Qu’est-ce que la traduction postcoloniale?

Voilà un objet bizarre! Comment parler d’une traduction “postcoloniale”? s’agit-il du geste traductif lui-même que l’on qualifierait ainsi, ce qui reviendrait à une éthique voire une politique du traduire ancrée dans une historicité problématique? Rappelons que le mot postcolonial lui-même n’emporte le sème du “post” que dans le cadre d’un processus dialectique.

Continuer la lecture de « Qu’est-ce que la traduction postcoloniale? »

Touriya Fili-Tullon

Maîtresse de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Le texte postcolonial à l’épreuve de la traduction

Traduire en poète

 

Traduire un roman maghrébin francophone en arabe serait-il une manière de re-territorialiser l’œuvre en la restituant à sa communauté d’origine ? La question mérite d’être posée à propos de la traduction en arabe de La Mère du printemps, le roman bien connu de Driss Chraïbi[1]. Le poète et romancier, Mohamed Hmoudane, l’auteur de cette traduction parue en 2015 à Tanger, aux éditions de La librairie des Colonnes, rejette cette vision deleuzienne. Pour lui, « le territoire de l’écriture, quelle que soit la langue d’expression, est un territoire imaginaire, qu’aucune frontière “nationale” ne saurait étriquer[2] ».

Continuer la lecture de « Le texte postcolonial à l’épreuve de la traduction »

Touriya Fili-Tullon

Maîtresse de conférences en littératures francophones et comparées (Mondes arabes), Passages XX-XXI, Université Lumière Lyon 2

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedIn