Premier séjour de recherche à la BNRM

Projet de départ: (argumentaire du projet tel qu’il avait été déposé en 2014).

Projet scientifique

Si la littérature est probablement ce qui permet le mieux de « gérer la pluralité axiologique du monde[1] », la francophonie littéraire (Beniamino, 1999) y contribue sans conteste. Elle est à la fois carrefour et traversée, lieu de rencontre idéal où extériorité et intériorité peuvent s’inverser librement. C’est sans doute parce que la littérature francophone est porteuse d’une mémoire enfouie qu’elle se prête, plus qu’aucune autre, au jeu ambigu des patrimonialisations. Comme si, devant l’inévitable destruction de l’autre langue – la maternelle –, le français sacrifiait au rituel d’un remembrement symbolique où tout ce qui évoque l’origine n’est plus qu’une trace qui fait signe à sa propre absence. Cette fonction muséale de l’écriture n’est pourtant pas toujours ce qu’elle paraît, une fois dépassées les dualités conflictuelles qui enferment le sujet d’écriture dans des schémas binaires de domination. La patrimonialisation peut se concevoir sans appropriation mortifère, loin des crispations identitaires et libre de toute instrumentalisation. En tout cas, c’est à une telle tension dans l’exigence éthique que semble nous inviter l’œuvre d’Edmond Amran El Maleh.

Depuis son Parcours immobile jusqu’à Lettres à moi-même, la tension entre « le passage et l’ancrage[2] » se décline sous différentes figures du retournement, du truchement, du transfuge, de l’oxymoron comme trait stylistique ou postural. Celui qui se disait « juif marocain et marocain juif » refusant de hiérarchiser ses appartenances communautaire et nationale reconnaissait également sa part « française » et ce qu’il doit à ses « passages parisiens ». Nul ancrage donc sinon celui de l’encre de sa machine à écrire : cette exploration poétique et poïétique des lieux.

Arrivé à Paris en 1965, il enseigne la philosophie au Collège Sainte-Barbe, collabore au journal Le Monde, réalise des entretiens avec Miguel Abensour, Jürgen Habermas, Claude Lefort, Jacques Rancière, etc. C’est là aussi qu’il rencontre Tahar Ben Jelloun, J. Goytisolo, J. Á. Valente, A. Sánchez Robayna, etc. C’est également à Paris qu’il rencontre sa compagne Marie-Cécile Dufour qui lui communiquera sa passion pour l’œuvre et la pensée de Walter Benjamin[3].

Après un exil « volontaire » de plus de vingt-cinq ans en France, et de retour au Maroc, El Maleh est célébré, primé, médiatisé, et inévitablement réduit à ce « Retour » aux origines et, simultanément, enfermé dans sa sympathie pour la cause palestinienne, lui le « juif anti-sioniste », encore que confronté à la méfiance de Jean Genet, qui considérait qu’il n’avait pas « suffisamment trahi[4] ». À propos de cet enfermement lié à la myopie d’une certaine réception idéologique, El Maleh confiait d’ailleurs à Marie Redonnet que sa position lui donnait une « conscience aigüe, problématique[5] ».

Mon projet est d’interroger l’œuvre comme lieu de patrimonialisation. Celle d’El Maleh, en particulier, nous semble pouvoir se prêter à une telle approche en raison de la dimension mémorielle réputée inséparable de la tradition juive[6].

  1. Dans un premier temps, il me semble nécessaire de rassembler en un seul volume les nombreux articles de l’auteur et d’en proposer une édition critique qui soulignerait la singularité de l’écriture essayistique chez El Maleh, le rapport entre essai et fiction, la manière dont ces deux genres se contaminent dans une trans-généricité assumée. L’entrée réservée à l’auteur dans la banque de données limag.com (entrée dont j’assure moi-même la veille électronique) donne une idée de la variété thématique des sujets abordés par El Maleh : société, culture, politique, écologie, critique d’art, etc. Mais cette référenciation demeure très lacunaire et il manque tous les écrits de la période parisienne :
  • Les articles publiés dans Le Monde et dans le supplément Le Monde des Livres, articles consultables dans les archives du même journal, publiés entre 1977 et 2010 et qui restent à dépouiller.
  • Ses contributions aux Temps modernes.
  • Les articles publiés dans la revue Études palestiniennes.
  • Les articles publiés dans différents journaux et collectifs marocains.
  • Par ailleurs, El Maleh a livré également quelques entretiens en arabe marocain et il serait peut-être intéressant de traduire ces entretiens pour les rendre accessibles à ses lecteurs francophones et hispanophones, notamment.
  1. Le fonds E. A. El Maleh légué à la fondation éponyme, elle-même hébergée par la Bibliothèque nationale du royaume du Maroc est loin d’avoir été entièrement dépouillé : la BNRM recense seulement 50 références de et sur El Maleh, alors que la banque de données limag.com en compte plus d’une soixantaine pour la seule littérature primaire (cf. doc PDF Limag 1) et pour la littérature secondaire : 28 livres, 13 thèses, 1 films et 94 articles. (PDF Limag 2).
  2. Enfin, le fonds El Maleh comporte également de nombreuses photographies d’El Maleh, de ses amis, ainsi que des calligraphies, des œuvres de peintures achetées ou offertes par les amis artistes et (probablement) une riche correspondance. Ce fonds pourrait être mis en valeur et étudié dans les relations intrinsèques qu’il entretient avec l’œuvre. La critique d’art maléhienne, et celle de la photographie en particulier, s’inspire de manière transparente de la vision benjaminienne. À travers les textes d’accompagnement de beaux-livres de photographies sur Essaouira, Marrakech ou Azilah, El Maleh déploie une pensée qui tente de saisir l’aura qui a pu échapper à la reproductibilité et proposer de la sorte une vision singulière sur la manière dont la modernité a pu infléchir le regard « oriental » sur l’Orient et, à rebours, les appropriations inédites de cette technologie photographique héritée de l’Occident, mais acclimatée à une spiritualité à laquelle E. Canetti a pu être sensible lors de son séjour à Marrakech.

Ainsi, s’il est sans doute possible d’inscrire l’œuvre maléhienne dans la filiation des chroniqueurs décrite par Haïm Zaafrani[7], il me semble que la remémoration, chez El Maleh, échappe à toute nostalgie mortifère en renouant avec l’allégorie.

Ce n’est donc pas un projet portant sur la seule figure fascinante d’un écrivain réputé difficile qui justifie ce projet, c’est aussi une volonté d’inscrire cette figure de lettré / intellectuel (en arabe, pas de cloisonnement entre adib et muthaqqaf), un homme de réseaux au sens noble du terme, qui rend possible la coexistence entre racines et rhizomes. Et cela même mériterait d’être pensé. En effet, si l’intellectuel « oriental » est né au xixe siècle d’un double mouvement d’acculturation et de résistance à une modernité imposée par la culture dominante, il n’en est pas moins le fruit d’une éducation occidentale. Né en 1917 et décédé en 2010, El Maleh a pu traverser quasiment tout un siècle riche d’événements historiques, de violences, de luttes et d’espoirs désenchantés. Il a lutté pour l’indépendance de son pays, mais l’a quitté peu après cette Indépendance. Membre dès les années 40 du Parti communiste marocain (alors clandestin), au sein duquel il a occupé le poste de secrétaire à la Jeunesse, il le quitta quand il réalisa que l’utopie résistait rarement à l’épreuve du réel. Malgré les désillusions, l’exil et le retour, El Maleh avait conservé cette énergie militante qui le poussait à prendre part aux causes qu’il estimait justes, même si ses prises de position pouvaient être parfois problématiques[8].

Ce projet lui-même est sous-tendu par cette « conscience problématique » qui relève d’un souci éthique envers cet écrivain polygraphe[9] dont les fictions ne sauraient être lues séparément des non-fictions. L’ensemble des écrits et des entretiens filmés renvoie lui-même à une figure d’intellectuel aux multiples appartenances, judéo-marocaine, mais aussi ibérique et française, et résolument méditerranéenne[10]. L’œuvre tisse une toile intertextuelle en configurant des affinités électives avec différents penseurs de l’exil de l’école de Francfort : Horkheimer, Adorno, Habermas, mais aussi avec des écrivains comme Proust, Canetti, Jabès, Genet, qui ont fait le choix de l’arpentage, du nomadisme, de l’errance. Ne parlons pas de l’intimité avec les textes de Benjamin, via la médiation de Marie-Cécile Dufour. D’ailleurs, dans ses dernières années, El Maleh semblait lui-même suggérer l’intérêt d’une telle recherche :

Parfois, je jette un regard sur mon espace culturel et je découvre une grande étendue, jusqu’où j’en ai porté les frontières. Il faudrait baliser cet espace dont je suis imprégné, dont mon écriture s’est nourrie.

