La destruction du Café de Zrirek et la naissance d’une allégorie.

 

Le café de Zrirek n’est plus. Détruit, rasé, comme beaucoup d’autres lieux symboliques dans lesquels la prédation immobilière n’a vu qu’un emplacement stratégique à exploiter. 

Ce haut lieu de rencontres chanté par le zaïlachi de coeur qu’était Edmond Amran El Maleh a disparu à jamais et avec lui, des socialités mixtes d’hommes (et parfois de femmes): pêcheurs, artistes, écrivains, touristes, jeunes et moins jeunes. 

Cette destruction caractérisée a commencé depuis des mois. On en a très peu entendu parler. Il paraît que certaines personnes ont protesté, invoquant la mémoire qu’on allait effacer avec cette démolition. On leur a rétorqué qu’il n’y avait aucun mal et que le café allait être reconstruit, encore plus beau et plus moderne. Plus bleu que le bleu de l’Atlantique! 

Difficile de comprendre comment une ville à l’Histoire si ancienne qui a vu passer de nombreuses civilisations (carthaginoise, romaine, portugaise, espagnole) peut faire les frais d’une politique culturelle aussi catastrophique. Pourtant les voix de Mahmoud Darwich, Mustapha Nissabouri, Jean Genet, Juan Goytissolo, de Khalil Laghrib et d’Edmond AMran El Maleh ont résonné dans ces lieux.

Espérons que la littérature et l’art perpétueront le souvenir de cette allégorie. Cette figure si chère à El Maleh, l’allégorie, ne naît-elle pas paradoxalement dans la disparition de toute origine? 

Le Café de Zrirek n’est plus. Vive Le Café bleu Zrirek! 

Laissons donc résonner l’allégorie maléhienne.

Extrait du Café Bleu Zrirek, d’Edmond Amran El Maleh, p. 13. 

Aussi célèbre que “L’Almanach du Blaue Reiter”, le cavalier bleu, le café de Zrirek, le bleu du ciel, haut fonds cerné par l’océan, constellation étoilée dans le firmament kiféen, le septième ciel, archives de la cité, astrologie inscrite dans la menthe et le thé, le fonds de vérité, l’océan en losanges jouant à travers le “canisse”, ligne de partage végétale, roseaux pensants, entre ici et ailleurs, dehors, l’été, “leiali”, les nuits de l’hiver, repos à l’intérieur, plis et replis d’une rêverie méditative. 

 


Auteur/autrice : Touriya Fili-Tullon

Maîtresse de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.