Gnawa: une mémoire pour la paix

Nous sommes à un moment où des revendications communautaires, identitaires, linguistiques, culturelles et territoriales se font jour, souvent de manière pacifique et nuancée, parfois de manière partiale, orientée, voire instrumentalisée et sans aucun positionnement clair. Au moment où des mouvements afrocentristes[1] multiplient les affirmations ancrées dans une vision racialisée d’une Afrique qui serait uniquement noire, un homme d’Etat en Afrique du nord n’a pas hésité à agiter l’épouvantail du “grand remplacement” et à menacer de faire la guerre aux migrants qui viennent du sud. 

Devant ces nouvelles conflictualités générées par la transformation d’une partie de l’Afrique en “check point” filtrant, et de préférence, jugulant cette migration vers le nord, il est peut-être plus nécessaire que jamais d’envisager la question africaine dans sa relation avec ses “nords” de manière complexe et pluridisciplinaire. Si les approches géopolitiques, environnementales, socioéconomiques, et historiques sont nécessaires, de même que l’analyse des politiques migratoires sont essentielles, il nous semble que la littérature et les arts, envisagés dans un sens large, peuvent apporter un éclairage précieux. 

C’est ainsi qu’est né le projet d’aborder ce champ littéraire et artistique selon une perspective comparatiste considérant la production artistique dans son interaction avec l’environnement social et historique, et s’intéressant en particulier à la dimension mémorielle contenue en chaque production humaine. 

Nous envisageons ainsi de travailler à la production d’un ouvrage intermédial (textes, traduction, photographies, DVD, et site interactif destiné aux pédagogues qui souhaitent s’en saisir. 

Ce projet répond à une demande de collaboration de la part de l’artiste et m’allem gnawi Abdeslam Alikane. Son riche parcours national et international avec sa troupe ou en compagnie d’autres artistes internationaux l’a doté d’une mémoire qu’il souhaite mettre à la disposition des lecteurs et des lectrices. Certes les ouvrages et les travaux de recherche sur le phénomène gnawi (style musical, chant, rite, et ancrages culturels) ne manquent pas. L’originalité de l’ouvrage que nous projetons de publier c’est la restitution des différents éléments constitutifs  de cet art total, et principalement la langue hybride qui le distingue. Abdeslam Alikane a constitué un index des mots “gnawis” d’origine africaine et qu’il s’agit de traduire dans ce cadre afin de donner sens à la portée mémorielle des chants gnawis dont l’origine se perd dans la tragédie de la traite négrière et de l’esclavage

 

Contenu de l’ouvrage: 

Présentation et histoire des arts gnawis en tant qu’arts vivants

Présentation du collaborateur principal: Abdeslam Alikane 

Anthologie de chants gnawis

Glossaire de mots gnawis traduits en arabe et en français 

Essai: Mémoires gnawies dans les littératures marocaines (arabe, français, amazighs) 

 

 

 

 

 

[1] Chrétien, Jean-Pierre, Perrot, Claude-Hélène, L’histoire des Africains entre Égypte et Amérique, collection : Hommes et sociétés, Éditions Karthala, 2018.

 

 

 

Touriya Fili-Tullon

Maîtresse de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Essaouira

CHRONIQUE DE MOGADOR : LA MOUETTE BLESSÉE, de Ami Bouganim

http://www.euromed.institute/post/chronique-de-mogador-la-mouette-bless%C3%A9e

le port d'Essaouïra
photo prise en juillet 2017

Touriya Fili-Tullon

Maîtresse de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search