’arabe et (ou) pour des (auto)traductions d’œuvres littéraires

 

Adonis, Ali Ahmed Saïd Esber dit, né en 1930 : poète d’origine syrienne, installé au Liban dont il a acquis la nationalité dans les années 1960, puis « déterritorialisé » en France dans les années 1980 ; il a notamment traduit en arabe Saint-John Perse, Georges Schéhadé ou Yves Bonnefoy et, en français, Abû l’Alâ al-Ma’arrî (Rets d’éternité, Paris, Fayard, 1988).

Al-Hamdani, Salah, né en 1951 : homme de théâtre et écrivain irakien qui vit en France depuis 1974 ; a publié de nombreux recueils de nouvelles et de poèmes, en arabe (« Une vie entre parenthèses », nouvelles, Damas, Al Mada, 2000 ; « J’ai vu », poèmes, Alep, Maouakf, 1997), comme en français (Bagdad à ciel ouvert, poèmes, Chaillé-sous-les-Ormeaux (France) / Trois-Rivières (Québec), L’Idée bleue / Écrits des forges, 2006) ; a traduit, ou contribué à la traduction, en français de nombre de ses propres textes écrits en arabe, comme J’ai vu, poèmes, Paris, L’Harmattan, 2001, ou Le Cimetière des oiseaux, récits, La Tour d’Aigues, L’Aube, 2003.

BENCHEIKH, Jamel Eddine, 1930-2005 : universitaire et écrivain algérien qui vécut en France de 1956 à 1962 au moment de ses études d’arabe, puis, dans un « exil volontaire », de 1969 à sa mort. Grand spécialiste de la littérature arabe médiévale, on lui doit, outre de nombreux essais, la première traduction intégrale en français des Mille et une nuits, en collaboration avec André Miquel (Paris, Gallimard, Bibliothèque de La Pléiade, 3 vol., 2005-2006), ainsi que celle du Voyage de Mahomet (Paris, Imprimerie nationale, 2002). Également fervent défenseur de la littérature maghrébine d’expression française (Jean Sénac, Clandestin des deux rives [1926-1973], en collaboration avec Christiane Chaulet-Achour, Paris, Séguier, 1999). En marge de ses travaux universitaires, a eu en français une production journalistique (articles rassemblés dans Écrits politiques (1963-2000), Paris, Séguier, 2001) et poétique (recueils repris dans Poésie I et II, Saint-Benoît-du-Sault, Tarabuste, 2002 et 2003), sans oublier un roman (Rose noire sans parfum, Paris, Stock, 1998).

BEN JELLOUN, Tahar, né en 1944 : écrivain marocain vivant en France depuis 1971 ; son œuvre prolifique en fait l’auteur francophone le plus lu et le plus traduit dans le monde : poésie (Les Amandiers sont morts de leurs blessures, Paris, Maspero, 1976), romans (La Nuit sacrée, Paris, Seuil, 1987, prix Goncourt), nouvelles (Le Premier Amour est toujours le dernier, Paris, Seuil, 1995), essais (Le Racisme expliqué à ma fille, Paris, Seuil, 1998), sans compter les collaborations avec de nombreux journaux, en France, en Italie et en Espagne. La plupart de ces ouvrages ont été publiés dans des versions arabes dont la traduction a été révisée par l’auteur.

On ne peut mettre à son actif qu’une seule traduction (de l’arabe vers le français), mais emblématique : c’est celle du Pain nu ([ʾal-ḫubzu l-ḥāfī]) de Mohamed Choukri (Paris, Seuil, 1980) ; en effet, dix ans après avoir été écrit et malgré l’adaptation anglaise proposée par Paul Bowles dès 1973 (For Bread Alone, Londres, Peter Owen Editions), cet ouvrage continuait d’être systématiquement refusé par les éditeurs arabes ; le succès considérable de la version française fera tenter une édition en arabe à compte d’auteur (Casablanca, imprimerie Najah, 1982) qui, en raison du scandale suscité par un texte très cru, sera presque aussitôt interdite (1983) et le restera jusqu’en 2000. On observe avec intérêt que Tahar Ben Jelloun semble faire l’impasse sur cette traduction dans la bio-bibliographie officielle, « seule autorisée », qu’il donne sur son site Internet personnel (http://www.taharbenjelloun.org/accueil.php, page consultée le 1er mai 2008). Salah Natij a, par ailleurs, analysé dans « Le Pain nu de Mohamed Choukri et l’aventure de la traduction », s. d., l’influence supposée de la traduction française sur la version arabe finalement publiée en 1982 (article disponible sur Internet à l’adresse suivante : http://maduba.free.fr/pain_nu_traduction.htm, page consultée le 1er mai 2008).