Ça me ramène à mon séjour en France qui a été décisif. Un jour, je m’étais amusé à faire un graphique avec des cercles concentriques, un relevé d’arpenteur, ça m’amusait : savoir jusqu’où je suis allé, ce que j’en ai tiré… une question d’aliment[11].

Inscription du projet dans les axes de Passages XX-XXI

En plus d’acquiescer au souhait de l’auteur de « baliser <l’>espace » qui a nourri son imaginaire et son œuvre, ce projet répondrait d’abord à une double nécessité scientifique : celle de mesurer l’impact des amitiés entre écrivains des deux rives de la Méditerranée sur la réception (réception critique, traductions, correspondances) et celle de rassembler les nombreux articles de critique littéraire et artistique dispersés dans de nombreux journaux entre le Maroc et la France, de les numériser, de les classer, de les référencer sur la banque de données limag[12], sous le parrainage de l’équipe d’accueil Passages XX-XXI, et d’en faire une édition numérique interactive accessible à la communauté internationale de chercheurs. Ce projet couvrira les textes de critique littéraire d’El Maleh qui n’ont jamais été rassemblés. Une anthologie pourrait présenter ces textes en les classant et en les mettant en perspective en vue d’une édition savante qui pourrait être prévue pour le centenaire de la naissance d’El Maleh en 2017.

Méthodologie

Le projet pourrait intéresser à ce titre les différentes disciplines de recherche de l’équipe d’accueil Passages XX-XXI, les chercheurs en littérature (de langue française, espagnole, allemande), les spécialistes des arts de l’image et les spécialistes de langue et de style. Un séminaire autour de « l’écriture allégorique » pourrait fédérer une réflexion transversale associant littéraires, stylisticiens et spécialistes de l’image.

Par ailleurs, la vie d’Edmond Amran El Maleh (1917-2010), son exil, ses amitiés, sa curiosité, en font un témoin précieux du xxe s. et des mutations qu’a connues le Maroc de la période coloniale à la post-coloniale ; son érudition en fait un lecteur au goût sûr et un critique d’art parmi ceux qui connaissaient le mieux la culture de son pays. Il serait donc intéressant d’analyser au travers de ses lectures, de ses articles et de sa réception tant médiatique que savante, l’impact qu’il a pu avoir sur la modélisation des savoirs et des discours, sur l’intérêt porté à telle ou telle œuvre qu’il a médiatisée, bref, son rôle de médiateur, de passeur, voire de vulgarisateur.

La tradition biographique n’est pas très ancrée dans le paysage littéraire maghrébin. La vie des auteurs est souvent peu connue. De plus, il eût été sans doute inapproprié de chercher à retracer la vie, aussi passionnante fût-elle, de celui qui considérait la biographie comme une entreprise mortifère. C’est pourquoi, le projet d’enquête que je propose est celui d’une biographie intellectuelle qui suit le « parcours immobile » d’El Maleh à travers la mobilité même des signes qu’il a consacré sa vie à déchiffrer. El Maleh était non seulement un lecteur insatiable de littérature, de mystique, de philosophie mais aussi un collectionneur attentif des œuvres de ses amis peintres, calligraphes, photographes et d’autres artistes qui le considéraient comme leur mécène.

El Maleh, de par sa formation philosophique, était lecteur avisé des textes de Maïmonide, de Levinas, de Benjamin, Derrida et de Zaafrani. Et ces lectures influenceront sa vision en tant que critique d’art. Il s’est intéressé à la photographie, à la calligraphie, à la mystique savante ainsi qu’à celle, plus populaire des confréries et des haddawas, à la cuisine, à la musique. Aux langues.

Beaux-livres, préfaces, textes d’accompagnement, entretiens, cette générosité de cœur et de plume relevait de la pratique de l’art de la conversation, du savoir-vivre, des affinités électives et des « grains de sésame » qu’il savait semer.

