Gnawa: une mémoire pour la paix

Nous sommes à un moment où des revendications communautaires, identitaires, linguistiques, culturelles et territoriales se font jour, souvent de manière pacifique et nuancée, parfois de manière partiale, orientée, voire instrumentalisée et sans aucun positionnement clair. Au moment où des mouvements afrocentristes[1] multiplient les affirmations ancrées dans une vision racialisée d’une Afrique qui serait uniquement noire, un homme d’Etat en Afrique du nord n’a pas hésité à agiter l’épouvantail du “grand remplacement” et à menacer de faire la guerre aux migrants qui viennent du sud. 

Devant ces nouvelles conflictualités générées par la transformation d’une partie de l’Afrique en “check point” filtrant, et de préférence, jugulant cette migration vers le nord, il est peut-être plus nécessaire que jamais d’envisager la question africaine dans sa relation avec ses “nords” de manière complexe et pluridisciplinaire. Si les approches géopolitiques, environnementales, socioéconomiques, et historiques sont nécessaires, de même que l’analyse des politiques migratoires sont essentielles, il nous semble que la littérature et les arts, envisagés dans un sens large, peuvent apporter un éclairage précieux. 

C’est ainsi qu’est né le projet d’aborder ce champ littéraire et artistique selon une perspective comparatiste considérant la production artistique dans son interaction avec l’environnement social et historique, et s’intéressant en particulier à la dimension mémorielle contenue en chaque production humaine. 

Nous envisageons ainsi de travailler à la production d’un ouvrage intermédial (textes, traduction, photographies, DVD, et site interactif destiné aux pédagogues qui souhaitent s’en saisir. 

Ce projet répond à une demande de collaboration de la part de l’artiste et m’allem gnawi Abdeslam Alikane. Son riche parcours national et international avec sa troupe ou en compagnie d’autres artistes internationaux l’a doté d’une mémoire qu’il souhaite mettre à la disposition des lecteurs et des lectrices. Certes les ouvrages et les travaux de recherche sur le phénomène gnawi (style musical, chant, rite, et ancrages culturels) ne manquent pas. L’originalité de l’ouvrage que nous projetons de publier c’est la restitution des différents éléments constitutifs  de cet art total, et principalement la langue hybride qui le distingue. Abdeslam Alikane a constitué un index des mots “gnawis” d’origine africaine et qu’il s’agit de traduire dans ce cadre afin de donner sens à la portée mémorielle des chants gnawis dont l’origine se perd dans la tragédie de la traite négrière et de l’esclavage

 

Contenu de l’ouvrage: 

Présentation et histoire des arts gnawis en tant qu’arts vivants

Présentation du collaborateur principal: Abdeslam Alikane 

Anthologie de chants gnawis

Glossaire de mots gnawis traduits en arabe et en français 

Essai: Mémoires gnawies dans les littératures marocaines (arabe, français, amazighs) 

 

 

 

 

 

[1] Chrétien, Jean-Pierre, Perrot, Claude-Hélène, L’histoire des Africains entre Égypte et Amérique, collection : Hommes et sociétés, Éditions Karthala, 2018.

 

 

 

Touriya Fili-Tullon

Maîtresse de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Notes de recherche: Dans l’intimité de la bibliothèque d’Edmond Amran El Maleh

Le fonds Edmond Amran El Maleh, déposé dans l’espace du même nom, abrite la bibliothèque personnelle de l’auteur, en principe accessible aux chercheurs et aux chercheuses qui travaillent sur l’œuvre de l’écrivain.

Dans l’hospitalité d’El Maleh (2010)

Pour qui s’intéresse à l’œuvre et à la figure de lettré d’Edmond Amran El Maleh, la visite de l’Espace éponyme, à Rabat, se présente comme un passage obligé. Avant sa disparition, l’écrivain avait légué à la Bibliothèque nationale du royaume du Maroc (BRNM) une riche collection composée de livres, de tableaux, de photos et d’objets personnels. Le fonds dort dans un insoupçonnable petit local appelé ‘Espace La Source et Edmond Amran El Maleh’. En plus de la bibliothèque personnelle d’El Maleh, le bâtiment abrite, en effet, le fonds provenant de l’ancienne bibliothèque de recherche de La Source, développée et jusqu’à récemment gérée par l’archidiocèse catholique de Rabat. Cette annexe de la BNRM se trouve à côté des Archives du Maroc et des bâtiments de l’ancienne Bibliothèque générale. Heureux hasard ou politique culturelle avisée ? Quoi qu’il en soit, ce voisinage offre l’image d’un Maroc en paix avec ses mémoires et réalise à lui seul l’utopie d’une culture diversifiée et inclusive. L’Espace Edmond Amran El Maleh illustre les valeurs (imaginaires ?) d’un Maroc pluriel et, simultanément, il constitue sans doute un hapax dans le paysage culturel marocain en tant que bibliothèque personnelle d’un écrivain « tombant » dans le domaine public.

On est pourtant fondé à s’interroger sur la signification de ce don et, symétriquement, de l’héritage légué aux générations actuelles et futures. Le choix de léguer sa bibliothèque n’est pas un geste anodin pour un écrivain et il acquiert une valeur particulière de la part d’un auteur pour qui la lecture constitue une dimension fondamentale de l’activité même d’écrire. Le don du livre oblige à l’hospitalité et les postures de testateur autant que des légataires s’inscrivent dans une relation dilective. Quel sens donner au geste de l’un et à l’accueil de l’autre ? Comment cet héritage re-performe-t-il une appartenance singulière à la culture marocaine ? Comment le public peut-il s’en saisir pour mieux appréhender le rôle des livres dans le parcours de l’écrivain, la place des médiations par les livres dans sa réflexion ? Quelles typologies des lectures maléhiennes seraient possible, au-delà du code Dewey utilisé dans le classement de ce fonds et qui a surement dés-ordonné le classement subjectif voulu par l’auteur ?

Touriya Fili-Tullon

Maîtresse de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search