 

BOUDJEDRA, Rachid : Rachid Boudjedra est né le 5 septembre 1941 à Ain Beida où il passe sa prime jeunesse. Les études commencées à Constantine sont poursuivies à Tunis au lycée Sadikia. Après l’ indépendance, il retourne en Algérie où il entreprend des études de philosophie à Alger, puis à Paris. Son cursus universitaire s’achève avec la présentation d’un mémoire sur Céline. L’œuvre romanesque de Boudjedra est d’abord écrite en langue française mais dès les années 1980, il se met à s’auto-traduire, parfois avec l’aide d’un traducteur professionnel : Le Démantèlement (1982), La Macération (1984), La Pluie (1987), La Prise de Gibraltar (1987), etc.  

BOUMEDIÈNE, Anissa : avocate et écrivaine algérienne, veuve du président Houari Boumediène (1932-1978). Elle a publié un recueil de poèmes (Le Jour et la nuit, Paris, Saint-Germain-des-Prés, 1980) et un roman historique (La Fin d’un monde, Alger, Bouchène, 1991) en français. Elle a, par ailleurs, traduit l’œuvre la plus copieuse qui soit restée de la poésie antéislamique, celle de Khansâ’, sous le titre de Moi, poète et femme d’Arabie, Arles, Sindbad / Actes Sud, 1987.

DINIA, Khalid, né en 1944 : universitaire marocain auteur d’une thèse sur Proust, a publié en outre un unique recueil de poèmes « sur un double corpus français et arabe auquel s’ajoute épisodiquement le berbère » : Hybrides, Paris, L’Harmattan, [1992], 2000.

DJEDIDI, Hafedh, né en 1954 : universitaire, homme de théâtre et écrivain tunisien ; sa production, outre les essais et les articles scientifiques, va de la poésie (Rien que le fruit pour toute la bouche, Paris, Silex, 1986) au théâtre (Les Vents de la nostalgie, Paris, L’Harmattan, 2003) en passant par le roman (Fièvres dans Hach-Médine, Paris, L’Harmattan, 2003) et privilégie le français. Mais il a également à son actif un roman en arabe (« La cave et le marteau », Tunis, Al-Atlassia, 1996), ainsi que la mise en scène de telle ou telle création théâtrale en dialectal (Mouch-normal, Sousse, atelier Les Plasticiens sur scène, 2006) ou en deux versions concurrentes (arabe et français) : Rahbet en-nsa / Forum des femmes, 1999 ; L’Envers et l’endroit, 2000 ; Dans la tourmente, 2000. Enfin, il a une activité de traducteur, que ce soit du français vers l’arabe (L’Oiseau-roi, contes d’Afrique subsaharienne recueillis par  Guy Coissard, Sousse, Saïdane, 1994) ou, de manière plus significative, de l’arabe vers le français (Anthologie de la nouvelle tunisienne, et Anthologie du roman tunisien, textes traduits de l’arabe par Fredj Lahouar et Hafedh Djedidi, Tunis, Publications de l’Union des écrivains tunisiens, 2003 et 2004).

el-Janabi, Abdelkader, né en 1944 : poète polyglotte d’origine irakienne, établi en France depuis 1977 après avoir vécu à Londres et à Vienne ; éditeur de plusieurs revues se plaçant explicitement dans le sillage du surréalisme, notamment Le Désir libertaire, Al-nukta et Arapoetica, – revues souvent interdites dans le Monde arabe à cause de leur approche critique des problèmes politiques, sociaux et religieux. A traduit en arabe nombre de poètes occidentaux contemporains, notamment Paul Celan, René Daumal, Max Jacob ; symétriquement, a publié en français plusieurs anthologies de la poésie arabe moderne : Le Spleen du désert, Petite anthologie du poème arabe en prose (Paris, Paris-Méditerranée, 2000), Le Verbe dévoilé, Petite anthologie de la poésie arabe au féminin (Paris, Paris-Méditerranée, 2000), La Poésie arabe contemporaine (Paris, Le Cherche midi, Poésie 1, 2001). Un de ses derniers recueils personnels de poèmes, Ce qui fut et jamais plus ne sera (Paris, Paris-Méditerranée, 2002) est lui-même bilingue arabe-français.

GUERMADI [ou : GARMADI], Salah, 1933-1982 : linguiste et écrivain tunisien, animateur de la scène intellectuelle tunisoise des années 1960 et 1970 par son rôle dans les revues Al-Tajdîd et Alif, pour cette dernière de concert avec Jacqueline Daoud et Lorand Gaspar ; ses contributions scientifiques montrent un intérêt particulier pour les problèmes liés au bi- / plurilinguisme ; son œuvre littéraire comporte des nouvelles (« Saïd ou le grain de Halfaouine », [en arabe], Tunis, Al-Tajdîd, 1961-1962 ; Le Frigidaire, recueil de six nouvelles en français et trois en arabe, Tunis, Alif, 1986), une pièce de théâtre (Poisson Halaoui, in Alif, n° 6, p. 98-126, 1975, et n° 7, p. 50-79, 1976), ainsi que des recueils de poèmes (Avec ou sans / « Chair vive », bilingue, Tunis, Cérès, [1970], 1982 ; Nos ancêtres les Bédouins, [en français], Paris, [Pierre-Jean Oswald, 1975], L’Harmattan, s.d.). Hormis ses propres œuvres, Salah Guermadi a traduit, du français vers l’arabe, aussi bien des ouvrages scientifiques (Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure, Éléments de linguistique générale d’André Martinet, Cours de phonétique arabe de Jean Cantineau) que littéraires (La Répudiation de Rachid Boudjedra, Moha le fou, Moha le sage de Tahar Ben Jelloun, Je t’offrirai une gazelle de Malek Haddad), ainsi que, de l’arabe vers le français, telle nouvelle de Ali Douagi (L’Observateur des étoiles). Il s’est également auto-traduit, notamment des nouvelles du recueil Le Frgidaire.[1]

Guiga, Tahar, né en 1922 : érudit, traducteur et nouvelliste tunisien ; a notamment traduit en français ses propres Contes et nouvelles de Tunisie, Paris, CILF, 1986.

Hayek, Michel, 1928-2005 : théologien maronite libanais, islamologue et poète, auteur de nombreux essais en arabe et en français ; parmi ses recueils poétiques, Le Livre de l’exode et du retour, [1966], poèmes, traduction française par Jacqueline Frédéric-Frié et par l’auteur, Vitry-sur-Seine, Cariscript, 1989.

Hussin, Jabbar Yassin, né en 1954 : écrivain irakien ayant vécu en exil en France de 1976 à 2003, auteur de poèmes, de récits ainsi que de contes pour enfants, en arabe et en français ; a participé à la traduction en français de Loin du premier ciel, poèmes de Saadi Youssef, en collaboration avec Abdellatif Laâbi, Farouk Mardam-Bey et Habib Tengour, Arles, Sindbad / Actes Sud, 1999.