Modalités d’insertion dans le laboratoire

Une réflexion autour de la figure tutélaire d’El Maleh polygraphe est une invitation à ce « partage du sensible » qu’il a toujours mis en exergue face à la pensée conceptuelle. C’est avant tout une manière d’approfondir la réflexion sur son apport à l’histoire culturelle marocaine en tant qu’acteur de la scène culturelle (écrivain, journaliste, critique d’art, collectionneur) mais aussi par ses amitiés (Tahar Ben Jelloun, Abdellatif Laabi, Abdelhaq Serhane, James Sacré, Juan Goytisolo, Jean Genet, Dominique Eddé, José Ángel Valente, Andrés Sánchez Robayna, François Bott, Marie Redonnet, etc.). A ce titre, le projet ouvre de multiples perspectives pluridisciplinaires et transdisciplinaires et implique des conséquences sur la dynamique scientifique collective (séminaires et rencontres régulières ouvertes aux doctorants et aux étudiants des Masters de lettres, francophonie littéraire, linguistique et histoire contemporaine, arts de l’image. Une mise en commun des problématiques transversales pourrait créer une dynamique autour du rapport entre fiction et écriture de l’Histoire, entre littérature et arts (image et musique), une réflexion sur le plurilinguisme, la poétique de la traduction dans l’œuvre littéraire (notamment les traductions internes), sur la notion même d’allégorie en littérature et dans les arts de l’image.

[1] CITTON, Yves, Lire, interpréter, actualiser : pourquoi les études littéraires ?, Paris, Éditions Amsterdam, 2007.

[2] Expression empruntée au titre du Dictionnaire des écrivains migrants : MATHIS-MOSER, Ursula, & MERTZ-BAUMGARTNER, Birgit (dir.), Passages et ancrages en France – Dictionnaire des écrivains migrants de langue française. 1981-2011, Paris, Champion, 2012 ; cf. plus particulièrement l’article consacré à El Maleh, p. 338-340.

[3] Marie-Cécile Dufour-El Maleh a laissé trois monographies sur W. Benjamin : Angelus Novus. Essai sur l’œuvre de W. Benjamin, Bruxelles, Ousia, 1990 ; La Nuit sauvée. W. Benjamin et la pensée de l’Histoire, Bruxelles, Ousia, 1993 ; L’Écriture allégorique, Grenoble, La Pensée sauvage, 1999, avec une Préface d’E. A. El Maleh.

[4] Propos rapportés par Tahar Ben Jelloun, Le Monde, 5 décembre 2010.

[5] Redonnet, Marie, Entretiens avec Edmond Amran El Maleh, Rabat / Grenoble, Publications de la Fondation Edmond Amran El Maleh / La Pensée sauvage, 2005, p. 55

[6] Dugas, Guy, La Littérature judéo-maghrébine d’expression française. Entre Djéha et Cagayous, Paris, L’Harmattan, 1990, p. 170-175.

[7] Haïm Zafrani parle, à ce propos, de « la voix des chroniqueurs » et de leur « conception lacrymale de l’histoire », dans Juifs d’Andalousie et du Maghreb, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002, p. 215-219.

[8] Cf. dans Expressions maghrébines, vol. 9, n° 2, 2010, le dossier consacré à El Maleh.

[9] Cf. Dossier bibliographique (fichier PDF Limag 1).

[10] Cf. par exemple son texte largement autobiographique, fût-il inséré dans un recueil de nouvelles : Abner Abounour, Casablanca / Grenoble, Le Fennec / La Pensée sauvage, 1995, p. 85-96.

[11] Marie Redonnet, Entretiens avec Edmond Amran El Maleh, Grenoble / Casablanca, La Pensée Sauvage / Toubkal, 2006, p. 20. C’est moi qui souligne.

[12] Ce travail est amorcé : cf. l’entrée EL MALEH, Edmond Amran sur www.limag.com ; de nombreux chercheurs spécialistes du corpus maléhien alimentent cette entrée bibliographique qui reste néanmoins très lacunaire pour tout ce qui concerne la période antérieure à 1980, date de publication du premier récit d’El Maleh.

 


Auteur/autrice : Touriya Fili-Tullon

Maîtresse de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.