Laâbi, Abdellatif, né en 1942 : écrivain marocain, fondateur de la revue Souffles (1966-1971), lieu par excellence de revendication culturelle et sociale à l’échelle du Maroc, du Maghreb et du Tiers-Monde ; emprisonné au lendemain de l’interdiction de la revue, A. Laâbi finira par s’exiler en France en 1985. Son œuvre comporte des recueils de poèmes (Œuvre poétique I, Paris, La Différence, 2006), des romans (Le Fond de la jarre, Paris, Gallimard, 2002), des pièces de théâtre (Rimbaud et Shéhérazade, volume réunissant Le Baptême chacaliste, Exercices de tolérance et Le Juge et l’ombre, Paris, La Différence, 2000), sans compter des volumes plus autobiographiques (Chroniques de la citadelle d’exil, lettres de prison [1972-1980], Paris, [Denoël, 1983], La Différence, 2000) ou dédiés à la jeunesse. L’essentiel est écrit en français. Quelques rares volumes de poèmes (ou d’autres dédiés à la jeunesse) ont été réédités en version bilingue (français-arabe) ou trilingue (français-arabe-espagnol) comme Les Fruits du corps (Rabat, Marsam, 2005) ; mais la plus grande partie de cette œuvre a été traduite en arabe par des tiers et publiée, d’abord à Beyrouth, puis au Maroc à partir des années 1990. Au reste, Abellatif Laâbi a lui-même déployé une intense activité de traducteur de l’arabe vers le français, permettant à un nouveau lectorat de découvrir des poètes arabes contemporains essentiels, un Mahmoud Darwich (Rien qu’une autre année, Paris, UNESCO / Minuit, 1983 ; Plus rares sont les roses, Paris, Minuit, 1989) ou un Saadi Youssef (Loin du premier ciel, Arles, Sindbad / Actes Sud, 1999). Deux anthologies signent les préoccupations du traducteur : La Poésie palestinienne contemporaine ([Paris, Messidor, 1990], Pantin / Saint-Martin-d’Hères, Le Temps des cerises / Maison de la poésie Rhône-Alpes, 2002), et La Poésie marocaine de l’Indépendance à nos jours (Paris, La Différence, 2005), – première de son espèce et qui réunit des poètes écrivant pour la plupart en arabe, pour quelques-uns en français.

LWIZ, Dyhia : (1985 à Béjaïa- 2017 à Béjaïa, en Algérie), Dihya Lwiz (de son vrai nom, Louiza Aouzelleg) est une autrice trilingue mais elle n’a publié qu’en arabe et tamazight. Elle a publié deux romans en langue arabe : Jassadoun yaskounounî [un corps m’habite] et Sa’aqdhifu nafsî amamaka [Je me jetterai à tes pieds] et publiés respectivement en 2012 et 2013, elle avait collaboré à un  recueil de nouvelles en Tamazight. Titulaire du prix Mohamed Dib en 2016 pour son roman Gar igenni d tmurt [Entre ciel et terre].

MARDAM-BEY, Farouk, né en 1944 : historien, écrivain et éditeur d’origine syrienne, établi en France depuis la fin des années 1960 ; dirige notamment la collection Sindbad chez Actes Sud, qui, par ses traductions, a fait connaître nombre d’œuvres du domaine arabo-musulman (arabes, turques, persanes), qu’elles soient classiques ou contemporaines. Outre diverses études sur l’histoire du conflit israélo-arabe et la question palestinienne, on lui doit, en éditions bilingues illustrées par Rachid Koraïchi, une Anthologie de poésie arabe contemporaine (Arles, Actes Sud, 2007) et Poésie arabo-andalouse : petite anthologie (Paris, Michalon, 2007).

Meddeb, Abdelwahab, né en 1946 : universitaire et écrivain d’origine tunisienne établi en France ; a publié, toujours en français, romans (Contre-prêches, Paris, Seuil, 2006), recueils de poésie (La Matière des oiseaux, Saint-Clément, Fata Morgana, 2001), essais (La Maladie de l’Islam, Paris, Seuil 2002). Acteur très médiatique des débats de société sur les évolutions de l’Islam. A traduit de l’arabe vers le français deux ouvrages de soufis médiévaux (Les Dits de Bistami, Paris, Fayard, 1989 ; Récit de l’exil occidental de Suhrawardi, Saint-Clément, Fata Morgana, 1993), mais surtout, en collaboration avec Fady Noun, un roman du Soudanais Tayeb Salih, Saison de la migration vers le Nord (Arles, Actes Sud, [/ Sindbad, 1983], Babel, 1996), un des ouvrages clés de la fiction arabe contemporaine.

Mohsen, Adnan, né en 1955 : poète et traducteur irakien ; la version française de son premier recueil, La Mémoire du silence (Paris L’Harmattan, 1994) est le fruit d’une collaboration entre l’auteur et Aude de Thiersant ; ultérieurement, publiera sous son seul nom des recueils bilingues arabe-français, comme Du même acabit (Paris, L’Harmattan, 2005). A aussi traduit de l’arabe Au-delà des mots de Mohammed Saïd Saggar (Paris, l’Harmattan, 1995), Ascension de l’amant de Amjad Nasser (Paris, L’Harmattan, 1998).

SANBAR, Élias, né en 1947 : originaire de Haïfa, réfugié avec sa famille au Liban ; en 1969, il vient poursuivre ses études d’histoire en France où il s’établit ; fondateur de la Revue d’études palestiniennes dont il assure toujours la rédaction en chef. Outre ses traductions d’une grande partie de l’œuvre du poète palestinien Mahmoud Darwich (La Terre nous est étroite et autres poèmes, Paris, Gallimard, Poésie, 2000 ; Le Lit de l’étrangère, Arles, Actes Sud, 2000 ; Ne t’excuse pas, id., 2006 ; etc.), ses essais autour de la question palestinienne (Dictionnaire amoureux de la Palestine, Paris, Plon, 2010 ; Le Rescapé et l’Exilé, coécrit avec Stéphane Hessel, Paris, éditions Don Quichotte, 2012 ; La Palestine expliquée à tout le monde, Le Seuil, 2013), on lui doit, en français, un roman, Le Bien des absents (Arles, Actes Sud, 2001).

STÉTIÉ, Salah, né en 1929 : poète et diplomate libanais ; il écrit en français et ne sont publiés en arabe sous son nom que des « entretiens ». Traducteur à l’occasion, il a proposé, depuis l’anglais, une version du Prophète de Khalil Gibran (Paris, Renaissance du livre, 1999), ainsi que, de l’arabe, Les Poèmes de Djaykoûr de Badr Chaker Es-Sayyâb, poète irakien mort en 1964 à trente-sept ans, (Saint-Clément, Fata Morgana, 2003).

 

[1] Cf. Salah Mejri, « L’écriture littéraire bilingue : traduction ou réécriture ? Le cas de Salah Guermadi », in Salah Mejri et Taïeb Baccouche (dir.), La Traduction dans le Monde arabe, Meta, n° 45-3, 2000, p. 450-457.

Pour une lecture épigraphique d’Aïlen ou la nuit du récit , Edmond Amran El Maleh

 

L’oeuvre d’Edmond Amran el-Maleh est imprégnée d’une mémoire juive et arabe qui célèbre la symbiose culturelle d’un Maroc arabe, berbère, juif. Cette unicité mémorielle est présentée aux lecteurs européens grâce à un travail sur la langue remarquable construit autour d’un schéma narratif arabe : « Écrivant en français, je savais que je n’écrivais pas en français. Il y avait cette singulière greffe d’une langue sur l’autre, ma langue maternelle l’arabe, ce feu intérieur. » Edmond Amran el-Maleh, Le Magazine littéraire, mars 1999. Cette prose si particulière permet également d’offrir une unité poétique aux conflits qui marquent ce pays, juste le temps d’une lecture. Au regard de cette production littéraire notre projet d’étude autour des épigraphes dans Ailen ou la nuit du récit, s’attardera à démontrer que cette pratique du « paratexte » par l’auteur inscrit ce roman par un jeu de filiations et d’échos dans une sphère universelle et intemporelle créant de ce fait une bibliothèque de poche présente au sein même du roman.  Ainsi en nous appuyant sur le recueil de poétique littéraire Seuils, de Gerard Genette, 1987, et la définition que donne ce dernier de l’épigraphe : «Je définirai grossièrement l’épigraphe comme une citation placée en exergue, généralement en tête d’œuvre ou de partie d’oeuvre ; qu’il convient de ne pas confondre avec la dédicace », nous nous attacherons à montrer en quoi les épigraphes garantissent d’une unité, ressaisissant et unissant le contenu d’une écriture fragmentaire ? Mais également en quoi ces derniers sont une mise en abime du texte, offrant un discours méta-littéraire sur l’oeuvre ? Une inscription au sein d’une famille littéraire et créative.  Pour ce faire en nous appuyant tout d’abord sur les travaux de Gérard Genette nous nous attacherons à montrer que l’épigraphe est une pratique littéraire aux objectifs multiples pour ensuite centrer notre étude sur la pratique épigraphique dans l’œuvre Ailen ou la nuit du récit, pour enfin souligner la puissance du discours méta-littéraire que convoque l’utilisation du paratexte.  Comme signalé en introduction Gerard Genette définit l’épigraphe comme une citation placée en exergue, généralement en tête d’oeuvre ou de partie d’œuvre et majoritairement allographe c’est-à-dire « selon nos conventions, attribuée à un auteur qui n’est pas celui de l’oeuvre. »

Continuer la lecture de « Pour une lecture épigraphique d’Aïlen ou la nuit du récit , Edmond Amran El Maleh »

Qu’est-ce que la traduction postcoloniale?

Voilà un objet bizarre! Comment parler d’une traduction « postcoloniale »? s’agit-il du geste traductif lui-même que l’on qualifierait ainsi, ce qui reviendrait à une éthique voire une politique du traduire ancrée dans une historicité problématique? Rappelons que le mot postcolonial lui-même n’emporte le sème du « post » que dans le cadre d’un processus dialectique.

Continuer la lecture de « Qu’est-ce que la traduction postcoloniale? »

Le texte postcolonial à l’épreuve de la traduction

Traduire en poète

 

Traduire un roman maghrébin francophone en arabe serait-il une manière de re-territorialiser l’œuvre en la restituant à sa communauté d’origine ? La question mérite d’être posée à propos de la traduction en arabe de La Mère du printemps, le roman bien connu de Driss Chraïbi[1]. Le poète et romancier, Mohamed Hmoudane, l’auteur de cette traduction parue en 2015 à Tanger, aux éditions de La librairie des Colonnes, rejette cette vision deleuzienne. Pour lui, « le territoire de l’écriture, quelle que soit la langue d’expression, est un territoire imaginaire, qu’aucune frontière “nationale” ne saurait étriquer[2] ».

Continuer la lecture de « Le texte postcolonial à l’épreuve de la traduction »

Khalil El Ghrib

Khalil El Ghrib (Azilah, 1948-) est un artiste plasticien singulier. Il expose rarement et refuse de se soumettre à la loi de la médiatisation ou à celle du marché. Ses œuvres ne sont ni datées ni signées et ne sont pas à vendre et quand elles rentrent dans des collections publiques ou privées, c’est par le biais de donations. Même si l’artiste n’accepte pas de montrer son travail, des expositions collectives et individuelles, au Maroc et à l’étranger, ont été réalisées grâce à des amis fidèles comme Edmond Amran El Maleh. Il y a une profonde complicité entre l’un et l’autre autour d’une vision de l’art, mais aussi une même conscience du temps. L’œuvre de El Ghrib est toute tournée vers le travail de la matière par le temps.

El Maleh et El Ghrib, photo non datée, crédit photo Abdellah Baïda. 

 

Bibliographie

Coudre le temps, éditions de la maison d’à côté 2007 (Livre et film documentaire)
• Edmond Amran El Maleh Khalil El Ghrib ou la pauvreté d’Asilah Editions Le Fennec 1998
• Revue Horizons maghrébins 1997 Itinérances n° 33/34 1er trimestre
• Edmond Amran El Maleh, L’oeil et la main. La pensée sauvage édition 1993

Filmographie

Du sensible et du parfum d’ange de James Sacré Editions Tarabuste 2006 (Documentaire)
Le Maître de la chaux, de Bernard Collet Perfect production 2002 (Documentaire)

Entretien radiophonique

Sur Webradio Zibeline: « Khalil El Ghrib à l’épreuve du temps »:

Analyse de texte – Lire et quêter : lectures poétiques de l‘autre de Mohamed Leftah et d’Edmond Amran El Maleh

Analyse de texte – Lire et quêter : lectures poétiques de l‘autre de Mohamed Leftah et d’Edmond Amran El Maleh

« J’aurais aimé, j’ai toujours voulu tenir le journal d’une lecture et je ne cesse d’y penser, d’y revenir à chaque fois. […] Un journal des jours, des heures, dans leur concrétude, la rencontre de visages nouveaux, de paysages inconnus, l’éphémère des impressions de l’instant, l’imprévu, la découverte, les cieux changeants, la halte, le plaisir et la lassitude, la langueur, la difficulté d’aller plus loin, l’instant exquis, rare, ce bonheur de l’écrire. » (1)

Dans leurs textes, Mohamed Leftah comme Edmond Amran El Maleh manifestent à maintes reprises leur amour de la lecture et l’importance qu’elle revêt dans leur propre écriture. Il existe toutefois peu de publications qui témoignent de l’intérêt de l’un pour les œuvres de l’autre. On en trouve une trace dans le travail journalistique de Mohamed Leftah, qui a notamment publié, en mars 1991 dans journal Le Libéral, l’article « Le retour d’Abou El Haki‘ d’Edmond Amran El Maleh ». Deux essais se distinguent pourtant des autres travaux en présentant une réflexion à la fois intense et condensée sur la poétique et sur l’écriture de l’autre. Dans « Un chant au-delà de toute mémoire », publié sous forme d’extrait en 2010 (2), Mohamed Leftah tente de définir la poétique d’El Maleh comme un « Art de la bifurcation » en décrivant l’importance du motif du figuier dans les textes malehiens. Déjà en 2009, El Maleh avait quant à lui entrepris, dans son hommage « Saint et martyr » (3), une recherche poétique des mots aptes à décrire la singularité de l’écriture leftahienne. Dans ce texte qui débute comme un souvenir, et dont la lecture devrait être, selon El Maleh, « plus qu’un banal soupir » (4), ce dernier évoque tout d’abord le contexte officiel de sa relation avec Mohamed Leftah. Il esquisse l’atmosphère de l’époque qui suivit l’indépendance, sa perception d’une volonté de rupture chez ses élèves en philosophie au lycée Mohamed V et son sentiment de responsabilité dans la formation intellectuelle de cette nouvelle génération. L’un de ces élèves était Mohamed Leftah, qu’il retrouvera des années plus tard à Paris, cette fois en tant qu’ami. C’est El Maleh qui sera le premier à lire le manuscrit des Desmoiselles de Numidie. Convaincu de la qualité littéraire du roman, il joue le rôle d’intermédiaire dans sa publication. C’est ce premier roman, ainsi qu’Au bonheur des limbes, L’enfant de marbre et Ambre ou les métamorphoses de l‘amour, qui servent de base à son essai consacré à la quête de la poétique leftahienne.

Continuer la lecture de « Analyse de texte – Lire et quêter : lectures poétiques de l‘autre de Mohamed Leftah et d’Edmond Amran El Maleh »

Projet de recherche : Parcours immobile à la lumière de Walter Benjamin

Ce poster a été présenté à l’occasion des journées d’étude des 14 et 15 mars 2016 : « D’Orient et d’Occident : les intellectuel.le.s arabofrancophones ».

Il a pour but de présenter un projet de recherche en cours : une lecture croisée de l’oeuvre d’El Maleh et de la philosophie du langage de Walter Benjamin.

A l’intersection de ces deux pensées, Marie-Cécile Dufour, l’épouse d’El Maleh, dresse un pont indispensable à la compréhension de l’esthétique maléhienne.

Cliquez ici pour voir le poster : El Maleh-Dufour-Benjamin